11/11/2012

Un problème de vocabulaire ?

On ne peut plus ouvrir un journal ni écouter une radio sans que la question du mariage des homosexuels soit évoquée. Il faut d'ailleurs faire attention de ne pas sortir du politiquement correct : s'opposer au mariage de personnes du même sexe relèvera bientôt du code pénal ! Tant pis j'en prends le risque. Je ne suis pas favorable au mariage de personnes du même sexe non pas pour des questions éthiques ou religieuses, mais uniquement pour des questions de vocabulaire : on ne marie pas des gens et des choses de même nature. Le maître d'hôtel vous conseillera un mariage entre un vin et un plat ; l'oenologue vous dira qu'on ne marie pas les vins entre eux, mais qu'on les assemble.

Alors de grâce, cessons de parler de mariage. Personne - en tous cas pas moi - ne dénie aux homosexuels le droit de vivre en couple. Il convient de trouver une formulation particlière pour ce qui, malgré tout, reste une situation particulière ou tout au moins différente.

J'avoue avoir de la peine à comprendre pourquoi les homosexuels qui réclament le droit à la différence donnent tant de la voix pour être coulés dans le même moule juridique que les hétérosexuels. Il y aura sans doute quelqu'un pour me l'expliquer.

 

14:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Peut-être parce que l'homosexualité semble incarner la contradiction...?

Écrit par : absolom | 11/11/2012

idem pour moi. trop de précipitations en France: on se prend les pinceaux dans le tapis de l'immédiateté, on mélange, au droit à l'égalité pour tous, le droit civil, l'émotionnel social & tout un fatras vient avec

où le pacs me semblait allier les exigences de concepts actuels d'égalité pour tous sur le plan sociétal et civil,
les mondes religieux ayant leurs propres lois (de l'interdiction de préservatifs au reste)
pour le droit à l'accouplement en binôme de tous sexes avec encadrement légal

Restait le droit à l'adoption fr, bancale pour les enfants & l'un des pacsés, et qui le reste. Faire une loi française autorisant le mariage homo,

n'a pour conséquence qu'éliminer des livrets de famille, les mots "mère" et "père", remplacés par "parents",
histoire de "respecter" le politiquement correct exigé des homos. (semble-t-il).

au final, ce n'est, pour 1 acte légiférant et comme résultat pour l'ensemble de la sté française, qu'une bête histoire belge (dsl les belges), du borné à la française!

Écrit par : Pierre à feu | 11/11/2012

Pareil.
Sujet polarisé...
Vous relevez à juste titre que les partisans sont très pressés d'enterrer la contestation sans ouvrir le dialogue ou le débat.
Dommage.

Écrit par : Sérum | 11/11/2012

je suis de votre avis et si en plus ils désirent adopter bonjour les dégats psychologiques déjà mal vécus en couples normaux mais deux hommes en plus qui doivent révéler le nom de la mère biologique à l'enfant ne passera pas sans crise vomitive de la part du gosse en premier et d'une autre crise menant au divorce les deux mâles.Le mariage entre homos un non sens mais une fois de plus qui a intéret à développer tant d'anormalités dans ce bas monde? des eugénistes-écoterroristes ni plus ni moins.Ca les démange de ne pouvoir disséquer us et coutumes* normaux* faut bien donner leur donner prétextes pour des recherches sur le cerveau humain qui avaient déjà été faites dès 1933

Écrit par : lovsmeralda | 12/11/2012

Merci infiniment pour enfin donner une explication brillante pour un probleme qui n'en devrait pas etre un...

Écrit par : Eliana Benador | 12/11/2012

Les commentaires sont fermés.