03/10/2009

Lettre à un voisin musulman

Je n’ai sûrement pas besoin de t’informer que dans notre pays, un nombre important de citoyens et citoyennes ont signé une initiative pour vous interdire - à vous les musulmans - de construire des minarets. A la rigueur, on veut bien tolérer une mosquée, mais les minarets, niet !

 

A ce sujet d’ailleurs, un de mes amis footballeurs m’a dit : « c’est comme si on autorisait la construction de stades, mais sans les tribunes… ». Mais bon, ce n’est qu’une boutade, tu l’auras compris.

 

En revanche, l’initiative, soutenue par un important parti politique de Suisse (Important à mon avis par le pourcentage, mais pas pour les idées), n’est pas une boutade. Les initiants veulent réellement vous interdire de construire des minarets. Ils en ont fait une fixation. Et tous les (faux) arguments) y passent : vous voulez dominer le monde, les minarets ne sont que le signe extérieur de votre volonté de puissance, vous souhaitez « déchristianiser » notre beau pays, vous appelez à la guerre sainte, vous voulez obliger le Conseil fédéral à instaurer la charia, vous allez demander la démolition de toutes les églises (avec ou sans clochers). Bref, dans une cinquantaine d’années (pour certains ce sera beaucoup plus tôt) le muezzin, du haut de son minaret, nous appellera pour la prière. Bref, tous les Suisses devront disposer d’un tapis de prière et observeront le ramadan. Les curés et les pasteurs seront emprisonnés, probablement torturés et enfin exécutés parce qu’impies.

 

Voilà la vision cauchemardesque qu’essaient de nous faire avaler les tenants de ce texte méprisable.

 

Il ne nous reste donc peu de temps - à toi et à moi - pour faire comprendre à ceux qui vont voter qu’il ne suffit pas d’interdire les minarets pour régler le problème de l’islamisme, dont tu ne fais pas partie. L’islamisme est sans doute dangereux, comme le sont certains de ses serviteurs serviles. Le christianisme aussi a été - et est parfois encore - dangereux : souviens-toi de l’Inquisition. Moi qui suis passionné d’astronomie je pourrais te raconter les mésaventures de Galilée. Giordano Bruno a encore eu moins de chances : il a tristement fini sur un bûcher édifié au Campo dei Fiori.

 

Alors voilà ce que je te propose : il reste un peu moins de deux mois avant le vote. Et comme je te sais modéré et respectueux de tes concitoyens, tu vas leur expliquer ce qu’est ton islam. Un à un tu vas leur dire que tu n’a nulle intention de t’en prendre aux chrétiens. Tu veux simplement pouvoir pratiquer ta religion et que tu penses - tu me l’a dit - que les femmes musulmanes n’ont pas encore la place qu’elles méritent dans notre société. Par la même occasion tu demanderas aux chrétiens pourquoi ils ont tant peur de toi. Avec des mots simples tu leur expliqueras que tu souffres d’être assimilés à un terroriste, que tu ne souhaites pas de faire exploser dans la cathédrale St-Nicolas de Fribourg ni dans une synagogue de Genève. Tu leur diras toute la déréliction que provoque en toi le conflit du Proche Orient et que tu es très attaché à l’initiative de Genève. Je te sais capable de ces mots qui apaisent et qui permettent la discussion. Bref tu leur diras que tu es musulman et non islamiste ! Et si les gens t’écoutent avant de refermer leur porte, alors nous aurons une chance de barrer la route à ceux qui nous montrent un poing plutôt que de nous tendre la main. Les pauvres ! Ils sont encore plus intolérants que ceux qu’ils prétendent combattre.

 

De mon côté, je ferai de même avec les chrétiens auxquels « j’appartiens ». Je leur dirai qu’ils se trompent d’ennemi. Je leur demanderai d’écouter, peut-être de comprendre, avant de condamner. Je leur demanderai de réfléchir aux conséquences d’un rejet des minarets, des rancœurs qu’elles vont distiller. Je ne leur dirai probablement rien sur les possibles attentats que pourrait nous apporter une décision épidermique et incontrôlée.

 

J’aurais encore mille choses à te dire, mon cher voisin, mais il se fait tard et comme nous sommes d’accord sur l’essentiel, je préfère ne pas allonger. Mais quand même, dans ce beau pays, il faudra bien qu’un jour, nous soyons capables de cohabiter autrement qu’à coups de menaces, d’intolérance et d’irrespect. C’est à ce prix, à ce prix seulement, qu’on pourra parler de démocratie.

Commentaires

A quand une lettre dans le même style que les deux précédentes (style "tout le monde y l'est beau, tout le monde y l'est gentil) aux genevois ou suisses, cher Anaxagore ?

Cordialement

(o_o)

Écrit par : Loredana | 03/10/2009

Anaxagore, cette lettre aurait dû être adressée à Hani Ramadan!

Bien à vous

Écrit par : Patoucha | 04/10/2009

Merci, Anaxagore, pour votre mesure et votre sagesse, au milieu de l'avalanche d'idioties que ce scrutin a déjà commencé à déclencher.

Une remarque toutefois, au sujet des "possibles attentats que pourrait nous apporter une décision épidermique et incontrôlée". Je ne trouve pas cet argument recevable. Nous avons toutes les raisons de désapprouver cette initiative, mais la peur est certainement la plus mauvaise.

Écrit par : yves scheller | 04/10/2009

Telle mère tel fils! Nous ne sommes pas à Gaza....

Écrit par : Patoucha | 04/10/2009

Quel fiel que déverse Patoucha, elle se doit d’importer à nouveau un conflit qui n’est pas le nôtre.

Ici, on cause d’un problème propre aux véritables suisses. On devra voter sur un texte préparé par un club de racistes de la pire des espèces. Il y a 40 ans leurs pères s’attaquaient aux Italiens. Aujourd’hui leurs fils et filles engraissé au petit lait de la haine distillent les mêmes arguments. Et comme toujours ces mouvements prennent naissance chez les frustrés de basse extraction sévissant dans les villes et campagnes de la Suisse allemande.

Quant aux Romands il suffit de les observer et on pourra constater qu’encore une fois ils nous démontrent le degré de leur servilité envers des bouffeurs de Schüblig mit Kartoffelnsalat. De bien pauvres mecs sans envergure aucune… et pourtant ils recueillent des voix en Romandie où tout reste à faire

Écrit par : Hypolithe | 04/10/2009

Une question, Hypolithe: "un club de racistes de la pire espèce", Cette formulation, tout le monde en conviendra, vous l'utilisez pour dénoncer des gens pas gentils et pas fréquentables du tout, on est d'accord ?
Je présume que oui.
Bien...
Ensuite, "des bouffeurs de Chüblig mit Kartoffelsalat", est-ce là votre façon de témoigner votre grande estime pour nos compatriotes suisses-alémaniques ou serait-ce de la simple xénophobie ?
Bof... simple question, n'est-ce pas...

:o)

Écrit par : Blondesen | 04/10/2009

Cher Blondesen,
A propos de "Club de raciste de la pire espèce" je pense en tout premier lieu aux thuriféraires et suiveurs de James Schwarzenbach et de Valentin Oehen dont j'entendais les critiques acerbes de mon grand père contre ces deux personnes lors des votations anti xénophobes comme on les appelait en ces temps là.

Détrompez-vous Blondesen j’ai un très profond respect pour mes compatriotes Suisse allemand. J’ai le plaisir de rencontrer des ami(e)s principalement à Zurich, Bâle, et à Lucerne avec lesquel(le)s avec qui je partage les mêmes divertissements : concerts de musique classique, théâtre, opéra.

Après les spectacles quel plaisir que de dîner avec des gens charmants, ouverts d’esprit, et toujours prêts à s’amuser d’une bonne plaisanterie ou d’une moquerie comme c’est souvent le cas lorsque nous évoquons les turpitudes des membres de l’UDC. La palette est si large qu’elle couvre l’ensemble de la Suisse… Il n’y a pas de röstigraben dans ce cas.

C’est d’eux que je tiens l’expression Schüblig mit Kartoffelnsalat en référence aux grandes soirées organisées par Christophe Blocher dans la salle de l’Albisguetli de Zurich et où les participants avides de saucisses gratuites répétaient à l’envie -Es kostet nüt- fantastich Schüblig mit Erdäpfelsalat. ( terme volontiers utilisé pour désigner des pommes de terre).

Voilà je vous souhaite une bonne semaine.

Écrit par : Hypolithe | 04/10/2009

A Loredana,
Décidément la hargne contre tout et tous est votre amie favorite. Continuez comme cela et vous allez vous détruire. J'en serais sincèrement désolé. Je ne vous connais pas mais vous valez probablement mieux que ce que vous déversez sur les blogs.

A Patoucha,
Qui vous a dit que mon voisin n'était pas Hani Ramadan ?

Écrit par : anaxagore | 04/10/2009

Je me détrompe avec plaisir, Hypolithe, et me permets d'apporter une légère correction: "Erdöpfelsalat" et non pas "Erdäpfelsalat".
Nos compatriotes d'outre-Röstigraben gagnent en effet à être connus, dommage que l'enseignement de l'allemand (et du dialecte suisse-alémanique !) soient si peu privilégiés sous nos cieux.

:o)

Écrit par : Blondesen | 04/10/2009

Bah j'avais juste envie de vous "titiller" avant d'aller me coucher. Vous savez ... afin d'évacuer mon stress et passer une bonne nuit relax. Parce que "je le vaux bien" !!

Cordialement

(o_~)

Écrit par : Loredana | 04/10/2009

@hypo-lite, Teufel!"basse extraction" vs."Après les spectacles quel plaisir que de dîner avec des gens charmants, ouverts d’esprit, et toujours prêts à s’amuser d’une bonne plaisanterie ou d’une moquerie(...)" Jaa, kein röstigraben! Aber Klassegräben, siche! Unt was denken sie von kartoffeln chips?

Écrit par : Redbaron | 06/10/2009

Unt, hypo-lift, les schwartzenbach, Oehen, de "basse extraction"? Sûr de votre affirmation? Parce que voyez-vous c'est ennuyeux, pour mon incarnation actuelle, mon karma, (nous sommes entre gens qui nous comprenons pour l'instant n'est-ce pas) m'a engendré des ses basses extraction, mais beaucoup de gens de ces "basses extractions", ne supportent, ni ne supportait ces idées xénophobes, et beaucoup de leader d'extrême droite européenne, sont de "haute extraction", pareil pour ceux qui favorisent par leurs versements en monnaie ces mêmes mouvements...
Et donc, cette "basse extraction" fait que noue ne mangerons jamais à la même table!
Voyez-vous, karoffeln-chips, salat, mit oder ohne schublig, j'ai de la peine à digérer vos catégorisations. Ce mépris répété, décennie après décennie, siècle après siècle, loin de faire évoluer aggrave... Bling,bling, fait la charette de l'Ankou!
Vous et votre culture, "hostkultur" pardon, vous devez connaître la référenz!

Écrit par : Redbaron | 06/10/2009

@ Redbaron
Que c'est gentil de votre part de défendre la culture alternative...
Quant à la catégorisation, si vous en êtes victime c'est votre problème.

Écrit par : Hypolithe | 06/10/2009

@Hypolite, Teufel! vous pouvez vous payer mein kopf, vous ne répondez pas, sur les milieux d'origine réels des dirigeants d'extrême droite? Gêné? Je retorne à ma "culture altenative"! Quant à être victime, sûrement moins que vous! sale petit... imbus!

Écrit par : Redbaron | 06/10/2009

@Redbaron
Les dirigeants des partis d'extrême droite appartiennent le plus souvent à des milieux bourgeois voir dans le passé industriel. Les cadres inférieurs viennent très souvent des milieux petit bourgeois et bien entendu de tous les déçus de la gauche comme ce fut le cas en Allemagne et en Italie.

Or, parmi ceux à qui vous pensez ne sont pas nécessairement des gens d'extrême droite. Je pense par exemple comme à feu Olivier Reverdin du parti libéral genevois, Monsieur Jean-François Aubert ancien professeur de droit constitutionnel à l'Uni de Neuchâtel.

J'appartiens à une famille de droite et n'est pas à rougir de mes origines. J’apprécie fortement le charme discret de la bourgeoisie et profite largement de ses bienfaits. Dans le passé une personne appartenant à la gente féminine tenta, mais en vain, de nous convaincre de la justesse de sa cause : féminisme à outrance, gauchisme militant etc. Lassé mon père divorça et elle quitta notre cercle familial. L’eau et le feu ne font pas bon ménage.

Sale petit... imbus que voilà un langage disgracieux quoique élégant par le choix du terme.

Je pense avoir fait mouche en parlant de "culture alternative" genre propre aux socialistes et verts romands qui défendent ce mode de culture avec bec et ongles pour un résultat négligeable à mes yeux quoique il permet de survivre à quelques artistes se prétendant talentueux. Que grand bien leur en fasse !

Écrit par : Hypolithe | 07/10/2009

@Hypolithe, Teufel ! eh bien vous admettez que le fascisme n’est pas uniquement de « basse extraction », ce que vous tentiez de dissimuler par votre mépris. Les dirigeants de tels mouvements autoritaires, d'extraction "supérieure" exploitent en supplément à une exploitation "de droit divin" une partie (certes consentante) des individus de "basses extractions" que la dite "supérieure" à en plus éduqué à la soumission. Quelle noblesse!

Par contre, en tant que « lecteur de pensée », vous ratez votre examen de fakir, vous m’attribuez des pensées que n’ayant pas, je n’ai pu exprimées.

Il n’est et n’était pas question de vous demander de rougir de vos origines (bien que l’expression me fasse sourire, ou m’invoque quelques jeu de mots dont je m’abstiendrais), mais ne demandez pas à ceux qui n'ont pas la même de vous approuver chapeau bas.
Du fait que vous profitiez, je n’en ai jamais douté, mais de quoi et sur qui, c’est une autre question, à laquelle il serait vain de vouloir répondre ici. J’ajouterais que vos histoires familiales et leur conclusion par un si pauvre dikton ne regardent que vous.

Le langage disgracieux quoique élégant à eu pour mérite d’amener la clarification de vos propos.

Désolé, mais la mouche du coche à manqué sa cible! Membre du "Trio infernal", je suis en parfait accord avec les textes publiés par An-artiste sur la culture réduite en simple objet de consommation, qu’elle soit Host/sous/contre culture, discontinue ou alternative.
J’ajouterais cependant, que la culture à laquelle vous vous référez, celle qui n’a pas selon vous un « résultat négligeable », fut souvent celle qui se créa à l’ombre des œuvres reconnues de leur époque, par des artistes négligés par les classes équivalentes à la votre. Eléments de preuve d’une telle affirmation, Mozart et sa fosse commune, Rembrandt poussé à la ruine, Schubert et ses crises de démence, et plus proche de nous Van Gogh et son suicide. Ce ne sont là que quelques exemples.
La chose frappante, reste cette division qui vous semble si nécessaire dans la vie entre les « Unter », les romands, etc., qui démontre ici un esprit appelant une citation de Brecht... mais en gestation. Gestation qui n'es ni de ski, ni de transport public.

Teufel Hypolithe, je pense que nous avons fait le tour de la question. Pour ma part j’en reste là.
Bien à vous

Écrit par : Redbaron | 08/10/2009

@ Redbaron
Je vous remercie l’amabilité que vous avez déployé dans ce petit échange somme toute fort agréable.

Pour conclure vous ne me verrez jamais jouer de l'accordéon klezmer au festival du bois de la Bâtie.

Bien à vous

P.S. C’est drôle… nous avons complètement omis de parler de notre ou de nos voisins musulmans.

Écrit par : Hypolithe | 08/10/2009

Les commentaires sont fermés.