18/08/2009

Et pourquoi pas lui ?...

Constatant le misérable spectacle que nous présentent les partis politiques suisses ainsi que les parlementaires quant à la succession de Pascal Couchepin, un nouveau nom fait tout d'un coup son apparition : Dick Marty. C'est un personnage d'une belle envergure, qui me paraît avoir un sens aiguisé de l'Etat tout en osant appeler un chat un chat.

Alors que les partis se combattent pour rafler un siège au nom de savants calculs qu'eux seuls comprennent pour asseoir un des leurs dans le septième siège, un homme pourrait mettre tout le monde d'accord et arrêter net l'affligeante comédie qu'on joue à Berne.

Enfin un homme, serais-je tenté de dire, dont la stature passe bien avant son appartenance politique. C'est bien un conseiller fédéral que l'Assemblée fédérale devra élire en septembre, et non n'importe quel zozo dont la seule ambition pour le pays est d'asseoir son c.. dans un siège gouvernemental.

Je n'ai jamais eu une attirance particulière pour le radicalisme, mais si j'étais parlementaire genevois, je ne rejetterais pas la candidature de Dick Marty sans y avoir avoir au moins prêté l'attention qu'elle mérite.

Les commentaires sont fermés.