04/09/2009

point contre pourcent

Depuis pas mal de temps les journalistes, ils ne sont pas les seuls, ont pris la fâcheuse habitude de parler de "points" quand il s'agit tout bonnement de "pourcent". Cette confusion coupable n'apporte strictement rien au discours. J'ai toujours pensé que le point était réservé aux indices - par exemple, le SMI, le Dow Jones, etc - alors que le pourcent s'appliquait plus précisément aux taux d'intérêt et d'une manière plus générale aux calculs dont la base était cent.

Même l'administration fédérale s'y est mise : dans le petit opuscule remis aux citoyens pour voter sur l'augmentation du taux de la TVA en faveur du redressement des comptes de l'AI, on trouve que le Conseil fédéral relève les taux (...) de 0,4 point (...). J'ai demandé à l'administration fédérale comment elle pouvait additionner des pourcents avec des points. Le fonctionnaire qui m'a téléphoné, d'une manière fort civile, a essayé de me faire comprendre que pourcent c'était comme point mais qu'en fait ce n'était pas tout à fait la même chose, mais qu'en définitive ça revenait à peu près au même.

En fin de compte je ne comprends toujours pas pourquoi la TVA actuellement à 7,6 % arrivera à 8 % si on l'augmente de 0,4 point (Combien vaut un point ?). Si je suis ce raisonnement, lorsque le SMI monte de 5 ou 6 ou 9 points, cela signifie que l'augmentation du jour est de 5 ou 6 ou 9 % ? Il doit y avoir un truc là-dedans.

Décidément il me semble que le français fédéral n'est pas très au ...point.

 

Les commentaires sont fermés.