26/02/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !

Nous approchons de la fin du mois (Un sixième de l'année s'est déjà évaporé...) et je vous offre aujourd'hui une "énigme" en trois lettres : NGC.

Comme en (g)astronomie il existe le Gault Millau, le Michelin, le Bottin gourmand, etc., etc., il existe en astronomie divers catalogues. Un des plus connus par les astronomes amateurs et le catalogue de Messier qui compte un peu plus d'une centaine d'objets qui vont de M1 à M103.

Mais NGC ?

NGC est le sigle de New General Catalogue répertoriant le catalogue des galaxies, des nébuleuses et des amas stellaires. Il fut publié en 1888 par Johan Ludvig Emil DREYER, astronome danois. NGC suivi d'un numéro répertorie ainsi les objets contenus dans le catalogue. Il contenait 7800 objets au départ et fut complété en 1895 et 1908 pour arriver à 15.000 objets. Pour chaque objet, le catalogue donne la position.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2011

Etait-ce bien nécessaire, M. Weiss ?

Je ne connais pas personnellement M. J. Ziegler et je n'ai aucune raison particulière de le soutenir.

Mais comment un homme intelligent comme vous, M. Weiss, peut-il en vouloir tellement à J.Z. que de lui consacrer un "curriculum vitae" à ce point "assassin". Faut-il que vous le détestiez pour avoir pris tant de temps à le démolir.

Je suis très loin de partager les vues de Ziegler ; mais le réduire à un simple séide de régimes détestables me paraît bien dans la ligne des contempteurs desdits régimes qui hurlent avec les loups une fois que le danger est passé. Je ne trouve pas que vous sortiez vraiment grandi de cette attaque personnelle...

21/02/2011

Mouammar, qu'as-tu à dire pour ta défense ?

Mouammar K.,

On m'informe que tu fais tirer sur ton peuple. Ce n'est pas beau du tout. C'est même criminel. Je suis parfaitement convaincu qu'Allah dont tu te réclames ne doit pas être content du tout. Mais voilà, viendra bien un jour - peut-être plus proche que tu ne crois - où Allah te diras entre quatre yeux que tu aurais dû lire le Coran plus soigneusement. Ce jour-là, vois-tu, ce sera trop tard pour le repentir et Allah te fixera ses conditions et il n'y aura plus qu'à accepter. Ce sera aussi trop tard pour te faire exploser avec de vilains pétards autour de la ceinture et jamais tu ne seras un martyr. Dictateur, oui ; tyran, oui encore ; sanguinaire, certainement ; parano, plus que probable ; intelligent, ça se discute ; drôle, certainement pas ; vindicatif, oh que oui ; démocrate, ah, tu ne connais pas le mot ?...

Bref, même si par mégarde, m'étant trompé de paradis, je devais t'y rencontrer (ce qui me surprendrait quand même), j'aurais l'impression de me retrouver en enfer. Bon il se trouve que je ne partage pas le même paradis que toi et que paraît-il les routes sont bien fléchées. Le danger est minime. Mais ton peuple, ça fait plus de quarante ans que tu le maintiens en enfer. Je te l'ai déjà dit : ce n'est pas beau de tout. Alors fais bien attention à toi, car - J.-P. Sartre le disait - l'enfer c'est les autres et ça peut vite sentir le roussi, forcément.

P.S.: Si tu arrivais au paradis plus tôt que prévu, sois gentil, préviens Mme Calmy-Rey que ça ne vaut plus la peine de constituer un Tribunal arbitral.

(écrit dimanche 20.2. vers 18h, avant les infos de ce matin)

20/02/2011

Un authentique salaud

Le titre de ce billet est repris mot pour mot de l'éditorial de l'Hebdo de cette semaine et signé Alain Jeannet. Est-ce pour être dans l'air du temps, pour parler politiquement correctement, pour vendre un peu plus d'Hebdos que M. Jeannet s'en prend à un mort, un suicidé, un désespéré, un malade ?

Aucune réponse - policière ou autre - n'est actuellement donnée comme certaine dans cette horrible affaire des jumelles disparues et (probablement ?) mortes. Mais que le père - assassin potentiel et mort lui aussi - soit traité d'authentique salaud me choque profondément. Je ne connaît rien de l'histoire de ce couple qui est parti à la dérive. Je ne connais pas la mère qui doit passer des heures affreuses que je peine à imaginer. Je ne connaissais pas le père qui n'a pas supporté l'idée d'un divorce. Je ne connaissais pas les deux petites filles qui n'avaient rien à voir dans cette terrible histoire. Et quand je ne connais pas, j'évite de juger, j'évite d'utiliser des mots définitifs et j'évite surtout de tirer sur un mort.

Matthias Schepp, un authentique salaud ?

Alain Jeannet, un authentique journaliste ?

19/02/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelques chose.

Oui, je sais, les définitions que je vous propose chaque samedi, ne vont pas changer la face du monde. Et face au Mammouth - comme aime l'appeler Pascal Décaillet - il n'entre pas dans mes intentions de concurrencer la RTS et ses délicieuses séries américaines qui vous coûtent quand même presque 500 francs par an...Bref.

Ainsi donc en ce samedi je m'aventure chez les anglophones et anglophiles : Redshift. La traduction est entre parenthèses.

 

Redshift (décalage vers le rouge) :
 
Lorsque le spectre de la lumière reçue d'une source est décalé vers le rouge, cela signifie que la dite source s'éloigne de l'observateur. Au contraire lorsque le spectre est décalé vers le bleu, la source lumineuse s'approche de l'observateur. On parle alors d'effet Doppler-Fizeau. La fréquence (son ou lumière) de l'objet en mouvement paraît se modifier selon qu'il s'éloigne ou s'approche de l'observateur. Il est facile de ressentir l'effet de Doppler-Fizeau : tout le monde a déjà remarqué que la sirène d'un train ou d'une ambulance produit un son qui a tendance a devenir plus aigu lorsque le train ou l'ambulance s'approche et à devenir plus grave lorsqu'ils s'éloignent de l'observateur. Ainsi donc, plus une galaxie produit un "son grave", c'est-à-dire un décalage vers le rouge et plus elle s'éloigne de nous et plus elle est loin de nous et plus elle s'éloigne vite !

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/02/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose

C'est la fin de la semaine et vous avez droit à votre définition. Sans plus attendre je vous propose aujourd'hui ce qui suit.

Kelvin (degré) :

Il s'agit d'une unité de mesure de température dont le zéro correspond au zéro absolu, c'est-à-dire une température de -273,16° centigrades ou Celsius (Celsius était un physicien suédois du 18ème siècle qui créa l'échelle centésimale pour la température). En d'autres termes, 0° centigrade correspond à +273,16° Kelvin. Il faut en outre savoir qu'il existe d'autres échelles de température, comme par exemple l'échelle Fahrenheit : 32° Fahrenheit correspondent à O° Celsius alors que 212° Fahrenheit valent 100° Celsius ou centigrade.

L'origine du nom "kelvin" nous vient d'un physicien anglais William Thomson, plus connu sous le nom de Lord Kelvin (1824 - 1907), spécialiste de la thermodynamique.

A bientôt pour de nouvelles définitions.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2011

Vespasien, réveille-toi, ils sont devenus fous...

Voilà ! Pour finir et après réflexion, j'a refusé l'amnistie fiscale que les autorités de notre canton nous présente pourtant comme LA solution. Bien sûr l'Etat va y perdre quelques millions qui - entre nous - puent un peu depuis qu'ils sont planqués loin des taxateurs à qui, sait-on jamais, l'on a peut être demandé de n'être pas trop curieux...D'accord ce ne sont que suppositions. Admettons maintenant que le peuple accepte d'absoudre tous ceux qui déclarent leur fortune de la main gauche et qui signent la déclaration de la main droite. Le citoyen va-t-il voir baisser quoi que ce soit ? Impôts ? Transports publics ? Que sais-je encore ? Que nenni. Pas un kopek. Alors, à quoi vont-ils servir ces millions récupérés ? A accélérer la construction du CEVA ? A construire des pistes cyclables ? Je n'en sais fichtre rien de rien.

Je n'ai jamais fréquenté André Hediger qui a été condamné pour avoir fait "sauter" quelques contredanses, mais à sa place, je ne serais pas vraiment heureux de constater qu'en planquant coupablement des deniers qui devraient servir à tous, on est non seulement amnistiés mais quasiment remerciés de faire acte de civisme !

Ce qui m'interpelle avec cette amnistie fiscale, c'est qu'à peine accordée - enfin, ce n'est pas sûr - va automatiquement se poser la question de savoir quand l'Etat nous demandera d'en voter une autre.

Trichez, trichez, il en restera toujours quelques chose.

Vespasien avait tort : l'argent a une odeur, parfois même il pue. Il y a juste l'Etat qui a perdu l'odorat.

Miction debout, pipi assis ?

En lisant - comme chaque semaine - l'Hebdo, je reste "scotché" à la page 42 : "Uriner assis pour la paix des ménages". Piqué par la curiosité, je lis et en fin de lecture je ne sais toujours pas pourquoi il faudrait absolument pisser assis. Il est bien préciser "par respect". De qui de quoi ? Nulle trace de réponse. Tout au plus s'agirait-il d'éviter à Madame la tâche ingrate de nettoyer les lieux dits d'aisance. Ce que Monsieur, détestable coupable de salissures façon Mannekenpis ne pratique évidemment jamais. Pour creuser un peu le sujet, l'Hebdo interroge un urologue puis une sociologue (si, si, vous avez bien lu) et enfin un pédagogue (curieuse terminaison du mot pour un sujet consacré au petit coin) social. Ce docte personnage affirme que les hommes doivent reprendre confiance et ne pas s'accrocher à ce genre de détail. Ils pourront ainsi s'asseoir pour faire pipi...

Pris soudain d'un besoin, je me rends sur le lieu des crimes quotidiens et répétés, puis naturellement je relève la lunette, ce que ma maman m'avait appris il y a très longtemps. A la fin de la chose, je rabaisse la lunette, je me lave les mains et ressors la conscience très tranquille sans penser au pédagogue social qui a oublié de fournir l'astuce pour uriner assis dans des toilettes à la turque...

Et pendant ce temps-là, les Tunisiens et les Egyptiens  luttent pour obtenir un peu plus (c'est un euphémisme) de démocratie.

O tempora, o mores

05/02/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose

 C'est samedi et il est temps que je vous propose une nouvelle définition de l'un de ces termes que l'on ne trouve pas dans tous les articles de journaux, fussent ceux de la TG !

Que pensez-vous de...

Quasar :
 
Il s'agit d'un acronyme anglais pour Quasi Stellar Astronomical Radiosource. D'apparence identique à des étoiles, les quasars ont une luminosité intrinsèque très importante. Ils possèdent un "redshift" (décalage vers le rouge) important, ce qui les situent à des distances considérables de nous. Le quasar le plus éloigné qui ait été détecté se situe à une distance évaluée entre 12 et 16 milliards d'années-lumière. Les dimensions de ces astres sont très "modestes" : elles ne dépassent pas - semble-t-il - 1/100 du diamètre d'une galaxie alors que leur luminosité est énorme : environ celle qu'auraient 100 à 1000 galaxies !

Petit rappel : une année-lumière, c'est, en gros, 10.000 milliards de km.

10:26 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |