26/04/2009

Exhumation

En cherchant un ouvrage dans ma bibliothèque, je tombe sur un ouvrage que je ne croyais même pas posséder : "A contre-courant" journal d'un écrivain non engagé, signé Henri Schubiger.(Editions Perret-Gentil) et dédicacé à mon intention.

Cet homme, j'ai eu le plaisir de le connaître lorsque mon camarade d'études - Michel Bättig - me proposa, avec l'accord de Georges Gros, des piges pour le Courrier de Genève. Je devins donc pigiste et je le restai pendant quelques années, le temps de terminer mes études. Je me souviens bien de la physionomie de M. Schubiger. Je me le rappelle comme d'une personne très discrète et d'une grande culture. Et la relecture de son journal allant de 1962 a 1964 fait apparaître très nettement le caractère tourmenté de ce réformé converti au catholicisme. Une figure revient très souvent dans ses propos : celle de Léon Bloy à laquelle Schubiger semblait porter une admiration sans limite. Ses coups de gueule à propos du journalisme sportif ont dû en froisser plus d'un ! Tout comme son incompréhension face aux dépenses engagées pour la conquête de l'espace, alors réservé aux Etats-Unis et à l'URSS. J'ai aimé cotoyer cet homme même si je n'ai pas été un proche. Je me rappelle enfin sa silouhette un peu voûtée et lente, comme si cette lenteur permettait à cet intellectuel de mieux cerner le monde dans lequel il vivait.

L'entrée au Courrier a aussi été pour moi les premiers pas dans le journalisme même si je n'ai pas perséveré dans cette voie pour des raisons personnelles. Je me souviens m'être fait engueulé par Georges Gros pour avoir oublié de mentionner - pour moi un détail ! - la fermeture de l'aéroport entre 22h. et 6h du matin. Mais le même G. Gros m'a aussi confié le suivi - aux Assises - du procès des protagonistes du "Gang à l'Ambulance", à moi qui n'avais jamais mis les pieds dans un prétoire. Quel décorum, quelle solennité. Lorsqu'a rententi le traditionnel "Messieurs la Cour", je me suis demandé si j'étais dans un livre ou si la réalité me frappait en pleine figure.

Et puisque je parle de journalisme, on me permettra de faire allusion à Jean-Claude Nicole et son journal La Suisse. Curieux personnage que l'éditeur de la Suisse. N'aimant pas toujours la contradiction, j'ai parfois le sentiment qu'il était entouré de courtisans plutôt que de conseillers. Jamais en panne de projets, ceux qu'il a essayé de monter ont souvent connu l'échec. En avance sur son temps ? Peut-être ! Ses ennemis ne se sont pas privés de lui mettre des peaux de banane ; Il a fini par mettre les pieds dessus, contre son gré sans doute !
Il n'empêche. J'ai revu J.-C. Nicole après la disparition de La Suisse alors qu'il occupait un poste de réviseur - je crois - dans une administration. C'est lui qui s'est approché de moi pour me saluer. Ca, c'est Jean-Claude Nicole : il pouvait être humble - il m'en a administré la preuve par son salut - et proche de la mégalomanie. Dans le milieu de la presse, il n'a laissé personne indifférent !

25/04/2009

Max Planck...

Plus nécessaire de vous présenter Jonas ! Vous le connaissez maintenant. Héros d'un jeu de société, il vous pose, durant l'Année Mondiale de l'Astronomie, des questions sur les astres et l'univers. Il n'est pas là pour vous faire honte. Bien au contraire. Son but ? Vous faire passer un bon moment et, pourquoi pas, vous apprendre quelque chose.

Aujourd'hui la tâche est un peu plus ardue. Rassemblez vos neurones et concentrez-vous !

Qu'appelle-t-on le temps de Planck ?

a) Le temps nécessaire pour trouver une cachette après un cambriolage

b) L'intervalle de temps le plus court qui puisse exister

c) Le temps nécessaire à la formation d'un trou noir

Comme d'habitude, Jonas vous aide ici : www.test-astronomie.com

Et si vous pensez que jouer tout seul avec Jonas, c'est pas "cool" appelez vos amis, rameutez vore famille.

Dans les cas désespérés, Jonas préconise "L'astronomie pour les nuls" ; donc rien n'est définitivement perdu !

 

 

18/04/2009

C'est zéro votre jeu

Le printemps s'est installé, mais Jonas continue son périple dans l'univers. Il s'est bien couvert car il fait bigrement froid. Dans le confort de sa combinaison (chauffée), il se pemet de vous poser encore et toujours des questions liées à notre univers, notre galaxie, nore système solaire. Il est question de températures aujourd'hui. A vous de faire transpirer vos méninges !

Qu'appelle-t-on le "zéro absolu" ?

a) Une température correspondant à -273° Celsius

b) Une température correspondant à 32° Fahrenheit

c) Une température correspondant à 0° centigrade

Vous n'y êtes pas ? Jonas vous aide ici : www.test-astronomie.com

Vous voulez jouer avec les 150 questions : cherchez Jonas et le trou noir !

Un site amateur ? www.m51.asso.cc-pays-de-gex.fr

11/04/2009

Naufrage

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je me demande pourquoi les journalistes s'obstinent à placer les déboires d'Alinghi dans les pages sportives : sa place doit impérativement figurer dans la chronique judiciaire. A constater les budgets monstrueux, à supposer des honoraires d'avocats à la hauteur des ambitions des protagonistes, je peine à trouver de l'intérêt pour ce qui est - paraît-il - une compétition sportive. Pour tout dire je m'en désintéresse joyeusement.

"Panem et circenses" disait Juvénal à l'endroit des Romains. Le pain, avec la crise, se fait plus aléatoire ; quant aux jeux...ils sont plutôt tristes.

 

Comme tout un chacun, j'ai appris hier que M. Constantin avait liquidé ses deux entraîneurs. En d'autres temps, ils seraient déjà 28 à se balancer au bout d'une corde ou auraient "offert" leur tête à la Veuve.

Ce qui me surprend, c'est l'acharnement que mettent les entraîneurs à croire en leurs chances avec M. Constantin. Qu'est-ce qui peut bien motiver une personne à essayer de deviner combien de jours, semaines, mois elle va "tenir". L'argent ? L'ambition ? La bêtise ? L'inconscience ? La naïveté ?

En ce qui concerne la pensée tortueuse de M. Constantin, on aurait tort d'en rire. J'ai de la peine à croire que son comportement relève d'un raisonnement très sain. Mais il tient les cordons de la bourse ! "Quand on a dit ça, on a tout dit "(Tex)

10:41 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Quand le Soleil s'éclipse

Saviez-vous qu'il existe divers types d'éclipses de Soleil ? Elles peuvent être totales, elles sont souvent partielles (ça dépend de l'endroit où vous vous trouvez), elles sont aussi annulaires lorsque le disque apparent de la Lune n'est pas assez grand pour couvrir complètement le disque apparent du Soleil.

Savez-vous qu'il y a des fanatiques des éclipses. Ils courent le monde pour n'en rater aucune. Des éclipses totales bien entendu ! Une éclipse totale a une durée très variable : cela peut aller jusqu'à plus de 7 minutes.

Si vous n'avez jamais vu une éclipse totale de Soleil, consolez-vous, vous n'êtes pas seul ! La dernière visible en Europe a eu lieu en 1999, le 11 août précisément. Que de monde sur les routes ce jour-là...La prochaine en juillet 2009, en Chine notamment.

En attendant, continuez de jouer avec Jonas. En tout cas, lui, il est là et vous pose la question suivante :

Dans une de ces aventures, Tintin échappe à la mort grâce à une éclipse de Soleil, laquelle ?

a) On a marché sur la Lune

b) Le temple du Soleil

c) Objectif Lune

Et même si vos réponses ne sont pas toujours correctes, souvenez-vous du mot de Guillaume le Conquérant : "il n'est point nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer." A la semaine prochaine.

Petit rappel : www.test-astronomie.com courez-y !

06/04/2009

publicité mensongère ou botte secrète ?

A Genève, il y a encore du travail si l'on veut figurer en meilleure place dans les études PISA...

P4050007.JPG

20:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/04/2009

G honte

La grande réunion des puissants est terminée. On ne sait pas trop ce qu'il adviendra de la nouvelle gouvernance du monde, mais on retiendra quand même que Mme Obama s'est permise - oh, crime de lèse-majesté - de toucher sa gracieuse majesté, que Nicolas Sarkozy continue de croire que la France est encore une grande puissance, que la Suisse est un immense coffre-fort où seuls les scélérats n'ont pas besoin de présenter leur passeport, que les Etats-Unis n'ont plus que 49 Etats depuis qu'ils ont oublié le Delaware, que les Iles anglo-normandes sont blanches comme neige et qu'on y skie toute l'année.

Maintenant ce sont les "experts" qui nous chantent leurs couplets et qui nous prédisent l'enfer ou le paradis, mais aussi un purgatoire assez long. Tout cela, ce sont les prévisions. Mais dans les faits que voit-on ? Des sommes faramineuses pour relancer l'économie, ou plutôt la consommation : consommez citoyens, consommez, il n'en restera probablement rien. Mais l'économie continuera à compter ses succès à l'aune des bénéfices réalisés, il n'y aura plus de parachutes dorés, des millions d'enfants continueront de mourir de faim (demander à J. Ziegler, il est bien plus compétent que moi sur le sujet), la forêt amazonienne ne sera plus qu'un souvenir. Je ne continue pas, c'est trop désolant. Et pourtant le génie humain à toutes les compétences pour éviter cela. Il ne lui faudrait qu'un tout petit plus le sens du partage, parfois d'un peu plus d'humilité et la volonté de s'entendre. L'enfer, c'est les autres, disait Sartre. Une "prophétie" ?

C'est loin le Soleil ? Tais-toi, compte les bornes

Jonas ne voulant pas vous abandonner en plein vide sidéral, il préfère jouer un peu avec vous. Il vous propose donc une nouvelle question qui permettra de vous enrichir - intectuellement parlant s'entend, faut pas trop rêver quand même - de connaissances nouvelles.

Vous pouvez aussi le rencontrer ici : www.test-astronomie où il consulte sans rendez-vous !

Jonas vous rappelle aussi qu'il est un jeu : Jonas et le Trou noir. C'est édité à Genève. Un bon moteur de recherche vous dira où le trouver