24/06/2012

Dis Papa, pourquoi...

...de (trop) nombreux journalistes écrivent-ils si mal leur langue (française) ?

Je ne sais pas, mon petit, mais tous les média sont touchés. Du rédacteur en chef au plus obscur pigiste, les fautes d'orthographe, de syntaxe et de vocabulaire sont leur lot quasi quotidien.

On ne va pas leur jeter la pierre car on se rend compte que l'information va vite et qu'ils ont de la peine à la suivre...Non, ne pas jeter de pierre mais juste piquer un peu leur orgueil. J'ai lu, dans un petit fascicule informatif que le "choeur ... est un choeur mixte formé de chanteurs et de chanteuses..."

- Euh, dis papa, c'est quoi le sexe des anges ?

- Tu demanderas lundi à ta maîtresse.

20:43 Publié dans Langues | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2012

Dis, Papa, c'est quoi...

...un challenge ?

D'abord, mon petit, il y a le challenge, prononcé à la française, qui signifie "épreuve sportive, tournoi, ainsi que la récompense décernée à cette occasion". Mais apparemment, le mot est un peu ringard.

Il y a aussi le même mot, mais anglais, qui se prononce "tchallendge" et qui fait des ravages dans les péroraisons de nombreuses personnes francophones. Il semble, en effet qu'un "tchallendge" soit beaucoup plus difficile que relever un défi. Mais pour avoir l'air intelligent - et Dieu sait combien de citoyens semblent en avoir besoin - il est de bon ton d'utiliser "tchallendge" plutôt que défi".

Et, fiston, je te défie de me prouver le contraire.

P.S.: J'ai entendu, ces derniers temps, dans les tournois de tennis un verbe bizarre, à savoir "breaker". Tu peux me dire ce que cela singifie ?

14:33 Publié dans Langues | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/06/2012

M. Stauffer, votre français fout le camp...

"ASSEZ! La majorité seront relâché dans les jours qui viennent!"

Dans votre précipitation - ou dans votre ignorance - vous commettez des crimes contre la langue française. Heureusement pour vous, ils ne seront pas sanctionnés, sinon vous seriez depuis longtemps à croupir dans un conteneur de la zone aéroportuaire avant d'être expulsé.

10/06/2012

Mon programme en dix (coups de) poings (sur la table)

1. Installer 100 conteneurs dans la zone aérportuaire pour les députés et les inviter à tester les conteneurs-cellules.

2. Les criminels ne doivent plus faire la loi à Genève. M. E. Stauffer non plus.

3 .Pour la tolérance, il faut envisager la réouverture de maisons.

4. les criminels qui arrivent en avion sont priés de s'annoncer préalablement à M. E. Stauffer qui leur indiquera le no de leur conteneur.

5. Redonner confiance aux Suisses de France qui ont peur de se retrouver d'abord au chômage et ensuite dans un conteneur.

6. L'assurance juridique des policiers est supprimée. Ils peuvent frapper les criminels selon leurs envies. M. Stauffer vérifie s'il s'agit d'un criminel

a) suisse (il sera relaxé par manque de preuves)

b) français non frontalier (il sera condamné par intime conviction )

c) français frontalier (quoi qu'il en soit, il est présumé coupable)

d) demandeur d'asile (c'est déjà un coupable)

e) autres pays (tolérance zéro : tous condamnés à apprendre le français)

7. Dorénavant on fera appel à des entreprises de travail temporaire pour assurer les patrouilles dans les quartiers sensibles pendant que les gendarmes apprendront à se servir de leurs ordinateurs (ordinateur est au pluriel parce que M. Stauffer en a fait acheter un deuxième.)

8. Tous les travailleurs frontaliers honnêtes (ceux non visés par le no 6c ci-dessus) seront expulsés sans indemnité et manu militari. Les amendes d'ordre et le prix des parkings seront doublés pour compenser le manque de personnel.

9. Utiliser les images des caméras vidéo haute technologie pour réaliser un film qui sera présenté à Cannes pour une (très) éventuelle palme. (le titre pourrait être, par exemple, Charlot aux jeux Olympiques)

10. Utiliser les fonds saisis dans le cadre des trafics de drogue pour en acheter d'autres plus efficaces, car de nombreux médecins et infirmières auront quitté le territoire, car visés par le no 8 ci-dessus. Les patients crieront de douleur et il faudra les soulager en leur injectant de la morphine et de l'héröïne.

 

Je ne réponds pas aux poings inutiles.

 

La pensée du jour : Un dictateur est un député qui a réussi.

 

09/06/2012

Dis Maman, est-ce qu'un point...

...c'est la même chose qu'un pour cent ?

- Non, mon petit, mais c'est ce qu'essaient de nous faire croire certains journalistes.

- Peut-être faudrait-il leur rappeler qu'un pour cent est la centième partie d'un entier, alors que le point est la référence, généralement, d'un indice qui lui, n'a rien à voir avec la centième partie d'un  entier !

Des exemples ? l'indice du coût de la vie, le Dow Jones, le SMI, le CAC 40, etc.  vont être exprimés en points. En revanche, le taux du chômage sera expirmé en pour cent.

- Alors , Maman, si j'ai bien compris, si un point est un pour cent, un pour cent est un point ? Donc le SMI vaut environ 5869 pour cent !

- Tu as très bien compris, alors ne sois pas impertinent. De (trop) nombreux rédacteurs (J'ai même surpris, je crois, Pascal Décaillet, lui dont la langue est habituellement si parfaite, à commettre cette erreur) n'imaginent probablement pas que le snobisme intellectuel est à la langue française ce que la bêtise est à l'infini.

Mais lecteurs, vous n'êtes pas obligés de m'approuver !

16:37 Publié dans Langues | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/06/2012

Dis papa, pourquoi dit-on...

maintenant "basé" à tout propos ?

- Probablement parce que les journalistes - toujours pressés - ont cru bon de franciser le terme "based" et d'ignorer les termes "sis", "établi" ou encore des tournures telles que "...dont le siège est à...

- Selon Grévisse, apparamment seule une unité militaire "est basée" en tel endroit.

 

Je n'ai rien contre les néologismes dans la mesure où ils enrichissent la langue. Mais dans le cas de "basé", on l'appauvrit ! Dommage.

Mais, fiston, tu n'est pas obligé de m'approuver.

03/06/2012

Dites, ne dites pas...

Depuis que sa gracieuse majesté Elisateh II s'est assise sur le trône du Royaume uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, on n'entend plus parler, ces jours derniers, que du jubilé de diamant.

Je n'ignore pas que les journalistes (enfin, pas tous !) de tous les sexes ont un faible pour les néologismes et les expressions qui sonnent aussi creuses qu'une cloche fêlée.

Ainsi en va-t-il de la fâcheuse expression "jubilé de diamant" qui signifierait "60 ans de règne" de sa majesté ci-dessus. A ma connaissance, mais j'accepte volontiers que l'on me corrige, un jubilé est une période de 50 ans et rien que 50 ans. Le fait de l'affubler du substantif "diamant" n'y change rien.

Il faudrait se méfier des mots qui parfois - souvent ? - nous mènent à des maux par la seule faute d'un mot inapproprié.

J'aboie, j'aboie, mais j'ai peur que la caravane passe quand même...

20:52 Publié dans Langues | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |