26/07/2009

Mal prise ?

Les commentaires peu élogieux concernant Mme Calmy-Rey me navrent. Non pas que je sois un inconditionnel de notre ministre des Affaires étrangères. Tant s'en faut. Moi, la solution miracle dans l'affaire Kadhafdi, je ne l'ai pas. Et si c'est si facile, alors il faut impérativement en informer le Conseil Fédéral ! Mais voilà, on n'est pas dans une négociation "normale". D'un côté il y a un terroriste (à son "actif" 276 personnes tuées dans un attentat aérien en Ecosse) doublé d'un preneur d'otage. De l'autre une ministre qui souhaite régler le différend selon les normes du droit international. Il serait quand même fâcheux qu'on oublie les otages sous préltexte de laver l'honneur de la Suisse. Alors les conseils que l'on lit dans les blogs et ailleurs sont souvent d'une consternante banalité, pour ne pas dire imbécillité.

Comment peut-on sortir d'une crise complètement irrationnelle avec des arguments qui, eux veulent être rationnels ? Le seul reproche qu'on pourrait nous faire, c'est de ne pas être membre de l'Europe. Peut-être aurions-nous plus de poids face à la dictature libyenne. Mais jusqu'à présent, nous avons choisi d'être libres sur nos monts quand le soleil brille. Les nuages, c'est dans le deuxième couplet ?

Paris vaut bien une messe. La vie de deux otages, que vaut-elle ?

Commentaires

Votre article comme les commentaires des blogs qui d'après vous sont irréalistes, me navre aussi tellement il n'est pas construit. C'est quoi votre fil conducteur au juste : nous passons de M.Calmy Rey sur le fait que nous sommes pas dans l'Europe sur l'irrationalité de Kadhafi. Le processus de cette affaire dès le début a été mal enclenché : la police aurait pu convoquer le fils K au poste au lieu de l'arrêter manu militari lui et sa femme enceinte. Les services du DFAE auraient pu dépêcher tout de suite un collaborateur car le fils K avait un statut diplomatique....Certainement, nous ne connaissons pas tous les dessus de cette histoire, le dernier Hebdo paru la semaine dernière nous donne d'autre éléments de cette affaire. Le constat général que l'on peut tirer de la gouvernance suisse face à des crises du présent (kadhafi, l'OCDE, le secret bancaire) mais aussi du passé (le fonds juifs en déshérence), c'est qu'elle n'anticipe rien, qu'elle n'apprend rien des expériences du passé, qu'en tant que petit pays, elle ne peut pas sortir des jokers de son jeu et qu'effectivement le DFAE actuel gère les dossiers dans l'urgence et que M. Calmy Rey joue avec les médias en négligeant par exemple de dire la vérité aux Suisses en déclarant qu'aucune rançon n'avait été payée pour les otages au Mali alors que quelques jours après on apprend que cela a coûté 3.3 millions de francs suisses. La transparence n'est pas de mise et c'est dommage car toutes les interprétations sont possibles.

Écrit par : demain | 27/07/2009

Pour moi le fil rouge de ce billet est limpide. En faisant partie de l’union européenne Kadhafi aurais depuis longtemps arrêté le bras de fer. Il en aurait été de même avec le différent sur les paradis fiscaux etc. Ne pas faire partie de cette union apporte aussi des avantages. Malheureusement, depuis la chute du mur et de l’URSS le poids de la Suisse s’est réduit comme peau de chagrin. Son utilité stratégique entre les deux blocs est devenue insignifiante. D’où, selon moi, la multiplication de nos difficultés internationales actuelle.

Il y a autan d’arguments pour ou contre l’adhésion à l’UE. Pour l’instant la Suisse et la majorité des citoyens veulent rester en dehors, point. Je fais partie de la minorité et le regrette. J’accepte le choix de la majorité et contrairement aux critiqueurs, je ne défausse pas sur les élus de cette décision du peuple.

@ Demain,
il semble évident que vous avez des informations privilégiées. Etes vous certain que li fils K bénéficie de l’immunité diplomatique ? Si la réponse est oui, vous êtes un menteur.

Écrit par : cali | 27/07/2009

La Suisse a basé cette procédure sur une base " légale" (plainte déposée) contre sévices corporelles et la Libye joue sur le tableau "légitime" c'est-à-dire que le fils de Kadkafi a pensé que sa suite au Président Wilson jouit de l'extra-territorialité en maltraitant ses domestiques. Lire http://www.francisrichard.net/article-30603908-6.html qui décrit la situation avec une justesse.

Écrit par : Demain | 27/07/2009

Les commentaires sont fermés.