03/04/2011

Acharnement non thérapeutique...

"Autre conclusion : il finira par y avoir de l’indécence à s’acharner sur une personne de 76 ans désormais à terre. Les faits seuls sont suffisamment cruels."

Je m'étais déjà demandé ce que Jean Ziegler - que je ne connais pas - avait bien pu faire à Pierre Weiss pour que ce dernier s'acharne (voir ci-dessus !) et ma foi,  je n'ai pas la réponse ! On pourrait imaginer que l'ultra libéral Weiss a une dent contre le gauchiste  Ziegler, justement parce qu'il le considère comme un gauchiste.

Mais cela me semble un peut léger. Il doit probablement y avoir une espèce de secrète jouissance à s'acharner sur un homme qui a eu pour lui le courage de dénoncer chez nous des faits qui n'étaient pas forcément agréables à entendre, mais très souvent la très mauvaise idée de les voir à travers le gros bout de la lorgnette.

Bref, cela ne justifie en rien les attaques personnelles qui ne visent qu'à discréditer les autres et tout spécialement ceux qui sont d'un autre bord politique.

Pierre Weiss termine en disant : "(...) il finira par y avoir de l'indécence à s'acharner (...)

Non, M. Weiss, "il ne finira pas...", il y a déjà de l'indécence.

Finalement, M. Weiss, vous considérez-vous comme tout blanc ou bien y aurait-il quelques petites zones grises où il serait indécent d'aller creuser ?

Commentaires

Non M. Sommer, ce n'est pas de l'indécence, un simple constat de faits avérés !

Je ne connais personnellement ni M. Ziegler, ni M. Weiss et ceux qui me connaissent ne peuvent m'accuser de penchants ultra libéraux ...

Des années durant, Jean Ziegler a manipulé l'opinion publique par ses discours démagogiques, souvent fallacieux et biaisés. Devant les médias de l'Hexagone qui offraient une tribune à ses diatribes, parce qu'il ressassait en boucle les clichés éculés et l'image d'une Suisse telle que l'on s'obstine à vouloir la voir en France, il a trompé son monde.

Il y a des postures qui ne s'oublient pas et l'on ne peut aujourd'hui accorder quelque crédit, ni excuse à un homme qui laissait entendre avoir été invité aux cérémonies du 40ème anniversaire de la "Révolution libyenne", ceci en pleine affaire des otages suisses, pour ensuite laisser planer le doute.
Mettre en évidence ses relations avec Kadhafi, puis le traiter de fou ou de psychopathe ...

Comment faut-il appeler un homme qui adapte son discours au gré des circonstances, sinon un opportuniste ? Mais pas un mythomane, tout de même …

Aujourd'hui l'édifice se lézarde, l'image se ternit, le brouillard se dissipe à Salzburg où l'icône est mise au rancart par celle-là même qui l'avait invité, Mme Gabi Burgstaller gouverneur de la province de Salzburg et membre du parti socialiste autrichien SPÖ.

Au quotidien de Salzburg "Salzburger Nachrichten" qui l'interviewait, Jean Ziegler s'est plaint d'avoir été calomnié à propos de ses relations avec Kadhafi :
„Ich fühle mich verleumdet“
http://search.salzburg.com/articles/17780566?highlight=Jean+Ziegler

L'interview intégrale :
http://search.salzburg.com/articles/17773475?highlight=Jean+Ziegler

Si Jean Ziegler devait être aujourd'hui victime de quelque chose, ce serait des effets collatéraux relatifs à l'évolution des événements du monde arabe actuel.
Pas d'autres choses !

La décence n'interdit pas de le relever ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 04/04/2011

Les commentaires sont fermés.