30/05/2009

Encore plus fastoche que la semaine dernière !

Est-il bien nécessaire que je me présente aujourd'hui ? Qui dites-vous ? Oui, Jonas ! Si vous n'êtes pas en mesure de répondre à la question du jour, vous devez être de ceux qui font baisser les moyennes des études PISA à Genève... Bref, allons-y :

Le plus grand accélérateur de particules est à Genève. Comment s'appelle-t-il ?

a) ESA (European Space Agency

b) BBC (British Broadcasting Corporation)

c) LHC (Large Hadron collider)

Franchement, plus facile, je ne peux pas.

Réponse à la question de la semaine dernière : Appareil servant à provoquer des collisions de particules à très haute vitesse.

23/05/2009

Ne levez pas le pied

Bonjour à tous. C'est encore moi, Jonas. Vous savez, le savanturier (Ah, pardon, je crois que le terme est réservé à Bertrand Piccard). Donc Jonas, l'astronome (très amateur mais un peu éclairé). Je me suis promis de vous livrer chaque semaine une question relative à l'astronomie au sens large. Quand je vois tout ce qui va mal dans le monde, je me dis qu'on peut quand même bien se distraire un peu le samedi.

La question du jour sera donc pour les Genevois une question qui les conCERN !...

Qu'est-ce qu'un accélérateur de particules ?

a) Appareil servant à provoquer des collisions de particules à très haute vitesse

b) Appareil servant à accélérer la vitesse de la lumière

c) Appareil servant à dégager de l'énergie qui sera utilisée pour éclairer le ciel.

A vos neurones et attention à ne pas trop les accélérer !

Réponse à la question de la semaine dernière : Soleil visible dans certaines régions et à certaines périodes de l'année.

 

16/05/2009

La torture, est-ce seulement les autres ?

Il semble que l'on aime bien croire que les tortionnaires sont des gens forcément mauvais et qu'il appartiennent à une catégorie de personnes avec laquelle nous n'avons rien à voir. Voire !

La lecture d'un récent article publié dans "Le Temps" montre à quel point la torture peut être élaborée par des gens instruits, sérieux, bons citoyens et tout et tout : avocats, médecins, politiciens et autres.

On frémit quand on imagine où la perversité humaine peut conduire. La torture américaine à Guantanamo a été savamment codifiée. Les procédures étaient clairement établies. Un travail d'une très grande minutie où le hasard n'avait pas sa place.

Alors, se dit l'homme de la rue, c'est scandaleux, c'est indigne de notre espèce. Et il a raison. A regarder tout cela à tête reposée, on se dit que c'est un mauvais rêve et qu'on a dû se tromper. Et pourtant.

Mais parfois le pire, c'est de s'interroger : à leur place, comment aurions-nous réagi, qu'aurions-nous fait ? Je n'ai pas la réponse mais rien que le fait de poser la question me fait froid dans le dos.

L'apôtre Pierre a juré que jamais il ne renierait le Christ. Tout le monde connaît la suite de l'histoire...

 

La grande illusion...

Demain, nous saurons si le peuple suisse accepte la réintroduction de certaines médecines dites complémentaires ou alternatives dans l'assurance de base. Comme il est pratiquement impossible de se mettre d'accord sur l'efficacité de ces médecines, il faut laisser à chacun la possibilité d'y accéder et de s'en trouver bien !

Du point de vue des coûts, le résultat du vote ne sera pas forcément anodin : Plus le choix est vaste et plus le consommateur en fait usage. Ainsi donc - et malheureusement - souvent un patient, déçu par la médecine allopathique, recourra à un traitement dit alternatif. En fin de compte, les traitement s'additionnent. Du point de vue de la facture finale, ce sera traitement allopathique ET traitement alternatif à la place de OU traitement alternatif.

Mais avec ou sans traitements alternatifs, il est parfaitement illusoire de croire et malhonnête de vouloir faire croire que les coûts de la santé vont baisser. Pris dans un système de consommation à outrance, le citoyen veut "profiter" au maximum de l'offre de soins. Il souhaite bénéficier des dernières techniques, des derniers médicaments et de tout ce qui se fait de mieux en médecine, même si cela n'est pas indispensable.

Et cela, M. Pascal Couchepin le sait très bien. Aussi quand il propose de faire payer une taxe pour aller chez le médecin, il ne propose pas une réduction des frais de santé, mais simplement un tranfert des coûts sur les assurés. Notre ministre qui ne s'est pas privé de stigmatiser l'action de Mme R. Dreyfus, ne fait - évidemment - pas mieux.

Si l'on veut vraiment que les assurés aient des cotisations supportables, ce sera pas une approche complètement différente des frais de santé. Comme on ne fera pas baisser les coûts - la grande illusion ! - il faudra en revenir à une justice socialee un peu plus équilibrée. Qu'on le veuille ou non, il faudra bien que l'on tienne compte de la capacité contributive de chacun.

Changer de système est possible. Mais le veut-on ?

Sol lucet omnibus ou presque

Aujourd'hui, c'est samedi ! C'est en quelque sorte "mon" jour, à moi Jonas. L'expression du titre, c'est du latin. Je ne suis pas très bon latiniste et il paraît que ça veut dire, selon le Petit Larousse "Le soleil luit pour tout le monde".

J'en profite donc pour une question s'y rapportant, à notre "astre de jour" !

Qu'entend-on par "soleil de minuit"

a) Soleil visible à minuit dans certaines régions et à certaines périodes de l'année

b) Expression parfois utilisée pour "éclipse de soleil"

c) Expression signifiant que le temps est couvert et que l'on ne voit pas le soleil

 

Gardez quand même vos distances avec le Soleil, il ne nous dispense pas que des avantages.

Réponse à la question de la semaine dernière : En orbite autour de la Terre

09/05/2009

Géographie astronomique !

Bonjour tout le monde, c'est Jonas !

J'ai aujourd'hui une question assez facile et je suis sûr que vous ne vous laisserez pas piéger !

Où se trouve le télescope Hubble ?

a) Au sommet du Mont Wilson

b) A Hawaï

c) En orbite autour de la Terre

Pas vraiment compliqué, n'est-ce pas ?

Réponse à la question de la semaine dernière : Principe qui énonce qu'on ne peut pas connaître à la fois la vitesse et la position d'une particule.

Cette théorie a été énoncée par un physicien allemand, Werner Heisenberg, Prix Nobel en 1932

 

 

02/05/2009

Les meilleurs du monde ?

Il suffit de parcourir les blogs de la TG pour se rendre compte que nous, Suisses, sommes les meilleurs du monde. La meilleure armée, quoique...Le meilleur système de santé, quoique...Le meilleur enseignement primaire et secondaire, quoique...la meilleure police, quoique... les meilleurs "dealers", quoique, le meilleur parti de la droite extrême, quoique...Bref, c'est tellement génial dans ce pays que tous les étrangers rêvent d'y venir, et d'ailleurs y viennent - et beaucoup trop selon le parti ci-dessus - et qu'encore ceux qui arrivent à Lampedusa ont probablement été mal informés. ignorant qu'on n'arrive pas en bateau chez nous, mais parfois quand même on nous y mène.

On se demande en fin de compte comment des retraités peuvent avoir l'outrecuidance d'aller passer le reste de leurs jours à l'étranger.

Alors le 17 mai prochain, il va falloir viser juste : voulons-nous ajouter à nos géniales qualités et institutions un passeport à empreintes digitales susceptibles de nous rendre complètement transparents !

Ce même jour, il va falloir aussi se prononcer sur l'assurance-maladie et la réintroduction des médecines dites parallèles.

Je ne suis pas devin, mais tout de même je m'interroge déjà sur le taux de participation à ce scrutin. Et tout d'un coup de sérieux doutes m'envahissent : sommes-nous vraiment si bons que cela ?

Demandez donc aux familles modestes ce qui leur reste après avoir payé leurs cotisations maladie et leur loyer ? Et comme cela ne suffit pas, on nous concocte une taxe pour aller chez le médecin. Autrement dit, vous allez payer pour que vos cotisations n'augmentent pas... Il ne faut pas se leurrer. Les frais de santé ne diminueront pas. Ceux qui font de telles promesses sont soit simplement des menteurs ou des inconscients, peut-être les deux à la fois.

Une notion a - malheureusement - disparu complètement des discours aussi bien officiels que de ceux des citoyens lambda : le côté mutualiste de l'assurance-santé. Il n'y a pas si longtemps, ceux qui étaient aisés et en bonne santé payaient pour les moins bien lotis et malades. L'aspect mutualiste a été remplacé par "je paie (cher) donc j'y ai droit. Et les caisses-maladie ont remplacé les sociétés de secours mutuels !

Dire que la Suisse à la meilleure médecine du monde n'a pas beaucoup de sens dans la mesure où elle sera bientôt réservée qu'à ceux qui auront les moyens de se l'offrir. Pour les autres, en reviendra-t-on au dispensaire pour de vulgaires soins de base ?

Les éternels replâtrages auxquels nous assistons ne viendront naturellement pas au bout du problème. Pendant longtemps encore il faudra se serrer la ceinture. L'assurance-maladie ne coûtera pas moins cher, c'est une très méchante illusion entretenue par bon nombre de politiciens ignorants de la problématique.

L'avenir est donc sombre. Et pour longtemps. Nous n'avons pas voulu d'une caisse unique et le peuple est souverain. Mais quel est la souveraineté d'un peuple "asservi" à des cotisations exhorbitantes qu'il ne sera bientôt plus en mesure de payer ? Il faudra bien, une fois ou l'autre faire en sorte que l'on tienne compte de la capacité contributive de chacun. Sinon nous irons dans le mur ; il est tous les jours un peu plus haut...

 

Incertitude ?

Les semaines passent et Jonas est toujours présent à vos côtés ! Il essaie - comme d'habitude - de vous distraire et de vous infomer sur les choses de l'univers.

Ainsi, aujourd'hui, il vous pose une nouvelle question dans le cadre de l'Année Mondiale de l'Astronomie.

En physique quantique, qu'appelle-t-on le "principe d'incertitude" ?

a) Principe qui énonce que les physiciens ne sont pas en mesure de démontrer les théories

b) Principe qui énonce qu'en physique, il faut se méfier des théories

c) Principe qui énonce qu'on ne peut pas connaître à la fois la vitesse et la position d'une particule

 

L'auteur de cette affirmation a été lauréat du Prix Nobel de physique !

 

La réponse à la question de la semaine dernière est la suivante : l'intervalle de temps le plus court qui puisse exister.