08/10/2012

Quand le dédain risque de vous exploser en pleine figure ou la bêtise des présidents français

Cela fait déjà deux législatures que les présidents français dédaignent la Suisse sous des prétextes futiles. Mme Eveline Widmer-Schlumpf vient d'en faire la douloureuse expérience avec M. François Hollande qui a poliment (?) éconduit la présidente de la Confédération : il ne viendra pas en Suisse. Il est évident que la Suisse n'est pas le centre de la Terre (Même si elle en rêve parfois...). Il aurait été néanmoins convenable que M. Hollande accepte l'invitation de son voisin, ne serait-ce que pour améliorer ou restaurer des relations de bon voisinage que son prédécesseur avait mis tant de hargne à malmener. Prenons-en acte.

Il est vrai que pour les médias français, voir Nicolas Sarkozy pavaner avec son "ami" Barack devant les caméras avait une toute autre allure que de serrer la main à Mme Calmy-Rey qui a dû se contenter de voir son interlocuteur tapoter sur son téléphone mobile. En plus du mépris, de l'impolitesse. Nicolas Sarkozy possède des qualités que l'on ne soupçonnait pas !

Quant à François Hollande, qui dégringole (déjà) dans les sondages, il ne fait guère mieux. En fait pas mieux du tout ! Il snobe la présidente de la Confédération. Bon, elle s'en remettra, à n'en point douter. En fait ce doit être d'une certaine jouissance que d'être ignorée par des ignorants !

Mais par delà les effets de manches, le mépris, le dédain de certains parlementaires français qui n'ont pas encore réalisé que Paris n'était pas le centre du monde et qu'il ne suffit pas d'accuser la Suisse de tous les maux (n'est-ce pas M. Montebourg ?) pour que l'Hexagone soit soudainement plus grand !

M. François Mitterrand avait eu l'intelligence de nous rendre visite sans qu'il en sorte diminué  politiquement.

Attention, M. Hollande, sur ce coup, vous avez allumé un pétard avec une mèche certes assez longue. Il finira néanmoins par vous sauter à la figure. Il sera alors trop tard pour vous plaindre. Ce n'est pas une erreur de vous venez de commettre, c'est une faute.

 

Commentaires

Bonjour- Je suis française et vous applaudit à 100%. Quelle morgue! Quelle stupidité, manque de politesse. Mais pour qui se prennent ces dirigeants politiques? Et sur ce plan, le niveau de goujaterie de Hollande semble aussi fort que celui de son prédécesseur. Avec une telle mentalité globale, pas étonnant que ce pays s'enfonce !
Sylvie

Écrit par : sylvie | 08/10/2012

Bonsoir,

Les présidents français snobent la Suisse, c'est vrai. Sur ce constat je suis d'accord avec vous.

Passons sur Sarkozy qui avait "un problème avec la Suisse" comme l'avait relevé Micheline Calmy-Rey, un problème qu'il n'a probablement pas résolu à ce jour, même après avoir quitté l’Élisée.

Passons sur Montebourg, grand agitateur devant l’Éternel, pour ne pas parler d'éternel agité, qui ne joue en fait qu'un rôle de bouffon dans la situation économique actuelle. Un bouffon destiné à amuser le bon peuple et détourner son attention des véritables problèmes économiques actuels de la France. Qui peut sérieusement croire à la réussite de Montebourg dans sa mission de mener le "Redressement productif", avec comme seule arme, ses effets de manche et son seul baratin ? Montebourg dans son insignifiance, a été placé là où il est pour servir de fusible. Ainsi bientôt Hollande pourra se débarrasser d'un homme imprévisible et qui se plaindra de ce populiste ?

Revenons à Hollande qui lui aussi a décidé de snober le Suisse.
J'étais tenté moi aussi de réagir comme vous. Toutefois après réflexion, connaissant la mauvaise image de la Suisse en France où on adore les clichés récurrents, surtout lorsqu'ils sont périmés, on se dit qu'en se rendant en Suisse en visite officielle, François Hollande s'exposerait beaucoup politiquement s'il n'était pas assuré de revenir à Paris la besace pleine de concessions arrachées au forceps à "ces Suisses si égoïstes", à l'image de ce qui nous est présenté presque quotidiennement dans les médias de l'Hexagone.
Donc Hollande n'est pas fou et ne peut se permettre de perdre encore quelques points dans les sondages.
Et puis c'est vrai, si Paris valait bien une messe pour Henri IV, Berne a mauvaise presse pour "Normal Ier". Il est donc préférable de s'en tenir à bonne distance si l'on veut conserver sa réputation.

Ce qui me gène davantage en revanche dans toute cette histoire de dédain affiché par la France officielle à l'égard de notre pays, c'est cette insistance de notre Conseil fédéral, et particulièrement de Mme Eveline Widmer-Schlumpf, à vouloir absolument rencontrer M. Hollande, quitte à se rendre à Paris, autant dire à Canossa ... Un tel comportement relève presque de l'humiliation, car après tout si les dirigeants français tiennent à snober la Suisse, ce qui est leur droit, pourquoi donc la Suisse devrait-elle jouer le rôle du psychanalyste ?

Si ma belle-mère me boude, je ne vais pas lui offrir des fleurs (pas même des chrysanthèmes ...) pour tenter de connaître les causes de sa bouderie !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 10/10/2012

Les commentaires sont fermés.