15/03/2009

Eros de bazar, Eros académique

Deux événements m'interpellent - comme on aime à le dire de nos jours - et pour lesquels mon entendement en prend un coup ! A ma gauche, quelques serviteurs de l'Etat jurassien qui auraient ou qui ont consulté des sites qualifiés de pornographiques et qui se retrouvent mis au pilori de l'hypocrisie. Après tout, leur seul tort est d'avoir opéré durant les heures de travail. On ne sait donc plus très bien pourquoi on leur en veut tant : parce que les sites étaient un peu olé-olé (enfin je présume) ou parce qu'ils utilisent les heures laborieuses pour s'offrir une petite récréation ? Les procédures nous le diront peut-être... A ma droite, Martigny et sa géniale Fondation Gianadda qui offre au public forcément connaisseur des oeuvres assez lestes, de Rodin, que l'archevêque de Recife n'a probablement pas encore vues. Ma grande ignorance en matière d'art pictural - je le confesse - m'amène à poser cette question : en quoi un sexe féminin dessiné par Rodin est-il plus artistique que le même sexe photographié et figurant sur un site internet. Et au fait, l'entrée de la Fondation Gianadda est-elle frappée d'une limite d'âge pour aller apprécier le talent de l'artiste ou bien appartient-il aux parents d'expliquer la différence entre les "cochonneries" de Rodin et les horreurs d'internet...

O tempora, o mores.

21:59 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Allez donc jeter un coup d'oeil sur porn.com et vous comprendrez pourquoi Rodin est ok, même pendant les heures de travail et pas le reste...

Écrit par : PasComprisRepetez | 15/03/2009

Les commentaires sont fermés.