Les bistrots en danger ?

Imprimer

Ainsi donc, j'apprends que les cafetiers-restaurateurs digèrent mal l'interdiction de fumer dans leurs établissements. A mon avis, il n'est pas du tout certain que la désaffection du chaland soit due à un air moins pollué. Ont-il songé une minute que la qualité de leur cuisine pouvait être en cause et que cette dernière, liée à la hauteur des prix pouvait être rédhibitoire sur la fréquentation ?

Alors que le sommet de Copenhague vient de s'ouvrir et que tout le monde souhaite faire baisser les émissions de gaz à effet de serre dans des proportions gigantesques, je m'interroge sur la manière dont on y parviendra alors que certains fumeurs ne sont pas foutus de s'abstenir de fumer pendant qu'ils refont le monde un verre de rouge à la main ou qu'ils dégustent leur plat du jour...

Pour les gaz à effet de serre, on a encore du souci à se faire.

Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Science, Suisse 1 commentaire

Commentaires

  • Certes ;-)

    Mais le pire, c'est qu'on ferait encore bien plus baisser les émissions de gaz, en n'allant tout simplement plus au bistrot.

    Car dans le meilleur des cas, même si l'on y va à pied, encore faut-il que les produits soient transportés jusqu'audit bistrot. Et si l'on y va en voiture, alors là c'est moche, et mieux vaudrait rester à la maison.

    Le mieux, évidemment, étant d'habiter à la ferme, et de consommer les produits sur place ;-)

Les commentaires sont fermés.