05/04/2010

Annecy, le flop...

L'éditorail (Ce n'est pas un jeu de mots, c'est juste une faute de frappe...) de la TG du samedi 3.4.2010 s'intitule : "Le CEVA fait un flop". J'aimerais d'abord relever que pour qu'il y ait flop, il faut que le public soit au courant. Or pour admettre que le CEVA fasse un bide (un four, un flop) à Annecy, il faudrait que l'ensemble de la population et des élus locaux le rejettent ou s'en désintéressent. Or tel ne semble pas être le cas. Les gens d'Annecy ne semblent simplement ne pas être au courant. Pour l'instant les Annéciens ne profiteront pas du CEVA et la liaison ferroviaire Annecy-Genève restera une aimable plaisanterie.

J'ajoute que si la population locale n'a pas connaissance du projet, la presse en est probablement responsable : c'est à elle qu'appartient le rôle d'informer. Et que font les médias de Genève et des environs pour expliquer les enjeux (et la nécessité ?) d'une nouvelle entité économico-politique ? Il y a des mentalités à faire évoluer aussi bien d'un côté que de l'autre. C'est bien de vouloir créer une région franco-valdo-genevoise ! Encore faut-il que ses habitants y trouvent quelques avantages : habitat, travail, transports et fiscalité notamment. S'il ne s'agit que de permettre à l'économie d'étendre ses tentacules en saignant celles et ceux qu'elle croit être à son service, ce n'est pas demain que nous verrons la grande région voir le jour.

Enfin les liens de l'histoire et du nationalisme (osons le mot !) pourraient bien avoir raison d'un développement certes souhaitable de la région, mais qui n'offre guère de garantie d'harmonie et de bien-être partagés. A voir des gens comme le MCG freiner des quatre fers chaque fois que l'on prononce le mot "frontalier" et à entendre certains Savoyards (Savoisiens ?) s'accrocher à une illusion d'indépendance grâce à un gouvernement provisoire, on se dit que ceux qui vivent d'espoir finiront peut-être par mourir de désespoir...

 

 

Commentaires

Le député d'Annecy Lionel Tardy est, lui, bien au courant, et j'ai trouvé la position du quotidien genevois un peu bizarre. Le fait est que le CEVA ne va pas juqu'à Annecy, et que depuis Annecy, on ne se rend pas à Annemasse en train. La population d'Annecy ne s'intéresse qu'à ce qui se passe à Annecy: le département ne signifie pour elle rien. Ou pas grand-chose. Mais ce n'est pas un reproche. Il faudrait déjà qu'à l'école, on apprenne l'histoire du département, si on voulait que le département ait une âme, et que les habitants du département s'intéressent à ce qui concerne seulement d'autres habitants du département. Dans les faits, les programmes d'enseignement sont centralisés, et les Annéciens s'intéressent davantage au grand Paris qu'au grand Annemasse ou même au grand Genève. Ensuite, est-ce que les Genevois s'intéressent à ce qui se passe à Annecy, je ne pense pas non plus.

Écrit par : RM | 05/04/2010

Les commentaires sont fermés.