30/09/2010

L'Univers à Divonne

EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Lire la suite

27/09/2010

1 m2 par seconde

J'ai récemment entendu à la radio que la Suisse était bétonnée à raison de 1 mètre carré par seconde. Qu'est-ce que cela représenten au juste ?

Livrons-nous à un petit calcul :

Il y a 86400 secondes dans une journée, donc 86400 mètres carrés par jour.

Par année, nous avons donc 86400 x 365 = 31536000 secondes et autant de m2.

31536000 m2 représentent 31,536 km2 en un an

en dix ans, la Suisse aura bétonné 315,36 km2

En 2110, la Suisse aura bétonné 3153,6 km2 et en 3010, dans un millénaire, 31536 km2 seront bétonnés, à savoir, en gros, les 3/4 du territoire.

Si l'on revient au début du calcul, on se rend compte que le canton de Genève est bétonnable en moins de 10 ans si tout se concentrait sur lui. Mais il est vrai qu'au rythme où vont les déclassements de terrains agricoles pour construire, les Genevois peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles...

La cassure

Ainsi donc la nouvelle loi sur l'assurance-chômage devrait entrer en vigueur en 1er janvier. Par décision du peuple suisse. En réalité par décision du peuple suisse alémanique. La présidente de la Confédération peut se réjouir du succès ; elle peut bien affirmer qu'on tiendra compte du refus des Welsches, tout ceci n'est que langue de bois. Quant aux parlementaires romands qui affirment qu'il s'agit du jeu démocratique et qu'il n'y a pas lieu de se plaindre de quoi que ce soit, ils peinent à comprendre qu'il n'est jamais bon de se moquer des minorités. Il est indécent de prétendre qu'il n'y a pas de fracture en les deux Suisses : la Latine d'un côté, minoritaire qui n'a rien compris au problème et l'Alémanique, majoritaire, qui a fait preuve d'une grande maturité politique.

Il n'empêche. Alémaniques et Romands ne sont pas sur la même longueur d'onde. Oser affirmer que la majorité a raison par le simple fait qu'elle a la majorité n'est pas vraiment honnête. Il s'agit juste d'une valeur arithmétique.

Penser enfin que l'on peut se moquer des minorités peut se révéler dangereux. Lorsque l'on provoque une minorité, elle est bien capable à un moment ou un autre de se rebeller et de commettre des excès. C'est regrettable mais c'est assez logique.

Pour terminer j'ai la secrète pensée que les Alémaniques prennent les Romands pour des fainéants et qu'en fin de compte il n'y a aucune raison de les arroser de prestations de chômage indues...

13:48 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pontifier : parler avec emphase, avec prétention

Il m'arrive, comme beaucoup d'autres, d'aller jeter un coup d'oeil sur le blog de Pascal Décaillet. En fait je ne sais pas bien pourquoi car chacun de ses billets est une source d'agacement. Il faut dire que le sieur Décaillet n'a pas son pareil pour nous inonder de ses connaissances livresques. Du haut de sa gloriette, il sait, il l'écrit. Et ne vous avisez pas à le contredire : il n'aime pas du tout. Je vous demande aussi si vous avez remarqué : notre journaliste voit le monde en noir et blanc ; les couleurs, c'est vulgaire. Noir et blanc donc, lui étant toujours dans le blanc, l'immaculé. Ce qui revient à penser que si vous n'êtes pas d'acoord avec lui, vous êtes contre lui. Antonio Hodgers, un Vert, donne un avis, aussitôt Décaillet l'attaque. Je vous le disais, Décaillet n'aime pas les couleurs, en l'occurrence le vert. Il n'aime pas le rose ni le rouge non plus. Il se plaît à crucifier ou ensencer les personnages qui ont le malheur ou la chance d'être pris dans l'encre sa plume arrogante ou dithyrambique. Un journaliste, Décaillet ? Un polémiste, Décaillet ? J'hésite. Mais ce qui est certain - j'en ai peur - c'est cette soif inextinguible de reconnaissance, cette manie de rejeter sur les autres ses propres excès de pensée. Navrant.

Décaillet, un peu plus de modestie vous siérait davantage.

25/09/2010

Illustre, mais pourtant inconnu...

Cette semaine un petit tour en Germanie pour vous parler d'un illustre opticien qui finit par laisser son nom au panthéon des...astronomes, tant ses travaux ont servi cette science !

Josef von FRAUNHOFER (1787 - 1826)

fraunhofer2.JPGTout astronome - amateur ou professionnel - connaît le nom de Fraunhofer et l’associe automatiquement à une optique de qualité. Mais qui est véritablement à même de dire qui était Fraunhofer ? Né à Straubing en Bavière, Fraunhofer sera orphelin à l’âge de 11 ans déjà. Un peu plus tard il entreprendra un apprentissage dans le secteur des lentilles et des miroirs avant de devenir employé dans une société munichoise d’instruments scientifiques. Il complètera sa formation par des études de mathématiques et deviendra un spécialiste de l’optique appliquée. Nommé directeur du Musée des sciences physiques de Munich en 1823, Fraunhofer s’engagera dans la voie des objectifs achromatiques pour les télescopes. Spécialiste du verre optique, il apportera de nombreuses améliorations à son meulage et à son polissage. Mais Fraunhofer est aussi et - surtout ! - connu comme le précurseur du spectroscope. Ses travaux et ses recherches dans le domaine de la réfraction et de la dispersion de la lumière aboutirent à l’invention du spectroscope. C’est en 1821 qu’il crée sa première grille de diffraction qui lui permit de mesurer la longueur d’onde de différentes couleurs et des lignes noires du spectre solaire. Il décrivit ces lignes en détail et elles portent son nom : les lignes de Fraunhofer ! Sans avoir jamais (?) été considéré comme un astronome, Fraunhofer est néanmoins un personnage "incontournable" dans l'histoire de l'astronomie moderne.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/09/2010

Illustre, mais pourtant inconnu

Pour ce samedi, quelques phrases relatives à un homme dont tout le monde connaît le nom. Il paraît - légende probablement - que tout a commencé avec une pomme...Et c'est sans doute avec les pommes qu'on fait les meilleures théories.

Je n'ajoute rien, sinon que notre personnage se prénomme Isaac. ça y est ? Vous y êtes ?

Isaac NEWTON (1642 - 1727)

newton - photo.jpgQui connaît le nom de Newton ? Tout le monde sans doute ! Mais qui sait ce qu'il a réellement inventé ou découvert ? Et qui sait encore que notre vie quotidienne est étroitement associée à son nom ? Aussi bien, lorsque vous laissez tomber un verre, pourquoi diable évoquez-vous le mot de Cambronne ? Celui de Newton serait plus approprié...Il est en effet le père de la gravitation universelle, théorie qui permet d'appliquer les mêmes règles à l'ensemble de l'univers.

C'est Newton encore qui détermina pourquoi la Lune tourne autour de la Terre, la Terre autour du Soleil, etc. et pourquoi lorsque vous laissez tomber votre carton d'oeufs, vous ramassez une omelette... Isaac Newton est né en Angleterre. Il étudia et enseigna toute sa vie à Cambridge. Outre la gravitation universelle, on lui doit de nombreuses découvertes dans des domaines très divers. En physique, il s'intéressa à la décomposition de la lumière blanche. Inventeur du télescope qui porte son nom (il existe maintenant d'autres types de télescopes, mais le "newton" est toujours utilisé, notamment par les amateurs.), Newton est décidément un nom "incontournable" dans l'histoire des sciences.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2010

Planétarium !

Si l'univers vous "branche" et que vous souhaitez le découvrir un peu, notez dans votre agenda la semaine du 4 au 10 octobre prochain

A Divonne-les-Bains, plus précisément à l'Esplanade du Lac, le Club astronomique M51 associé à la Médiathèque de la ville organise une semaine d'animations, avec notamment la venue d'un planétarium itinérant en provenance de Lyon.

On peut réserver sa ou ses places par courriel ou par téléphone après avoir consulté le programme ici : www.m51.asso.cc-pays-de-gex.fr  Vous trouverez un lien sur la page d'accueil.

Cette semaine est destinée aussi bien aux écoles qu'au grand public et les prix, presque symboliques, devraient encourager un maximum de curieux du ciel à se rendre à Divonne-les-Bains.

Vous êtes très cordialement invités à vous y rendre !

15/09/2010

Je base, tu bases, il/elle base...

Je me suis toujours demandé où et comment les journalistes apprenaient leur métier. Où ? Dans une rédaction, je suppose, sur le tas avec quelques cours de déontologie journalistique. Daniel Cornu pourrait en dire davantage, lui qui a été, sauf erreur, responsable de la formation des journalistes en Suisse romande.  Comment ? J'ai plus de doutes à ce sujet. A lire les journalistes - qui a ajouté journaleux ? - on est en droit de s'interroger sur leurs compétences à écrire correctement. Bien sûr on me dira que tout va vite et que le rédacteur n'a probablement plus le temps de tout relire - n'y-a-t-il plus de correcteurs/trices ? - et qu'on peut bien tolérer quelques erreurs ça et là. On se dédouane comme on peut. Si les fautes n'étaient que d'orthographe, les rédacteurs pourraient être absous. Mais fâchés avec la syntaxe et le sens des mots, ils nous balancent des phrases qui mériteraient parfois de figurer dans les "perles du bac".

Un de exemples les plus frappants, à l'heure actuelle, est le mot "basé". Avez-vous déjé remarqué ? Les plus grandes sociétés comme les plus petits commerces sont "basés" quelque part. Le marchand de pipes, qui était basé à la rue Machin, ne vend plus ses modèles canon depuis qu'il l'a cassée, sa pipe. La fleuriste aussi est basée quelque part en ville : probablement parce qu'elle offre des plantes carnivores. Bref, ce mot fourre-tout a tout avalé sur son passage. Les mots "sis", "établi" ont été sacrifié sur l'autel de la langue bancale.

C'est peut-être un effet de mode..ou d'ignorance et d'incompétence. Allons savoir. Vous souvenez-vous du temps où du jour au lendemain, Yasser Arafat avait entendu son prénom modifié en "Yassir". Puis de nouveau Yasser.

Bref on ne peut qu'espérer voir les "basé(e)(s)" rentrer dans leur casernes dans les meilleurs délais et n'en ressortir qu'en cas d'extrême nécessité.

Vocabulaire !

Comme tout le monde j'imagine, j'écoute et je lis ce qui s'écrit et se dit sur le malheureux biennois qui joue - gagnant pourt l'instant - à cache-cache avec la police.

Un détail m'interpelle toutefois : quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi un homme désespéré ayant - presque - commis l'irréparable est-il toujours affublé de l'appellation "forcené". Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi une femme forcenée, dans la même situation, est toujours désignée comme une "désespérée" ?

Un homme n'aurait-il pas le droit d'être désespéré ? Pardonne-t-on automatiquement à une forcenée son comportement en admettant que seul le désespoir est en cause ?

A une époque où l'on veut absolument trouver un féminin à chaque nom masculin, il serait temps que les médias s'interrogent et nous parlent aussi de désespérés et de forcenées !

14/09/2010

Merci Monsieur le Guide...

 

2010_09_02 - ANNIVERSAIRE MARIAGE 2010 014.jpgEn excursion récente dans le canton de Berne germanophone et plus précisément dans la région du lac de Thoune, nous faisons une halte aux grottes de St-Beat - St-Beatushöhlen. Jusque là, rien de très original sinon que la visite du lieu mérite le détour. Un kilomètre et demi de marche sous la montagne et une rivière souterraine qui joue à cache-cache. Un éclairage bien fait et une température de l'ordre de 10 degrés.

Biens chers compatriotes francophones, si votre chemin passe par là-bas, n'oubliez pas votre dictionnaire allemand-français. Le guide demande avec beaucoup d'aplomb si des visiteurs sont anglophones, auquel cas il aurait consenti à s'exprimer dans la langue de Shakespeare. Pour les francophones, rien. Même pas un regret ou une excuse. Quant à l'allemand, il s'est réduit à quelques phrases d'explication pour ceux qui avaient le bon goût de le comprendre. Tout le reste a été asséné en bärntütsch.

Merci Monsieur le Guide de l'intérêt que vous portez à la minorité francophone, d'abord de votre canton et ensuite de tous les Welsches. Et bravo d'avoir fait l'effort d'apprendre l'anglais. Au cas où, j'ai une école de langues et nous avons des profs de français très motivés...