23/09/2009

Voter, oui ! Mais pour qui ?

Mesdames et Messieurs les Candidats au Grand Conseil,

J'ai reçu mon enveloppe de vote avec les listes. Et comme j'ai toujours pensé que voter était un privilège, je ne me déroberai pas à mon devoir. J'ai parcouru les listes et parmi elles, il n'y a pas 10 personnes que je connaisse personnellement. Tous les autres sont des noms inscrits à côté d'un nom de parti. D'eux je ne sais rien sinon qu'ils sont membres dudit parti. Leurs idées et leur programme ? leur sensibilité ? leur libre-arbitre par rapport au parti - encore lui ! - comment me faire une idée ? Comme je n'ai pas l'habitude de voter "compact", me voilà pris dans une situation délicate : je ne souhaite pas voter pour un parti déterminé et je ne connais pas les gens qui sont sur les listes. Pour être franc, j'ai toujours eu de la peine à prendre au sérieux les candidats à ceci ou cela. Trop souvent je suis dans l'impossibilité de déceler leurs motivations profondes : sont-ils "dans la course" par amour de la "res publica" ou simplement pour trouver un siège et somnoler ?

Je ne vais pas voter simplement "pour que ça change !". Je vais voter en pensant un peu naïvement que les différentes f(r)actions vont s'arranger pour le bien de la République. Que non point ! Et que l'élu qui aurait l'audace d'avoir la tête qui dépasse un peu trop et s'exprimerait contre les intérêts supérieurs de son parti en subira évidemment les foudres. Et quel que soit le résultat des urnes, les riches continueront à défendre les riches et les pauvres continueront à ne défendre personne : ils n'en ont pas les moyens.

Il paraît qu'on appelle tout cela la démocratie participative.

"Ce qui m'intéresse" disait Boris Vian," ce n'est pas le bonheur de tous les hommes, c'est celui de chacun." Alors Mesdames et Messieurs les Candidats, puisse Boris Vian vous accompagner ces quatre prochaines années. Toute la République vous en sera reconnaissante.

Les commentaires sont fermés.