15/09/2010

Vocabulaire !

Comme tout le monde j'imagine, j'écoute et je lis ce qui s'écrit et se dit sur le malheureux biennois qui joue - gagnant pourt l'instant - à cache-cache avec la police.

Un détail m'interpelle toutefois : quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi un homme désespéré ayant - presque - commis l'irréparable est-il toujours affublé de l'appellation "forcené". Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi une femme forcenée, dans la même situation, est toujours désignée comme une "désespérée" ?

Un homme n'aurait-il pas le droit d'être désespéré ? Pardonne-t-on automatiquement à une forcenée son comportement en admettant que seul le désespoir est en cause ?

A une époque où l'on veut absolument trouver un féminin à chaque nom masculin, il serait temps que les médias s'interrogent et nous parlent aussi de désespérés et de forcenées !

Les commentaires sont fermés.