03/06/2012

Dites, ne dites pas...

Depuis que sa gracieuse majesté Elisateh II s'est assise sur le trône du Royaume uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, on n'entend plus parler, ces jours derniers, que du jubilé de diamant.

Je n'ignore pas que les journalistes (enfin, pas tous !) de tous les sexes ont un faible pour les néologismes et les expressions qui sonnent aussi creuses qu'une cloche fêlée.

Ainsi en va-t-il de la fâcheuse expression "jubilé de diamant" qui signifierait "60 ans de règne" de sa majesté ci-dessus. A ma connaissance, mais j'accepte volontiers que l'on me corrige, un jubilé est une période de 50 ans et rien que 50 ans. Le fait de l'affubler du substantif "diamant" n'y change rien.

Il faudrait se méfier des mots qui parfois - souvent ? - nous mènent à des maux par la seule faute d'un mot inapproprié.

J'aboie, j'aboie, mais j'ai peur que la caravane passe quand même...

20:52 Publié dans Langues | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir Michel,

A ma connaissance aussi jubilé est associé à une période de 50 ans.

J'ai trouvé ceci d'intéressant sur le dictionnaire en ligne mediadico:

"Jubilé

Solennité publique, chez les Juifs, qui, se célébrant de cinquante en cinquante ans, amenait la rémission de toutes les dettes, la restitution de tous les héritages aux anciens propriétaires, la redistribution des terres et la mise en liberté de tous les esclaves.

Dans la religion catholique, indulgence plénière, solennelle et générale, accordée par le pape en certains temps et en certaines occasions.

Fête qu'on célèbre souvent au bout de cinquante ans d'exercice d'une fonction, au bout de cinquante ans de mariage."

Sur reverso, c'est même un peu plus précis:

"Jubilé:

1. Solennité publique, chez les Juifs, qui, se célébrant de cinquante ans en cinquante ans, amenait la rémission de toutes sortes de dettes, la restitution de tous les héritages aux anciens propriétaires, et la mise en liberté de tous les esclaves. Les Juifs ne vendaient point leurs biens et leurs terres à perpétuité, mais seulement jusqu'à l'année du jubilé.

"Vous sanctifierez la cinquantième année, et vous publierez la liberté générale à tous les habitants du pays, parce que c'est l'année du jubilé". [Sacy, Bible, Lévit. XXV, 10]

2. Dans la religion catholique, indulgence plénière, solennelle et générale, accordée par le pape en certains temps et en certaines occasions. La bulle du jubilé. Le jubilé fut établi en 1300 par Boniface VIII, et ne se célébrait d'abord que de cent en cent ans ; Clément VI le réduisit à cinquante, Urbain VI à trente-trois ans et Sixte IV à vingt-cinq.

"Le jubilé est une indulgence plénière d'autant plus certaine et d'autant plus efficace qu'elle est accordée par notre saint-père le pape pour cause publique, avec une réflexion plus particulière sur les besoins de la chrétienté, et qu'elle est universelle". [Bossuet, Instruct. pour le jubilé, 1]

"Le jubilé fini, gagné ou non gagné, il fut question de savoir si Mme de Montespan reviendrait à la cour". [Mme de Caylus, Mém. p. 70, éd. de 1803]

Faire son jubilé, faire toutes les pratiques de dévotion ordonnées par la bulle du jubilé. "Je serais très bien disposée pour faire.... mon jubilé". [Sévigné, 34]

Terme de jeu. Faire jubilé, brouiller le jeu, de manière qu'il n'y ait ni perdants ni gagnants.

3. Fête religieuse et domestique, qu'on célèbre souvent au bout de cinquante ans d'exercice d'une fonction, au bout de cinquante ans de mariage. Ce professeur célèbre cette année son jubilé ; il a 50 ans de services.

Mariage de jubilé, mariage célébré de nouveau après cinquante ans de durée.

4. Il se dit d'un religieux, d'un chanoine, d'un docteur qui l'est depuis 50 ans. Ce père n'a plus qu'une année de théologie à enseigner, et puis il sera lecteur jubilé.

Écrit par : hommelibre | 03/06/2012

De nombreux mots sont, en effet, utilisés à tort et à travers. L'adjectif "éponyme", entre autres, est souvent employé de manière incorrecte. Rabâcher des mots à mauvais escient est devenu une sorte de mode...

Écrit par : Kissa | 03/06/2012

N’oublions pas que nous sommes là, en Angleterre, et qu’il est connu que dans ce pays, rien n’est comme ailleurs. Il y a souvent du mou dans la corde à nœuds chez les Anglicans.
Donc, pas de souci cher Michel, quant à la signification de ce terme jubilatoire.
Pour mieux comprendre :
http://files.newsnetz.ch/bildlegende/49421/814243_pic_970x641.jpg

Bien à vous.

Écrit par : Benoît Marquis | 03/06/2012

Merci à tous les trois de vos commentaires. John a fait très fort en allant chercher des explications fort détaillées.

Si au moins ceux qui s'intitulent journalistes avaient la même conscience professionnelle et prenaient quelques secondes pour relire leurs inepties. Il n'est pas interdit de s'améliorer.

Écrit par : Michel Sommer | 04/06/2012

Nous sommes dans un monde où, actuellement, tout augmente!...
... Sauf le nombre des places de travail, dirait un pessimiste. Mais restons optimistes et nous dirons que le chômage augmente, aussi bien que les prix et tout le reste.
Alors pourquoi la durée associée à jubilé n'augmenterait-elle pas?

Surtout que de 50 à 60 ans, ça ne fait qu'une augmentation de 20%. Et 20% sur 50 ans, ce ne sont que des peanuts!
Voyez les prix des billets CFF pour vous en convaincre!... Pour les Chemins de Fer, 20%, c'est à peu de choses près l'augmentation annuelle.

Écrit par : Baptiste Kapp | 04/06/2012

Les commentaires sont fermés.