08/08/2012

M. Varone en mauvaise posture ?

Ainsi donc M. Varone, commandant de la police valaisanne, est de retour en Suisse, après une bien gênante mésaventure. Mais pour lui, se retrouver au milieu des siens est certainement le principal. On croit volontiers que M. Varone n'a jamais contrevenu aux lois suisses (Le contraire serait d'ailleurs un comble pour un commandant de la police). On est en revanche complètement surpris d'entendre le serviteur de l'Etat valaisans, affirmer - avec un brin de naîveté ? - qu'il ignorait la loi turque sur les biens culturels. On peut lui laisser le bénéfice du doute.

Cela dit, M. Varone est donc libre mais non (encore ?) acquitté. Il risque des années de prison. Sans vouloir juger de la sévérité ou non du code pénal turc en pareille occurrence, on se demandera à juste titre quelle sera la position du candidat potentiel au conseil d'Etat valaisan s'il devait faire l'objet d'une condamnation en Turquie. En cas d'acquittement, l'affaire en reste là. Ne resteraient que le mauvais souvenir et quelques cauchemars. Mais s'il devait écoper d'une peine quelconque, sa position en Suisse pourrait singulièrement se compliquer.

Il faudra d'abord que M. Varone prenne une décision importante : se rendra-il à un procès où il risque de se voir embastillé pour une ou deux "législatures". S'il ne s'y rend pas (ce que personnellement je comprendrais très bien) et qu'il est condamné, il pourrait perdre une chance de siéger au Conseil d'Etat, ce qui n'est au fond pas dramatique. Mais en ce qui concerne sa fonction de commandant de la police, la situation me paraît plus ambiguë : peut-on continuer à occuper une telle fonction avec un casier judiciaire, fût-il turc ? Je n'ai pas la réponse à cette question. M. Varone a certainement quelques ennemis politiques qui se chargeront d'exploiter la situation.

Ramasser des pierres dans la nature n'est jamais anodin.

Commentaires

Ce caillou est peut-être bien le grain de sable qui va enrailler sa machine à se faire élire au conseil d'État... de sable.

Écrit par : Benoît Marquis | 08/08/2012

Ce que Varonne aurait dû savoir, c'est que les vendeurs d'objets antiques en Turquie, sont bien souvent des flics comme lui !!!!

Maintenant, il est clair que ce pandore est totalement malhonnête dans ses déclarations, d'abord, il a tout mis sur son fiston, ça n'a pas prit, le fiston, le pauvre a été entièrement innocenté par la justice turque.

Eusuite le "cailloux" ramassé dans un "jardin", il l'a bel et bien payé !!! et sa valeur en Europe faisait de ce vestige un investissement très rentable et c'est dans ce sens qu'il en a fait l'aquisition !

Maintenant, si il a été libéré sur caution payée par la confédération, cela prouve que ce personnage est encore plus malhonnête que prévu, car il ne se rendra pas au jugement, donc, d'une part il vole le patrimoine d'un pays sachant très bien à quel trafique il s'est donné et d'autre part,lorsqu'il a signé en Turquie qui se rendrait pour le jugement, il a volé une seconde fois, cette son pays !!!

Mais tout cela, n'empêche pas le DFAE de soutenir le régime islamiste et vennait d'encourager les investisseurs suisses d'aller investir dans ce pays, bien au dessus des droits de l'homme, qui emprisonne des gamins de 15 ans pour motifs politiques et qui continue de pratiquer la torture !

Varonne en tant que Suisse s'était cru au dessus des lois turques en raison de la politique helvétique vis-à-vis de cette dictature totalitaire élue démocratiquement !!!!!

Écrit par : Corto | 08/08/2012

Les commentaires sont fermés.