13/10/2008

ils sont 527 debout, ils ne seront plus que 80 à s'asseoir

J'essaie d'imaginer la tête des candidats à la constituante au soir du 19 octobre prochain : 80 heureux et un peu plus de 440 déçus. En lisant les propositions des candidats, d'où qu'ils viennnent, je me demande si l'on va vraiment écrire une constitution ou si l'on ne va pas créer un catalogue de tous les désirs, du plus cohérent au plus farfelu, du plus "citoyen" au plus partisan, du plus corporatiste au plus laïque...

Au fond, j'en viens à me demander si l'important n'est pas ailleurs. Quels que soient les élus et leur appartenance ou non appartenance, j'appelle de mes voeux que les 80 constituants travaillent dans un esprit d'ouverture et de respect en se rappelant que la constitution est pour tous, du plus modeste citoyen au premier magistrat du canton.

Comme candidat, je souhaite que le nouveau texte soit innovateur, ambitieux et ouvert sur le monde qui nous entoure. En cas d'élection, j'y viendrai non pas pour "m'opposer à" mais pour "travailler avec". Si cet esprit est respecté, nous ne devrions pas craindre un rejet du texte par les électeurs : tout le monde s'y reconnaîtra.

Emile de Girardin écrivait au 19 siècle :"Respect de la Constitution, car on connaît la Constitution qu'on a, mais on n'est jamais sûr de celle qu'on aura.

 

 

Les commentaires sont fermés.