21/04/2011

A droite toute !

Avez-vous remarqué, depuis un certain temps, le lent glissement de certains pays européens vers une droite dure sans que les populations en soient vraiment conscientes ! Il est vrai que le chant des sirènes...

La Hongrie dont le gouvernement va tranquillement vers un durcissement - notamment vis-à-vis de la presse - se met à rêver à nouveau d'une grande Hongrie pour laver l'affront du traité du Trianon en 1920.

Plus au nord, l'émergence des "vrais Finlandais" (Je ne savais pas qu'il y en avait de faux) qui pointent désormais à la troisième place en ordre d'importance.

Marine Le Pen et son Front national (La France aux Français !) qui doit espérer secrètement jouer dans la cour des grands.

La ligue du Nord en Italie et Umberto Bossi qui aimeraient sans doute bien "larguer" l'Italie du sud, responsables de tous les malheurs de la péninsule.

La Pologne et ses jumeaux - l'un d'eux est tragiquement mort dans un accident d'avion - auraient souhaité une nation encore plus catholique avec tout ce que cela comporte d'intolérance du moment qu'on se trouve du bon côté.

Notre petite Suisse qui sous couvert de patriotisme glisse lentement vers un nationalisme qui n'annonce rien de bon. La Lega Ticinese qui voudrait un mur pour que les Italiens (Dans le temps on les appelait les Ritals) restent en Italie. Quant à l'UDC elle est plutôt favorable à l'abandon des accords de Schengen.

Un peu partout on assiste à un "repli identitaire" - au fait de quoi s'agit-il ? - qui vise avant tout à faire croire aux populations que les problèmes viennent d'ailleurs.

Il y a maintenant plus de 50 ans qu'on a ébauché puis créé l'Europe. Elle est certes loin de la perfection. Elle n'est pas très sociale et peut-être trop économique. Mais elle a le mérite d'exister. Elle a permis jusqu'ici de se parler et d'avancer, qu'on le veuille ou non. Oui il faudra encore l'améliorer. Oui il faudra que les politiciens travaillent à créer une vraie nation européenne avec un fort sentiment d'appartenance. Cela prend du temps et de l'énergie. Mais ce n'est pas parce que l'on constate quelques fissures dans l'édifice qu'il faut le dynamiter. Qui veut vraiment revenir au temps des frontières, des contingents, des permis, du protectionnisme, de la peine de mort...?

Oui, l'Europe est condamnée ! Condamnée à continuer son chemin, peut-être à tâtonner encore ici et là, condamnée à améliorer les relations entre ses membres, à mettre de l'huile dans les rouages de son fonctionnement, à construire le pays Europe. On ne se hasardera pas à prévoir une échéance mais il est nécessaire de tenir le cap.

Il n'est point nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne et non le Conquérant, comme me le fait aimablement remarquer Mère-Grand ci-dessous ! Pourquoi le Conquérant ? Mystère...)

 

 

 

Commentaires

Guillaume d'Orange en fait.
Mais cela reste une beau précepte.

Écrit par : Mère-Grand | 21/04/2011

Il faut dire que pendant très longtemps la gauche à été au pouvoir et voila le résultat.
Crise économique, immigration record, perte du pouvoir d'achat ... dettes record.

Écrit par : Victor Winteregg | 21/04/2011

C'est d'une crise identitaire dont il s'agit. Les gens cherchent leurs références et leurs repères dans un monde qui se globalise et s'uniformise de plus en plus rapidement. Par conséquent on se laisse séduire par le chant des sirènes et des promesses illusoires.

Tout va trop vite ...

Oui, l'Europe est condamnée à réussir sa construction, mais le chantier est vaste et la route est longue et parsemée d'embûches. Les dirigeants politiques qui mènent le peuple à marche forcée vers des objectifs pas toujours très lisibles, feraient bien de l'écouter au risque de voir celui-ci se révolter en contraignant ses têtes pensantes à faire preuve d'un peu plus d'humilité.

Si les partis populistes gagnent du terrain en Europe, c'est précisément parce que le peuple n'est pas entendu. Pire encore, même pas écouté !

Si l'inoxydable Edgar Faure, grande girouette du microcosme politique français vivait encore, il pourrait nous rappeler sa phrase d'anthologie :

" Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent ! "

Et il savait de quoi il parlait ...

Aujourd'hui le vent tourne, mais les girouettes modernes tardent à réagir.

Peut-être faudrait-il les lubrifier un peu en leur mettant une goutte d'huile dans l'axe ?...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 21/04/2011

A M. Victor Winteregg,

La gauche n'a pas forcément la palme des dettes colossales, abyssales, astronomiques. Regardez les Etats Unis et leurs 14.000 milliards de déficit.

14.000 milliards, si l'on exprimait ce chiffre en km, représenteraient environ 1,5 année-lumière...

Bien cordialement.

Écrit par : Anaxagore | 22/04/2011

@ Anaxagore

je n'accuse pas la gauche de la dette américaine ... je sais bien que c'est la faute à Bush.

Bien cordialement.

Écrit par : Victor Winteregg | 22/04/2011

Les commentaires sont fermés.