17/12/2011

Sodade...

PC170385.JPGCesara Evora, monument de la musique capverdienne, nous a quittés. Elle restera dans les mémoires comme la diva aux pieds nus, mais aussi et surtout comme une voix d'une extraordinaire justesse.

Il y a quelques années, elle avait enflammé le Victoria Hall.

La voix s'est éteinte, le souvenir demeurera.

18:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Saudade, pas sodade, bordel. Un peu de respect, que diable !

Écrit par : Géo | 17/12/2011

une pensée émue pour une telle artiste
émouvant tous continents par sa sincérité

brièvement mondialement connue,
elle aura vécu toutes galères
et achevé sa vie en beauté

Bravo et bonne route!

Écrit par : graphycs | 17/12/2011

Jolie musique.
Douce présence.
La vie tourne.

Écrit par : hommelibre | 17/12/2011

A Géo

Il n'est point nécessaire d'être grossier pour dire les choses, d'ailleurs contredites par la photo ci-dessus !

Qui a raison, qui a tort ? Je ne saurais dire...

Écrit par : anaxagore | 17/12/2011

Jolie et douce musique.
Les paroles douces, mais souvent ironiques vis-à-vis des Portugais.
Ate logo Cesara.

--------
@ Géo et anaxagore,

Le portugais du Portugal et du Brésil l’orthographient « saudade », ce signifie mélancolie, ennui ou mal du pays.

Peut-être bien que les Capoverde (habitants des îles de Cap Vert) l’orthographie « sodade ».

Les Brésiliens aiment bien ironiser avec ce terme, surtout pour taquiner les Portugais, comme par exemple dans « Fado Tropical » de Chico Buarque.

Écrit par : Benoît Marquis | 18/12/2011

Les commentaires sont fermés.