17/12/2010

Fromage et/ou dessert ?

On reparle ces temps des médecines dites douces et alternatives. Il y a ceux qui s'en font les chantres et il y a de l'autre coté les adversaires à qui le terme même d"alternatif" donne des boutons ! On s'interroge, on étudie, on calcule, on discute, on argumente et j'en passe pour savoir si ces médecines doivent être inscrites dans la liste des prestations de base, oui on non. Le peuple, lui a déjà choisi : c'est oui.

Le problème - car problème il y a - ce n'est pas tellement de savoir si l'efficacité de ces médecines est "scientifiquement prouvée". Il y a de nombreuses personnes qui s'en trouvent bien et beaucoup d'autres qui s'en trouvent mieux ! En se plaçant uniquement sur le terrain de l'efficacité thérapeutique, il faut admettre ces médecines : elles soulagent des patients lâchés par les traitements allopathiques.

Alors où est le problème ? Simple. Une question de gros sous ! Les médecines dites alternatives ne coûtent pas plus cher que les autres ! Ce qui coûte cher, en revanche, c'est l'addition de toutes les possibilités de soin. On commence souvent par la consultation chez le généraliste, qui vous envoie chez le spécialiste, qui peut-être vous envoie chez un confrère pour valider son propre diagnostic avec en fin de course un patient qui constate l'échec du traitement proposé. Et c'est très souvent là que les choses commencent à se gâter. Déçu  de son traitement - probablement fort coûteux - le patient se tourne vers "autre chose" qui peut s'appeler homéopathie, médecine chinoise, anthroposophie, etc. Et là, ça marche ou ça ne marche pas et le patient est tenté - dans son désespoir - de tout essayer. Avec les conséquences financières que cela implique.

On me dira que ma démonstration est bien caricaturale et qu'il est faux de prétendre que les patients font du "*tourisme médical". J'attends volontiers qu'on me le démontre !

Au niveau actuel des cotisations d'assurance-maladie, il n'est pas inutile de se demander si au grand banquet de la santé on peut s'offrir un menu avec fromage et dessert ou être plus modéré avec seulement la formule "fromage ou dessert".

14:59 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.