31/01/2011

La vengeance, ça se mange froid, mais la mauvaise foi ?...

Tout le monde n'a sans doute pas eu l'occasion de lire les textes édifiants de l'Union des Sociétés Militaires de Genève relatifs à l'initiative sur les armes.

Que des militaires soient opposés à cette initiative, on peut à la rigueur le comprendre. ils défendent leurs opinions et leur fusils planqués dans les galetas. On ne sait pas très bien à quoi ça peut bien servir, mais enfin, que voulez-vous mon bon monsieur, les traditions c'est sacré.

Alors pour combattre cette initiative qui sape la confiance que l'Etat met dans le citoyen soldat, l'USMG a commis un petit texte aussi plaisant qu'un ratelier plein de fusils d'assaut.

Ce n'est pas une arme que l'USMG a sortie, c'est une batterie d'artillerie. Lisez et faites-vous votre opinion. En ce qui me concerne, j'ai déjà fait mon choix : j'accepte l'initiative.

IMG_0001.pdf

IMG.pdf

Deux citations pour terminer

Admettre la justice des armes, c'est encourir la destruction (A.J. Cronin)

La croyance que rien ne change provient soit d'une mauvaise vue, soit d'une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat.

(Niestche)

29/01/2011

Vive la pub !

Y a-t-il encore des publicitaires dans les agences ? Je me pose la question car deux "pubs" télévisées on retenu récemment mon attention : la première émane de Swisscom qui matraque le télespectateur pour leur vendre "les milliers de films sur pression d'une touche". Le texte final dit en substance à la fin de la présentation : "Tout y est, et plus encore...". Depuis je n'arrête pas de m'interroger sur ce que peut bien contenir le "plus encore" dès lors que tout y est déjà...

Changeons de registre et arrêtons-nous aux "arts ménagers". La respectable société Schulthess, bien connue dans le secteur des machines à laver le linge nous abreuve depuis quelques temps avec un spot ou une jeune femme - téléphone à la main - passe devant un bébé qui lève les yeux vers elle. tout en disant : "je pourrais la regarder pendant des heures". Bien sûr elle parle de son bébé ! Et bien vous avez tout faux ! Il s'agit simplement de sa machine à laver Schulthess, bien sûr. Schulthess parce que vous lavez bien...Quant au bébé. on ne sait pas comment il l'avale. De travers, sans doute.

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose

La semaine dernière, nous avons défini rapidement le mot éclipse. Si au moins une personne a appris quelque chose et bien j'en serais heureux !

Cette semaine, un autre mot a retenu mon attention tout comme j'espère qu'il retiendra la vôtre : la magnitude. Ce-dessous quelques mots pour vous en apprendre ou vous en rappeler la signification.

La magnitude peut être définie comme un nombre qui caractérise l'éclat apparent ou la luminosité intrinsèque d'un astre quelconque. Plus la luminosité est grande plus le nombre sera petit. Le Soleil a une magnitude de -26, la pleine Lune -12, l'étoile polaire +2, etc. L'oeil est capable de voir des astres d'une magnitude de +6 au maximum. Seuls les télescopes géants et le télescope spatial Hubble sont capables de "voir" des astres de magnitude de l'orde de +30.

17:30 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Il faut savoir encaisser

Hôte de la Radio Suisse Romande il y a deux jours je crois, Daniel Vasella, grand prêtre de Novartis, s'est évidemment vu demander si ses revenus mirobolants et les attaques qui en étaient la conséquence lui posaient un problème. Et M. Vasella de répondre : j'encaisse.

Du point de vue des encaissements, on peut lui faire confiance...

22/01/2011

La mort et le sexe

« Ceux qui ont tout fait pour que les cendres de Grisélidis Réal soient inhumées aux Rois, en raison de la dimension symbolique du lieu, doivent aussi admettre qu'il faut alors en respecter la règle du jeu : les personnalités de la République y sont ensevelies pour que le public puisse se recueillir sur leurs tombes dans la paix et la sérénité. Y importer un facteur de trouble violerait cette règle du jeu et porterait atteinte à cette dimension symbolique. »

 Il s'agit de la conclusion du billet de M. Soli Pardo consacré à la stèle contestée pour la tombe de Mme Réal.

Malheureusement, il n'y a que les bien-pensants qui établissent les règles du jeu.

La question qui se pose n'est pas de savoir si la stèle proposée a sa place au cimetière des Rois, mais simplement de savoir si elle a sa place dans un cimetière.

Si l'on s'en tient au seul cimetière des Rois, alors il faut en déduire qu'il y a des morts plus importants que d'autres qui continuent d'être humiliés après une vie d'humiliations permanentes.

J'aime bien la chanson de G. Brassens "la complainte des filles de joie" qui se termine sur ce vers : "Il s'en fallait de peu mon cher, que cette putain ne fût ta mère"...

 

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose

Allez, on continue la publication de petites définitions de termes liés à l'astronomie, mais dont la signification n'est pas toujours bien connue. Aujourd'hui, je vous propose le mot "éclipse". Tout le monde sait de quoi il s'agit ?

Il s'agit d'un phénomène durant lequel un objet (généralement un astre) est momentanément caché par un autre qui lui passe devant. C'est le cas notamment lorsque la Terre passe entre le Soleil et la Lune (éclipse de Lune) ou lorsque la Lune passe entre le Soleil et la Terre (éclipse de Soleil) Selon la position de l'observateur, l'éclipse peut être partielle, totale ou annulaire (éclipse de Soleil seulement). Une éclipse de Soleil annulaire signifie que le disque de la Lune est trop petit pour cacher totalement le disque du Soleil : la Lune passe bien devant le Soleil mais un "anneau" de Soleil reste visible. Les observations d'éclipses de Soleil doivent faire l'objet de grandes précautions pour éviter des dommages irréversibles au yeux.

On parle d'éclipse de Lune lorsque la Terre s'interpose entre le Soleil et la Lune. L'écipse de Lune se produit lorsque notre satellite naturel passe dans l'ombre de la Terre. Elle prend alors - généralement - une couleur rougeâtre du meilleur effet. Cette couleur est le résultat de la déviation des rayons du Soleil par la Terre.

Mais les éclipses ne sont pas le privilège de l'astronomie. On rencontre parfois des grandes stars de la politique qui s'éclipsent. Il serait peut-être plus judicieux de parler alors de comètes non périodiques...

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/01/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !

L'albédo de la semaine dernière ne vous a peut-être pas mis en transe...Ce n'était pas le but non plus ! Et comme il importe de persévérer, je me vois dans l'amusante obligation de vous proposer ce samedi une nouvelle définition.

Qu'est-ce qu'un coronographe ?

Il s'agit d'un instrument qui permet de créer artificiellement des éclipses de Soleil pour pouvoir observer la couronne solaire, c'est-à-dire la partie qui se situe autour du disque solaire et que l'on ne voit pas à cause de l'intensité de la lumière solaire. Le coronographe va donc cacher le disque solaire pour ne plus voir que la couronne ! Avec un coronographe, plus besoin d'attendre une éclipse naturelle pour observer l'astre de jour ! C'est un Français - Bernard Lyot - qui est à l'origine du premier coronographe, en 1930

13:33 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/01/2011

Sic transit...

 

Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme... (Lavoisier)

P5310035.JPGP8170371.JPGPA020089.JPG P9260039.JPG

15:40 Publié dans Images | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2011

Indignez-vous, qu'en restera-t-il

Ainsi donc, M. Hessel nous recommande l'indignation. C'est sans doute un sentiment digne mais qui n'empêchera pas toutes les bassesses du monde. Et puis on peut s'indigner d'énormément de choses : la faim dans le monde, les enfants qui travaillent dans les mines, la guerre en Irak, les chômeurs victimes de la mondialisation. Mais on peut aussi s'indigner quand un citoyen refuse de serrer la main d'un président ou quand ce président répond "casse-toi pauvre con". A Genève, des citoyens, probablement honnêtes, se sont indigné quand G. Réal a été inhumée au cimetière des rois. Quoi d'autre ? A vous de compléter la liste.

S'indigner ne bouffe pas de foin. S'indigner est de bon ton dans les soirées de charité et d'ailleurs un instant d'indignation est si vite oublié. Qu'importe on s'indignera la semaine prochaine, le mois prochain. Il y aura bien assez d'occasions de s'indigner.

Et puis ?

L'indignation ne va pas changer le monde. Après l'indignation, il faut résister. Et là les choses se compliquent parce que notre capacité de résistance est généralement nettement plus molle que notre capacité à nous indigner.

08/01/2011

Aux armes citoyens...

Le peuple suisse - souverain - va une fois encore se déplacer aux urnes (enfin un sur deux probablement) pour dire cette fois si les armes - et par conséquent les gens - sont plus en sécurité dans les arsenaux que dans le galetas du citoyen-soldat.

Tous les opposants à l'initiative juge le texte inopportun et souhaitent évidemment son rejet. Personnellement j'accepterai cette initiative jugeant que les armes sont effectivement mieux gardées dans les arsenaux que n'importe où ailleurs ! Les opposants jugent encore que l'on déresponsabilise les citoyens et qu'en fin de compte on les empêche de tirer et de trucider en rond. Certes tous les porteurs d'armes ne sont pas des assasins ou des meurtriers. D'accord encore pour dire que les accrocs du tir en stand connaissent parfaitement le maniement de leur arme. J'oubliais encore les collectionneurs privés de collections pour des raisons de sécurité publique.

Il me semble pourtant que les initiants ont prévu des exceptions et que ce n'est pas la fin des tirs militaires, la fin des collectionneurs et la fin des tirs en campagne.

Et puisqu'on ressasse toujours les mêmes slogans visant - si j'ose dire - à faire appel à la responsabilité individuelle, j'aimerais que l'on m'explique pourquoi dans ce pays, on a dû limiter la vitesse en ville et sur les routes pour réduire le nombre de morts alors que la "responsabilité individuelle" n'y parvenait évidemment pas !

Je me demande d'ailleurs si les opposants ne sont pas les mêmes en fin de compte qui demandent aussi que l'on interdise la vente d'armes factices dans les commerces de jouets. Au nom de la responsabilité individuelle ?

Aux arsenaux les armes, pas aux citoyens.