07/03/2011

Supposons, supposons juste une seconde...

Le peuple libyen se bat sous nos yeux afin de se libérer du joug d'un tyran. Le temps passe et déjà nous avons l'impression qu'une victoire des insurgés n'est pas aussi certaine que prévue, mais seulement possible. Et que fait la "communauté internationale" (qu'est-ce que c'est au juste ?) pendant ce temps ? Elle cause, elle s'interroge, elle cherche comment éviter des "flux migratoires", elle ne veut pas intervenir car on n'intervient pas dans un pays souverain. En Irak ? Il y avait des armes de destruction massive là-bas, ce n'est pas pareil et vous ne pouvez pas comparer des armes avec du pétrole...

Alors supposons, supposons une seule seconde que les forces du colonel parano, contre toute attente, arrivent à bout de la résistance et que tout redevienne "comme avant". Que fera la "communauté internationale" ? Passera l'éponge pour nettoyer tout le sang versé et s'empressera de renégocier des contrats pétroliers ? Protestera - mollement ? - au sein des Nations Unies en brandissant la traduction du colonel à la Cour Pénale Internationale comme une nécessité absolue, mais sans savoir quand...Réagira en se barricadant afin d'empêcher "d'accueillir toute la misère du monde" ? Organisera des collectes de fonds auprès des populations pour "aider tous ces pauvres gens" ? Quoi encore pour se donner bonne conscience ?

Protester et s'indigner, c'est bien, et ça ne bouffe pas de foin.

Supposons, supposons juste une seule seconde...

Commentaires

Votre supposition n’est pas à exclure, elle est envisageable malheureusement, compte tenu de ce qu’il se passe actuellement dans ce pays.
Et l’on peut même supposer que certains des composants de cette « communauté internationale » s’en réjouiraient pour établir au plus vite de nouveaux contrats juteux et réactiver ceux qui ont eu cours jusqu’à très récemment (armement contre pétrole).

Un dessin d’Herrmann illustre bien cette situation :

http://www.tdg.ch/actu/herrmann/dessin-5-mars-2011

Osons supposer le pire !

Écrit par : Benoît Marquis | 07/03/2011

Tout à fait de l'avis de Benoît Marquis et j'ajoute que des attentats vengeurs ne seront pas à exclure!Nous ne savons pas non plus qui remplacera les Présidents déchus! Mais comme dit l'autre, qui vivra verra.

Écrit par : Patoucha | 08/03/2011

Chers amis,

L'autre jour, j'ai suivi une émission sur la chaîne CNN, il y avait un agent de la CIA, qui disait qu'en tous les cas, la révolution égyptienne, fut d'abord orchestrée par certaines personnalités au pouvoir du temps du Président Moubarak avec l'appui des USA, car beaucoup ne voulaient surtout pas voir le fils Moubarak, reprendre la succession de son père à la tête du pays. Evidemment les USA n'avaient pas prévue que leur instigation à pousser les égyptiens à se révolter ainsi, à travers certains mécontents et que grâce à "Facebook" cela aller prendre autant d'ampleur et même réussir si bien. L'ex-Président étant très malade, ils ont dû faire un choix très difficile, car personne ne pourra lui reprocher d'avoir refuser de collaborer avec les américains et l'Occident. La Lybie étant voisine de l'Egypte, les chars américains en poste entre Israël et l'Egypte, hormis la présence d'une force des Nations Unis qui se trouve dans le Sinaï, peuvent en quelques heures se rendre en Lybie sans aucun problème, le seul vrai problème c'est d'éviter une intervention militaire sans l'aval des Nations Unis, car personne ne souhaite voir un nouveau conflit Iraquien à l'horizon, alors bonjour la diplomatie et bonjour aux diplomates du Monde entier, s'ils arrivent à convaincre Monsieur Khadafi de quitter le pouvoir et arrêter de verser le sang de son pauvre peuple.....Il ya déjà des frégates qui ont traversés le Canal de Suez paraît-il, depuis deux semaines au moins.....À bon entendeur...!
Esmé

Écrit par : Esmé | 08/03/2011

Bonne question. Et la réponse a toutes les chances (!) d'être un pot-pourri de toutes celles que vous proposez.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/03/2011

Et voilà! Une fois de plus nous assistons impuissants à l'inefficacité de l'UE, aux impulsions incontrôlées de notre président qui nous place au premier rang, avec l'Angleterre des ennemis de Kadhafi. Il est encore temps à partir de Tripoli d'imposer une zone d'exclusion aérienne pour protéger Benghazi et forcer la médiation proposée par Chavez. ce serait éviter de nous discréditer davantage et éviter la pire des situations...

Écrit par : tianes | 15/03/2011

Les commentaires sont fermés.