13/06/2009

Pascal Couchepin : un homme d'Etat ?

Pascal Couchepin a donc décidé - souverainement - de mettre un terme à son mandat. On ne reverra bientôt plus son sourire carnassier et l'on oubliera sa manière parfois cavalière de traiter ses interolcuteurs. Peut-être a-t-il secrètement pensé que le Conseil fédéral était composé de six Conseillers fédéraux et d'un homme d'Etat, un vrai : lui. Mais bref, il n'est pas le premier politicien à s'être laisser emporté sur la vague du pouvoir, à croire que son élection n'était que le résultat logique d'un parcours qui devait - forcément - le conduire au sommet.

Les résultats de sa politique ne sont malheureusement pas à la hauteur de "l'homme 'Etat". Son "show" dans le domaine de l'assurance-maladie ne parle pas vraiment en sa faveur. Pourtant on allait voir ce qu'on allait voir. Et on n'a rien vu. Notre ministre s'est enlisé dans un terrain qu'il savait pourtant bourbeux. Il n'a pas vraiment ménagé Mme Ruth Dreifus. Ce fut une erreur.

Si l'entêtement est une vertu d'Homme d'Etat, alors Pascal Couchepin mérite son titre. L'entêtement a cependant ceci de désagréable qu'il conduit à la surdité : on "voit" les gens parler, on ne les entend plus. Dommage.

J'ai toujours trouvé navrant que l'on confonde entêtement avec détermination.

Et pour finir, dans un grand délire médiatico-politique, on crie déjà "vive le roi" alors que le roi n'est pas encore mort...

Les commentaires sont fermés.