05/03/2011

Sécurité : le beau prétexte !

Voilà, citoyens ! Il y a au moins une période, durant la législature, où les partis politiques pensent réellement à vous. Lorsqu'ils étalent leurs programmes. En fait de programmes, il s'agit d'assemblages de slogans qui finissent pas constituer des montagnes de platitude. Cette année, il y a néanmoins une taupinière qui émerge : la sécurité. Ah, voilà le mot magique, celui qui fait gagner des sièges. Le problème, c'est que tous les partis se sentent investis d'une fibre sécuritaire jamais connue à ce jour. Tous leurs prédécesseurs n'ont rien vu, ont rayé le mot sécurité de leur vocabulaire, ont trahi Genève, la Suisse, enrichi Kadhafi, menti, déshonoré le canton., le pays, la commune, ruiné les finances et leur plus grand défaut, bien sûr, d'avoir été là quand bien même ils avaient été élus à la régulière. Décidément, citoyens, vous ne savez pas choisir vos députés ni vos magistrats. Selon qu'ils sont de gauche, de droite ou de l'extrême centre, ils sont tous "pourris", "dogmatiques", "incompétents", "vils", "menteurs" et plein d'autres nom d'oiseaux que la bienséance commande de taire.

Donc cette année, citoyens, faites attention à vos choix : portez votre attention sur les partis qui vous promettent la sécurité. Tous vous assurent qu'ils y aura plus de policiers (Heu, non rasés et en civil, ça va quand même ?), moins de "dealers", moins d'agressions, toujours autant d'armes à la maison, moins de frontaliers (Ha, cinquante mille frontaliers en moins, quel calme !...). Bref, Genève va devenir le paradis (fiscal) pour certains étrangers, le paradis des promeneurs, la moitié des rues fermées à la circulation et le reste autorisé aux seuls vélos, éventuellement électriques ; les commerces seront ouverts jusqu'à 22 heures mais il n'y aura plus personne en ville ; un gendarme planqué derrière chaque arbre que l'on aura enfin interdit d'abattre sans autorisation ; en revanche, la coke sera toujours sous terre et les dealers auront enfin compris qu'il valait mieux mettre une cravatte. Parfois on appelle cela des chefs d'entreprises.

Et le reste ? Quel reste ? Vous ne voulez quand même pas que les partis, après vous avoir volé votre voix par des subterfuges dignes des plus beaux mensonges d'écoliers, s'occupent des EMS, des crèches, de la construction de nouveaux logements, des cotisations d'assurance-maladie, de trouver des places d'apprentissage, de terminer les chantiers des trams commencés par les précédents. Bref de faire leur travail de député. En revanche, la Sautière sera toujours chargée de vérifier la date de sortie du premier bourgeon du marronnier de la Treille,

Ce qui m'inquiète quand même, c'est le taux de participation. Bien sûr, ceux qui ne vont pas voter et n'exercent pas leur droit ont tort et ils devraient avoir la décence de se taire.

Mais franchement dit, combien parmi ceux qui vont être élus n'ont rien à dire et vont hélas prendre quatre ans pour le dire.

Une de mes connaissances, originaire de Sao Paulo, me parlant de sécurité m'a dit récemment : "Il n'y a pas de problème de sécurité à Genève ; venez au Brésil et vous verrez ce qu'est l'insécurité."

Bon ça va, on pourra enlever quelques flics de derrière les arbres et les mettre à la sortie des écoles. A condition qu'ils se rasent. Ce serait quand même désolant qu'on les prenne pour de simples patrouilleurs scolaires.

 

Commentaires

Bonjour,

Acide, et excellent! Cela met de bonne humeur dès le matin. Ce qu'il y a de bien dans l'humour c'est son côté exutoire et son excès. C'est un espace de liberté qui reste encore. Pourvou qué ça doure!

Et la Sautière! Ah, la Sautière... Rien que le titre est tout un programme, presque une thérapie contre les libidos déficientes...

:-))

Écrit par : hommelibre | 06/03/2011

Les commentaires sont fermés.