02/11/2008

Indigestion

Mais quand donc finira la campagne électorale américaine ? Elle dégouline de partout, envahit nos radios, nos télévisions, nos foyers. Les inévitables "experts" donnent de doctes avis sur une campagne qui aura coûté la peau du...enfin qui aura coûté les yeux de la tête, comme d'habitude, "mieux" que d'habitude.

J'ai beau essayer de me persuader que le locataire de la Maison Blanche est un personnage incontournable de la scène internationale, que les Etats-Unis exercent un contrepoids salutaire (?) dans l'équilibre du monde, je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi un pays dépense tant de dollars pour élire un homme alors qu'ils y en a des millions qui ont arraché la page d'un hypothétique dictionnaire à la page assurance maladie. Je n'arrive pas plus à comprendre pourquoi l'on injecte des milliards de dollars dans l'économie mondiale vacillante due aux délires de "spécialistes" alors que - tout le monde le sait - des millions de personnes - comme disait Prévert - ont le pain quotidien relativement hebdomadaire.

Mais ce qui me dépasse vraiment le plus, c'est que lorsque l'économie sera revenue à meilleure fortune, on cherchera encore des dollars pour les pauvres (ceux qui resteront, car tous les autres seront morts de faim) en prétendant prétentieusement qu'il faut d'abord investir et augmenter la croissance afin de mieux s'occuper de ceux qui n'ont rien.

Dans mon propre dictionnaire, l'économie en crise m'a arraché deux pages ; là où se trouvent deux mots qui me tiennent à coeur : partage et solidarité. Apparemment on peut s'en passer du moment que l'on va reconstruire sur les indices boursiers qui ne manqueront pas d'enrichir ceux qui arrachent les pages inutiles des dictionnaires.

O tempora ; o mores !

 

Commentaires

Bof, ça finira aux élections, non? :=))

Écrit par : arkencielle | 02/11/2008

Les commentaires sont fermés.