26/07/2010

Douch : justice ou vengeance ?

J'ai pris connaissance de la peine infligée à Douch, sanguinaire représentant d'un gouvernement khmère qui ne l'était pas moins : 35 ans moins cinq ans parce que, etc. etc. Résultat final : 30 ans de prison pour un homme de 68 ans ; guère d'espoir de revoir le ciel bleu...

Quelle que soit la peine, il faut saluer le verdict : un tribunal qui reconnaît des crimes contre l'humanité n'est pas très courant. On ne peut donc que s'en réjouir.

Quant à ceux qui hurlent au scandale parce que les juges ont été trop cléments, il faudrait leur demander - avec toute la compassion qu'on doit aux victimes pour les atrocités subies - ce qu'ils attendent de la justice. Ceux qui la servent sont des êtres faillibles mais qui jugent "en leur âme et conscience". Si tel n'était pas le cas, on en reviendrait alors aux procès à la soviétique, pour ne citer que cet exemple.

Si les juges s'en remettent aux cris vengeurs de la foule qui a déjà rendu son verdict avant même d'avoir entendu les accusés, c'est Jésus qu'on condamne une deuxième fois...

On ne le répétera jamais assez : la justice doit être sereine, discrète mais non secrète : deux valeurs qui font de plus en plus défaut aux tribunaux. Les procureurs et les avocats semblent souvent davantage motivés par l'image qu'ils donnent aux médias que par le rôle que l'organisation judiciaire leur assigne. Dommage !

14:23 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Tout a fait d'accord avec vous, la seule chose qui me dérange dans ce drame c'est que dans la clique de ceux qui dirigent le Cambodge actuel sont des anciens kmers rouges avérés et ont les mains aussi sales que le Douch ils sont tout aussi compromis dans ces crimes contre l'humanité. Que la justice internationale passe c'est indispensable mais elle devrait être moins sélective, manipulée par des grandes puissances qui n'ont pas intêret à ce que l'on mette le nez dans certaines périodes de complaisance. C'est du reste le comportement de toutes les cours internationales misent sur pied par l'ONU ou autres. Pas de vagues surtout, pas de vagues, on ne sait jamais quels sont les noms propres ou de pays qui pourraient être cités.

Écrit par : graindesel | 26/07/2010

en toute subjectivité donc... je vous propose mon témoignage d'un CH ayant soutenu une victime cambodgienne

l'une de ces victimes cambodgiennes sans recours, moi ayant travaillé pour la réhabilitation de drogués, dans des systèmes plutôt militaristes & durs, à des époques où ces cambodgiens n'avaient aucun recours

comme ce confrère étudiant en droit qui posa ses mains sur des plaques de cuisson chauffées à blanc,

histoire de détourner la douleur ressentie des tortures de ses amis, qu'il devait supporter en connaissance de cause

So is it (Wolf Bierman)
Tja

Écrit par : na...ya | 30/07/2010

ah, j'oubliais:
de ma position, mon support allait à mon collègue étudiant qui me passais les notes de cours (& vice & versa) en mes absences (je bossais en 3/8 en usine - soit travail en chaîne - pour financer mes études), et, étant co-étudiants en droit, on se passait nos notes de cours: seul blème, son ami cambodgien & lui étaient homos.

Écrit par : na...ya | 30/07/2010

Quel silence!

S0 SOLL ES SEIN
rappel de ce poète à qui les sons chantés de Rolf Bierman résonnent

Écrit par : na...ya | 02/08/2010

Les commentaires sont fermés.