24/04/2010

Illustre, mais pourtant inconnue...

Vous reprendrez bien un petit portrait féminin ? Mais avec plaisir !

Je vous propose aujourd'hui quelques lignes consacrées à une femme astronome britannique...qui émigra aux Etat-Unis parce que peu reconnue chez elle ! Il s'agit de Cecilia Payne.

Cécilia PAYNE-GAPOSCHKIN (1900 - 1979)

payne.gifDieu qu’il est difficile de trouver des noms de femmes astronomes qui ont laissé leur nom à la postérité. Non pas que les femmes soient incapables de faire des recherches en astronomie, mais plutôt parce que les hommes - en machos indécrottables - n’aiment pas trop se faire éclipser par de brillants esprits féminins. Mais à force de chercher, on finit par tomber sur des personnages intéressants, telle Cécilia (pas celle du petit Nicolas) Payne Gaposchkin (Le 2ème nom étant celui de son mari épousé en 1943 ; il était spécialiste des étoiles doubles).
Cecilia Payne s’est principalement rendue célèbre en astronomie par une première thèse, soutenue à Harvard en 1925 et qui reste dans toutes les mémoires : elle y affirme que la classification des étoiles proposée par une consœur, Annie Cannon, sur la base des spectres, indiquait leur température. Mais l’aspect le plus important portait sur le fait que l’hydrogène était, et de loin, le constituant majoritaire des étoiles. Cette conception et cette vision quasi révolutionnaires de l’astronomie fera même dire à son directeur de thèse qu’il s’agissait là d’une solution « clairement impossible... ». Mme Payne sera néanmoins la première femme à professer à Harvard et en 1977 elle recevra de la part de la société astronomique américaine le prestigieux prix Henry Norris Russell, qui entre-temps avait fait amende honorable au sujet des thèses de C. Payne... Née en Angleterre, Cecilia Payne a émigré au Etats-Unis. Nul n’est prophète en son pays. L’adage se vérifie une fois de plus. Un grand esprit dans une tête de femme ? C’est « clairement impossible... »


08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.