31/10/2009

Tout le monde n'y croit pas

Bonjour, c'est Jonas ! Je suis content de vous retrouver pour notre petit quiz. Que vous soyez des fidèles ou simplement "de passage", vous êtes les bienvenus.

En cette Année Mondiale de l'Astronomie, mon plaisir est de vous faire découvrir un peu notre univers avec les gens qui sont dedans. Bien sûr, il y en a de plus célèbres que d'autres. Moi, par exemple, à part vous, personne ne me connaît. Que voulez-vous, tout le monde n'a pas le génie d'Einstein ! Mais bref, revenons à notre petit jeu. D'accord, vous n'êtes pas tous astronomes, mais ne me dites pas que vous n'avez jamais entendu parler de lui. Lui ? L'homme de la question !

Quel est le premier homme qui a fait le tour de la Terre dans une capsule spatiale ?

 

a) Neil Alden Armstrong.

b) Iouri Gagarine.
c) Alexandre Popov

 

Réponse à la question de la semaine dernière : b) Neil Alden Armstrong (Ceux qui ont répondu Louis Armstrong recopieront 100 fois "je réfléchis avant de répondre"). Armstrong, Neil de son prénom, a donc été le premier humain à poser le pied sur la surface de la Lune. Et à ce moment précis, il a dit "c'est un petit pas pour l'homme et un grand pas pour l'humanité".

 

A propos, savez-vous que de nombreuses personnes aux Etat-Unis (entre 6 et 20 %, dit-on) sont persuadées qu'aucun homme n'a jamais mis les pieds sur notre satellite naturel et que la conquête de la Lune est une supercherie. Certains disent même qu'un célèbre metteur en scène américain a été chargé de tourner la plus grande escroquerie intellectuelle du siècle, du 20ème siècle.

 

Que tout cela ne vous empêche pas de dormir et encore moins de rêver !  Je vous attends ici même la semaine prochaine.

En attendant, j'ai quelques courses à faire du côté d'Andromède.

Bien à vous. Jonas.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/10/2009

Pathétique Miguel Stucki

Je comprends, Cher Monsieur, que vous cherchiez à faire libérer un otage. Vous n'êtes pas le seul. Mais pour vous ce n'est pas n'importe lequel. Un collaborateur proche ou un associé mérite bien quelques accomodements avec les faits. Je ne vous en blâme pas. Je trouve néanmoins surprenant que vous puissiez demander à un de nos magistrats de s'aplatir devant le tyran de Tripoli. Quelles que soient les circonstances, les responsabilités de la police de Genève, il serait bienséant de vous souvenir que la prise d'otages ne fait pas partie des pratiques du droit international sinon pour en condamner le côté particulièrement pervers.

J'essaie d'imaginer la police genevoise arrêtant M. Jean Sarkozy dans les mêmes circonstances que H.K. Le Président de la République aurait-il demander que l'on séquestre quelques Suisses de France, comme cela, juste comme représailles ? Ah, la France est un état de droit. Ce qui veut dire que la Libye ne l'est pas !

Non, les pratiques de Tripoli sont parfaitement méprisables. Seules, dès lors, des négociations discrètes sont susceptibles de faire avancer les choses avec, pourquoi pas, des bons offices ou une représentation de notre Etat par un autre. Laissons travailler la diplomatie. L'avocat qui a travaillé à la libération des infirmières bulgares a donné une très fine analyse dans la TG de la situation. Ce n'est malheureusement pas avec des gesticulations incongrues - il y en a déjà eu beaucoup trop - que nos compatriotes reviendront.

Alors de grâce, n'intervenez plus de cette manière. Vous nuisez à la cause.

 

 

29/10/2009

Métro et mouettes

Quand les Lausannois inaugureront leur deuxième métro, à Genève on votera certainement pour savoir si augmenter le nombre des mouettes de 4 à 8 pour traverser la rade n'est pas une dépense inutile...

Quand bien même le CEVA ne serait pas indispensable immédiatement, il le deviendra un jour ou l'autre. Alors osons un peu parier sur l'avenir.

Je voterai donc oui au CEVA.

25/10/2009

médicaments, médecins et assurances...

Alors que j'officiais dans le domaine de l'assurance-maladie, il y a plus de 30 ans, la propharmacie posait déjà problème ! On s'interrogeait déjà sur la nécessité d'autoriser certains médecins à distribuer - et facturer - des médicaments. De fait et sauf cas particulier - et ils sont rares - il n'y a aucune raison que les médecins soient en quelque sorte aussi pharmaciens. La Suisse romande a pratiquement été épargnée par ce phénomène qui reste - et de loin - l'apanage de la Suisse alémanique.

Cela précisé, pour contenir - et non pas réduire ! - les cotisations aux assurances-maladie, il faudra impérativement que l'on s'attaque aux vrais problèmes et que l'on arrête de taper sur les caisses-maladie que l'on a décidé de désigner comme boucs-émissaires. Certes, leur manière de communiquer est assez déplorable et la transparence n'est pas leur fort. Croire cependant que la réduction des réserves va suffire à faire baisser vos cotisations est d'une naïveté désarmante.

Comment voulons-nous  arriver à stabiliser les cotisations si nous n'arrivons pas à stabiliser les coûts ? La santé publique est un domaine affreusement difficile à gérer, et cela dans la plupart pour ne pas dire la totalité des pays. Pourquoi ferions-nous exception ? Et le jeu des chaises musicales qui consiste à changer de caisse chaque année n'est qu'un pis-aller. Le peuple n'a pas voulu - lui a-t-on fait peur ? - de caisse unique, se rendra compte un jour ou l'autre que la plus grande partie des caisses auront disparu ! Peut-être n'en restera-t-il qu'une seule, privée ! Qu'aurons-nous gagner ?

Alors, caisse unique ou pas caisse unique, c'est sur les coûts qu'il faudra agir. Et là, de toute évidence, il y aura des choix difficiles. Certes des économies sont possibles au sein des organismes de santé. On pourra compresser les coûts administratifs encore un peu. Et qu'on ne vienne pas dire que les dirigeants gagnent trop ! Non les choix difficiles ce sera, comme vient de le dire P. Couchepin - pour une fois que je suis d'accord avec lui - diminuer le nombre des hôpitaux, réfléchir à la rémunération des médecins, se pencher sérieusement sur le prix des médicaments. Mais dans nos sociétés "hypertechnologisées" il est difficile de faire comprendre aux patients que le dernier traitement vanté dans la presse n'est pas forcément adapté ni nécessaire à leur cas. Il faudra aussi leur faire comprendre qu'un hôpital n'est pas indispensable à chaque arrêt de bus ou de tram. Il faudra aussi faire admettre qu'un petit bobo peut parfois être traité en payant de sa poche, qu'un emballage de paracétamol est délivré sans ordonnance. Il y aurait encore mille exemples.

Les conseillers fédéraux en charge du dossier - P. Couchepin y compris - se sont pratiquement tous cassé les dents. Non par incompétence, mais simplement parce que s'attaquer aux lobbies n'est guère chose aisée et électoralement peu payant !

La santé n'a pas de prix, mais elle a un budget, surtout pour nombre de familles à petits revenus.

Alors, ou bien on poursuit les sempiternelles discussions sur la responsablité supposée des caisses-maladie, ou bien les autorités empoignent le problème comme il aurait dû le faire depuis longtemps : avec détermination et probité intelllectuelle.

Les boucs-émissaires, c'est peut-être intellectuellement satisfaisant, mais ça ne fait pas baisser les primes d'assurances. On ne peut pas s'offrir une Rolls pour le prix d'une Fiat 600.

Définition...

Le dictionnaire de l'Académie Française définit comme suit le mot otage :

2. Personne, choisie en général arbitrairement, que des individus détiennent de force et menacent de tuer, pour contraindre une collectivité, un État à céder à leurs exigences.

Question

Les deux Suisses retenus en Libye répondent-ils à la définition ci-dessus ?

a) La réponse est oui ; alors oui, ce sont bien des otages. Laissons travailler nos édiles.

b) La réponse est non ; alors, il faut inviter le colonel à planter sa tente sur la prairie du Grütli le 1er août prochain. Ca nous changera des skins.

 

 

Effet de mode ?

Je sais que mon propos ne va pas intéresser beaucoup de monde mais pour avoir enseigné le français aux non-francophones, il y a un certain nombre de points qui me semblent importants ; depuis quelques temps, je lis, j'entends à la télevision et à la radio les journalistes utiliser à tout propos le "substantif" fondamental, la plupart du temps au pluriel "les fondamentaux". J'ai cherché partout et aucun dictionnaire n'a été en mesure de me donner une réponse.

Dès lors je suppose qu'il s'agit d'une "fantaisie" qui ne repose sur rien et qui consisite à faire croire au citoyen lambda - comme on dit aujourd'hui - qu'on est plus intelligent que lui dès le moment qu'on emploie des mots inhabituels...et incorrects !

Le pire, c'est que les personnes qui utilisent simplement les mots "base"  ou "fondement" à la place de "fondamental" vont sans doute être considérés comme des attardés qui ne suivent pas la mode. Tant pis pour la mode !

24/10/2009

La réalité dépasse la fiction !

Je suis heureux de vous retrouver chaque samedi matin. Depuis une quarantaine de semaines, je vous pose une question liée de près ou de loin à l'astronomie. Ah oui, pour ceux qui ne me connaîtaient pas, je m'appelle Jonas, le voyageur du cosmos (mais je suis aussi connu pour être le héros d'un jeu de société intitulé Jonas et le trou noir). Je ne vais donc pas faillir à l'usage. La colle du jour n'est pas vraiment difficile. Tous ceux qui étaient "scotchés" devant leur petit écran il y a quarante ans seront en mesure de répondre à la question. Tous les autres aussi d'ailleurs...

Quel est le premier homme qui a marché sur la Lune ?

 

a)  Michael Collins.

b)  Neil Alden Armstrong.
c)  Pavel Vinogradov.

 

Réponse à la question de la semaine dernière :  c) Isaac Newton, bien sûr

Qui connaît le nom de Newton ? Tout le monde sans doute ! Mais qui sait ce qu'il a réellement inventé ou découvert ? Et qui sait encore que notre vie quotidienne est étroitement associée à son nom ? Aussi bien, lorsque vous laissez tomber un verre, pourquoi diable évoquez-vous le mot de Cambronne ? Celui de Newton serait plus approprié...Il est en effet le père de la gravitation universelle, théorie qui permet d'appliquer les mêmes règles à l'ensemble de l'univers.

C'est Newton encore qui détermina pourquoi la Lune tourne autour de la Terre, la Terre autour du Soleil, etc. et pourquoi lorsque vous laissez tomber votre carton d'oeufs, vous ramassez une omelette... Isaac Newton est né en Angleterre. Il étudia et enseigna toute sa vie à Cambridge. Outre la gravitation universelle, on lui doit de nombreuses découvertes dans des domaines très divers. En physique, il s'intéressa à la décomposition de la lumière blanche. Inventeur du télescope qui porte son nom (il existe maintenant d'autres types de télescopes, mais le "newton" est toujours utilisé, notamment par les amateurs.), Newton est décidément un nom "incontournable" dans l'histoire des sciences.

 Allez, bonne semaine et à samedi prochain.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/10/2009

Cauchemar...

La nuit dernière, j'ai fait un horrible cauchemar. Certes un cauchemar horrible est sans doute un poil pléonastique, je vous l'accorde. Mais la situation étant ce qu'elle était, je n'ai pu faire autrement que d'accoler cauchemar avec horrible !

J'en viens à l'essentiel. Dans un communiqué laconique, la Commission européenne informe de sa décision d'interdire, dès le 1er janvier prochain, aux citoyens européens non résidents en Suisse, le droit d'y exercer une activité lucrative.

Les xénophobes sont ravis : ils aiment les étrangers quand ils restent chez eux. Certains habitants de communes limitrophes de la France sont ravis : le trafic pendulaire va disparaître. Certain parti politique sera ravi : cela va résorber le chômage, complètement ; enfin on le pense. Et comme on vient d'interdire la construction des minarets, tout va bien, la Suisse maîtrise la situation. Enfin presque.

J'avance dans mon cauchemar ; Vers le 10 janvier, plusieurs décès dans les EMS sont annoncés : manque de soins, personnel très nettement insuffisant. Le 21 janvier, 137 entreprises ont déjà été mises en faillite : pas assez de personnel. Les chômeurs, spécialement à Genève - tous compétents bien sûr - ne « cadrent » pas avec ce que cherchent les entreprises. Même l’administration est touchée : des guichets ont été fermés et les files d’administrés s’allongent. La colère gronde.

On rapporte - c’est la seule lueur dans mon cauchemar - que de nombreuses entreprises étrangères ont décidé de quitter Genève. Des appartements se libèrent en masse.

Les Roms sont partis ; pas de chance, ils ont été remplacés par des Genevois et on ne peut pas « les nettoyer au Kärcher ».

Le Conseil d’Etat vient d’annoncer que vu la situation, la construction du CEVA était inutile. On abandonne…Conséquence : deux gros entrepreneurs vont déposer leur bilan.

Je suis en train de lire dans le journal que…lorsque le coq de mon voisin me tire d’un sommeil dévastateur.

J’allume la radio qui m’informe immédiatement que les sondages sont très serrés et que les minarets sont en danger. De même pour le CEVA. M. Stauffer a été élu au Conseil d’Etat - les mendiants sont inquiets, les frontaliers aussi. C’en est trop. Je retourne me coucher. Après tout, mon cauchemar n’était pas si terrible.

 

17/10/2009

Un certain Bernard LYOT

Bonjour à tous ceux et celles qui me suivent depuis le début de mon aventure. Ceux qui prennent le train en marche sont également les bienvenus et j'espère qu'ils resteront fidèles jusqu'à la fin de l'année mondiale de l'astronomie...au moins. Pour la suite on verra ! Ah oui, pour les nouveaux arrivés, je m'appelle Jonas, voyageur du cosmos.

Le titre de ma note d'aujourd'hui devrait vous éclairer sur la réponse à la question de la semaine dernière mais avant de vous donner quelques détails, je vous propose une nouvelle colle, franchement pas bien "méchante". Voici :

Qui a découvert le principe de la gravitation universelle ?

  • a)

La réponse à la question de la semaine dernière : la réponse c) était la bonne : un coronographe est un appareil destiné à créer des éclipses de soleil artificielles. C'est un certain Bernard Lyot, de Lyon qui a conçu et réalisé cet appareil fort utile au demeurant étant donné que les éclipses de soleil ne sont pas si nombreuses que cela et qu'elles n'ont pas lieu toujours aux mêmes endroits ! Pour observer la couronne du Soleil - le nôtre - B. Lyot a pensé qu'il serait utile de pouvoir observer la couronne solaire à n'importe quel moment. Le coronographe n'est pas très vieux puisque son apparition date de 1930.

Et puisque nous parlons du Soleil, signalons en passant quelques renseignements intéressants mais non existentiels : la température interne du Soleil - au centre - est de l'ordre de 15 millions de degrés alors que la température de surface est d'environ 5500 degrés. Curieusement la température de la couronne - elle - remonte à un million de degrés sans que l'on sache bien expliquer le phénomène.

Merci de votre attention et à la semaine prochaine, si vous le voulez bien !

Jonas

 

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2009

Six sur dix...

Près de 6 "électeurs" sur dix sont restés chez eux disait-on autrefois quand le vote s'exprimait directement au bureau de son quartier. A l'heure actuelle ils sont de nouveau 6 sur 10 à être chez eux, leur enveloppe de vote planquée dans la pile des vieux papiers entre une pub de E-Phone et un exemplaire de 20 minutes dont ils se servent pour allumer la cheminée. L'enveloppe de vote, ils ne l'ont même pas ouverte.

Je croyais que les politiciens étaient élus pour faire de la politique, qu'ils devaient légiférer et gouverner. Et bien pas du tout. A Genève, ils s'écoutent respirer, ou, comme le chantait Jacques Brel, ils écoutent leurs cheveux pousser. Quel triste spectacle ! L'avancée du MCG n'arrangera probablement rien. On ne légifère pas avec des slogans outranciers tout comme on ne fait pas avancer la situation de la République en s'opposant aux propositions des autres simplement parce que ce sont les autres.

Bien sûr me dira-t-on, l'abstention n'a aucune excuse. Et puisque dans nos démocraties on peut donner son avis, donnons-le ! Je persiste néanmoins à m'interroger sur la véritable légitimité (aritmétique) du vote. Il n'y a vraiment pas de quoi pavoiser - même au MCG - quand tant de citoyens - lassés probablement par un égocentrisme partisan stérile - en viennent à bouder les urnes.

Tous les élus devraient se pencher sur le problème avant de claironner, comme le fait M. Stauffer, que l'on va "nettoyer" la ville de ses mandiants en 45 jours.

Finalement nous avons les politiciens que nous méritons...