19/08/2013

lettre à un ami égyptien que je ne connais pas encore

Cher Ami,

 

Je ne suis jamais allé en Egypte. Et pourtant je brûle d'envie de te connaître. Peu m'importe que tu sois musulman (j'insiste sur ce terme), copte ou simplement issu de la société civile sans appartenance religieuse rigoureusement définie.

Depuis que votre président a été destitué pour des raisons que certains trouvent justes alors que d'autres les considèrent iniques, j'ai peur. Oh, certes pas pour moi qui habite dans un pays démocratique que certains s'ingénient à placer trop à droite ou trop à gauche de l'échiquier politique. Les critiques fusent dans tous les sens et les pseudo-parangons de démocratie hurlent - c'est un comble - à la captation du pouvoir.

Vous êtes des millions d'Egyptiens à vouloir la démocratie. Qui vous en blâmerait ? Vous avez chassé Hosni Moubarak, vous avez voté, élu un président dans de bonnes conditions et c'est justement à partir de ce moment que cela commence à "coincer". Avez-vous bien compris que la démocratie ne consiste pas à s'approprier le pouvoir comme cela semble avoir été le cas. Non la démocratie est un jeu subtile dans lequel les minorités ont leur mot à dire et dont la majorité peut tenir compte. Et souvent elle y consent. Par jeu politique ou par nécessité.

Ami, je ne te connais pas encore, mais je t'encourage à tendre la main. Non pas pour manifester ton hostilité envers les "autres", mais pour les amener à discuter de ce que vous pourriez faire ensemble dans le respect de tous. C'est-à-dire accepter que ceux qui ne pensent pas comme toi ne sont pas des ennemis mais "simplement" des adversaires qui cherchent aussi à faire évoluer le pays. A ce sujet, n'oublie jamais cette phrase d'Helvétius : "Les hommes sont si bêtes qu'une violence répétée finit par leur paraître un droit."

Oui, je sais, mon discours est plein d'une immense naïveté. Et le méchant ce n'est pas toi. Et les autres disent la même chose. Alors s'il n'y a pas de méchants, comment se fait-il qu'il y ait autant de violence dans votre pays ? J'imagine que l'armée sera citée et que c'est elle le bouc-émissaire.

J'ai hâte de te connaître, peu importe que tu représentes les frères musulmans, les coptes ou n'importe qui d'autre et si tu es élu dans une assemblée démocratique, j'aurai plaisir à suivre ta politique que tu négocieras avec celle des députés qui ne partageront pas forcément tes idées. Mais vous vous respecterez. C'est la sagesse même...et le début de la démocratie, celle qui se nourrit aussi de son opposition parlementaire.

 

A très bientôt et bonne chance

 

Les commentaires sont fermés.