11/04/2009

Naufrage

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je me demande pourquoi les journalistes s'obstinent à placer les déboires d'Alinghi dans les pages sportives : sa place doit impérativement figurer dans la chronique judiciaire. A constater les budgets monstrueux, à supposer des honoraires d'avocats à la hauteur des ambitions des protagonistes, je peine à trouver de l'intérêt pour ce qui est - paraît-il - une compétition sportive. Pour tout dire je m'en désintéresse joyeusement.

"Panem et circenses" disait Juvénal à l'endroit des Romains. Le pain, avec la crise, se fait plus aléatoire ; quant aux jeux...ils sont plutôt tristes.

 

Comme tout un chacun, j'ai appris hier que M. Constantin avait liquidé ses deux entraîneurs. En d'autres temps, ils seraient déjà 28 à se balancer au bout d'une corde ou auraient "offert" leur tête à la Veuve.

Ce qui me surprend, c'est l'acharnement que mettent les entraîneurs à croire en leurs chances avec M. Constantin. Qu'est-ce qui peut bien motiver une personne à essayer de deviner combien de jours, semaines, mois elle va "tenir". L'argent ? L'ambition ? La bêtise ? L'inconscience ? La naïveté ?

En ce qui concerne la pensée tortueuse de M. Constantin, on aurait tort d'en rire. J'ai de la peine à croire que son comportement relève d'un raisonnement très sain. Mais il tient les cordons de la bourse ! "Quand on a dit ça, on a tout dit "(Tex)

10:41 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.