10/04/2010

Illustre, mais pourtant inconnu(e)...

Quand on parle de gens célèbres mais inconnus, on pense généralement toujours aux hommes. Comme si cela allait de soi ! Il fallait avoir un sacré caractère pour qu'une femme puisse revendiquer - elle aussi - le titre "d'homme célèbre"...

Il n'y en a pas beaucoup en astronomie ou en scienCes en général. Mais en cherchant bien, on en trouve quelques-unes. Et c'est justement la raison pour laquelle, aujourd'hui, je vous propose une personnalité féminine.

Emilie DU CHATELET (1706 - 1749)

Emilie du Chatelet_3k.jpgUne fois n’est pas coutume : trouver une femme célèbre aux siècles des lumières et qui plus est dans le domaine des sciences tenait de la gageure ! Les méchants diront bien sur qu’elle tire sa célébrité de sa liaison avec Voltaire. C’est vite dit ! Ce n’est quand même pas François Marie Arouet qui a traduit en français les « Principia Mathematica » d’un certain Isaac Newton. D’un tempérament de feu, passionnée à souhait, la marquise du Châtelet harcèle littéralement ses amants : le comte de Guebriand, le duc de Richelieu (arrière-petit-neveu du cardinal), Maupertuis pour finalement rejoindre Voltaire ! Mais passons sur les mondanités et les affaires de cœur. Passionnée par les sciences, Emilie, « la tête remplie de connaissances » tentera sa chance au prix de l’académie des sciences. Elle ne le gagnera pas mais son manuscrit sera néanmoins publié ! Le thème en était « la nature du feu ». Conquise par la philosophie de Leibnitz, elle veut tout savoir de lui : elle fait venir de Suisse le grand spécialiste de Leibnitz, un certain Samuel Koenig avec lequel elle rédige « les institutions de physique ». D’après E. Badinter, l’ouvrage renferme  « la plus belle explication de la philosophie de Leibnitz jamais produite en français ». C’est après cela qu’elle s’attaque à LA traduction citée plus haut. Eprise soudainement du marquis de St-Lambert, elle tombera enceinte. Sentant qu’elle ne survivrait pas à l’accouchement (elle décède quelques jours après) elle termine sa traduction le jour de sa mort. L’ouvrage sera publié à titre posthume. Un sacré pied-de-nez aux machos de son époque !

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.