02/12/2008

casques à boulons

Un casque à boulons au Conseil fédéral ?

Lors d'une brève interview après les votations de dimanche dernier, Oscar Freysinger soi-même, parlant des Alémaniques, les a traités de casques à boulons. Délicieuse façon de traiter ses concitoyens, donc ses coreligionnaires du même coup.

Ainsi donc le "ticket" UDC est composé de deux casques à boulons : l'un a été, à juste titre, éjecté du Conseil fédéral pour mauvaise conduite et l'autre qui s'apprête - hélas - à y entrer n'a pas hésité à comparer Samuel S., le demi Conseiller fédéral à un appendice sans lequel on peut vivre quand même.

Merci Messieurs de l'UDC d'enrichir notre vocabulaire.

Personnellement, et comme vous l'aurez compris, je suis plutôt du côté des rebelles : les deux casques à boulons d'Oscar le Habsbourg n'ont rien à faire à Berne.

Commentaires

Quel aurait votre "ticket" pour la place UDC, de Samuel Schmid ?
Tout en sachant qu'avec 29% d'électeurs, l'UDC a droit a deux places.
Tout en sachant que n'existant même pas, le PBD avait déjà deux conseillers fédéraux.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 02/12/2008

Erreur mon cher Victor!
L'UDC n'a aucun "droit" de la sorte, en tout cas pas selon la constitution. C'est l'Assemblée Fédérale qui a toute latitude pour choisir les Conseillers Fédéraux parmi les représentants des divers partis présents. Mais il n'est, dans les textes, nullement question de proportionnalité obligatoire. Collégialité, oui, c'est là le mot important. L'Assemblée Fédérale choisit les personnalités les plus à même de travailler ENSEMBLE.
Ceci dit l'usage des de ces dernières décennies est généralement allé dans le sens d'une manière de représentation proportionnelle des partis au CF. Mais ce n'est pas, je me répète, une obligation constitutionnelle.Rien n'empêche cette assemblée d'élitr un "Vert", quand bien même ils ne représente qu'un petit 10% d'électeurs...

Je peux tout à fait comprendre, à défaut de la partager, la colère des sympathisants de l'UDC. Mais dans notre système, ils ont la possibilité de proposer au peuple une initiative qui irait dans leur sens; on votera, et on verra si cette proposition est acceptée par la majorité, ou pas. D'ici là, il faudra, pour être élu au CF, montrer "patte blanche".

This the name of the game!

Écrit par : Azrael | 02/12/2008

Azrael a malheureusement raison sur le fonds. En effet rien n'empêche le parlement d'élire qui bon lui semble au CF. Il ne s'est d'ailleurs pas privé de choisir des socialistes autres que les candidats du parti. Voir Ruth Dreyfuss par exemple ou Otto Stich. La différence c'est qu'à cette époque, le PS n'avait pas de c.....es et les élus qui n'ont pas refusé leur élection n'ont pas été exclus de leur parti. Comme Madame Widmer Schlumpf. Une fois de plus c'est leur droit.
Par ailleurs, les partis gouvernementaux historiques, PDC PRD PS, ont toujours affirmés qu'ils avaient mathématiquement droit à 2 sièges chacun puisqu'ils étaient les trois plus grands partis. Ce n'est plus le cas. L'honnêteté voudrait qu'ils reconnaissent à l'UDC le droit à 2 sièges. Il ne faut pas oublier que l'UDC n'a pas voler les suffrages, ce parti représentait aux dernières élections un tiers des citoyens. Ce serait une erreur que de les laisser de côté. La prochaine fois ils pourraient être encore plus nombreux...
La politique, en démocratie directe particulièrement, c'est le respect du résultat du scrutin. Les Verts et une partie du PDC ont oubliés cet aspect des choses. Il leur en coutera surement aux prochaines élections.

Écrit par : salegueule | 02/12/2008

Les commentaires sont fermés.