18/12/2010

Voyeurisme...

J'ai - presque - honte. Je suis derrière la fenêtre (à l'extérieur donc) et je ne suis pas invité. Je regarde à travers le rideaux et je vois - mais je n'entends presque rien - les participants du "dîner à la ferme" s'affairer à la préparation d'un repas pour quelques privilégiés venus tout exprès afin de se montrer alors qu'on les voit déjà largement par ailleurs. Bref, ils ont l'air de bien s'amuser et de déguster un menu qui n'est peut-être pas tout à fait digne de Girardet, mais que voulez-vous, on a les cuisiniers qu'on mérite.

Et moi, derrière la fenêtre (toujours dehors), je me dis soudain que je suis sans doute un peu c.. de regarder une émission de télé qui ne m'offre ni les odeurs ni le goût des choses. C'est comme si regardais un concert de l'Orchestre de la Suisse romande sans le son. Finalement, lassé par un banquet au cours duquel je ne peux même pas me prendre pour Lazare, je zappe.

Julie Lescaut me tend les bras - oui, enfin, c'est une manière de dire - et je me transforme en Sherlock Holmes en quelques minutes. Cette fois la sauce prend et avec une prétention certaine, je suis convaincu que la police genevoise n'a plus qu'à m'accueillir pour régler définitivement la question des Rroms, des frontaliers, des frontières, de Schengen, des douaniers et des dealers.

L'histoire se termine ici. Ma femme me donne un léger coup de coude et me dit "c'est fini". On n'a finalement que la télévision qu'on mérite.

16:34 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.