17/09/2013

M. J.-S. Eggly non plus n'aime pas les commentaires !

"Bonjour, Je vous remercie de votre visite et de l'éventuel commentaire que vous rédigerez sous mes billets. Merci de respecter les règles fixées par la Tribune de Genève qui nous héberge: soyez courtois, concis, pertinent et signez votre commentaire! Au plaisir de vous lire."

 

Ci-dessus le texte que vous trouverez sur le blog de M. Jacques-Simon Eggly, distingué président de l'Organisation des Suisses de l'étranger. Jusque là, rien à dire ni à redire. Journaliste de droite, pendant longtemps au défunt Journal de Genève, constituant et j'en passe probablement. Bref tout ce qu'il faut pour en faire, en quelque sorte, un "gendre idéal".

 

Mais quand même. Parce qu'il y a un mais. Vous êtes invités à lui donner votre avis et vos commentaires à condition, bien sûr que votre opinion concorde avec la sienne. Par exemple sur le maintien du service militaire obligatoire. Or il se trouve que nous sommes, sur ce point, en désaccord. J'ai commis un commentaire qui a dû probablement passer à la trappe. Je peux évidemment comprendre que - parfois - les réponses ne plaisent pas. Je ne parlerai pas d'éthique (quoique...) mais de simple politesse. Il me semble que lorsqu'on refuse un texte, on en informe son correspondant en lui expliquant pourquoi on le "sucre". Là, rien. Dommage.

Mais au fond, tout cela n'est pas bien grave. C'est un blog à éviter dorénavant. Tout simplement. Un gain de temps et d'énergie.

Pour éviter tout verbiage, je me permets de reproduire ci-après mon propre texte qui ne me semble contenir ni insulte ni rien qui puisse contrevenir aux règles de la TdG !

 

"(...)Assurément les réflexions sur un vaste service national méritent discussions. Tout cela n’invalide en rien le fait que notre armée de milice, avec le principe de l’obligation de servir fait partie de notre histoire, de notre présent et doit nécessairement faire partie de notre avenir. Vouloir sa mort c’est ne plus comprendre ni vouloir vraiment la Suisse." (propos de M. Eggly)

J'aime beaucoup la formulation : d'un côté des réflexions sur un service national méritent discussions et de l'autre il ne faut surtout pas toucher au mythe du citoyen-soldat et de l'obligation de servir. Au fond vous condamnez d'office ceux qui ne seraient pas "alignés-couverts". Finalement ne souhaitez-vous pas simplement la "mort" de ceux que vous accusez, sans savoir, de vouloir la mort de l'armée et qui ne seraient en mesure de ne comprendre ni vouloir vraiment la Suisse. Il y aurait donc votre lecture et une lecture fausse sur l'armée ?


Comme Suisse de l'étranger, j'ai déjà voté et comme vous pouvez vous en douter, j'ai accepté l'initiative. Je ne me considère pas pour autant comme un mauvais Suisse !


Je déplore cette manie bien helvétique de croire que certaines choses sont immuables et auxquelles on ne touche pas. L'armée en est une. Le secret bancaire en est une autre. On voit où cela nous mène.


Je ne m'attarderai pas sur le sempiternels poncifs liés à l'armée comme le pouvoir fédérateur, le mélange de toutes les classes sociales et autres affirmations de comptoir. Si je comprends bien les tenants d'un service obligatoire, il vaut mieux se voiler la face devant les presque 50 % de jeunes qui se font dispenser plutôt que d'admettre qu'il y a un vrai problème et que l'obligation n'est plus qu'une fiction, une espèce de malhonnêteté intellectuelle.

 

Depuis la parution du présent billet, mon commentaire est apparu - enfin, devrais-je dire - sur le blog de M. Eggly. Dois-je y voir une relation de cause à effet. ? J'espère que non. Mes paragraphes ci-dessus sont donc sans objet.

 

 

11:46 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Comme vous, j'ai subi la censure de M.Eggly il y quelques mois.
Depuis, je ne prends plus la peine de poster un commentaire sur son blog, ni même de le lire.
Très décevant de sa part, mmais voilà...

Écrit par : Joe | 17/09/2013

L'armée est un sujet "tabou" avec tous les sens que l'on peut donner à ce qualificatif.

C'est donc intéressant de se poser la question: pourquoi ?

Mais même se poser cette question, c'est déjà soulever le couvercle, donc suspect.

Tant pis, essayons quand-même. Rassemblons les arguments et les mythes… et plantons le décor.

D'abord le décor. La Suisse est au cœur de l'Europe (géographique et politique). Elle est entourée par quatre pays "paisibles" de l'UE, dont on aurait en principe plus rien à craindre d'une quelconque invasion. Mais les plus "paranos" des Helvètes pensent que non, que le diable peut se réveiller un sale matin… Laissons donc les "paranos" de côté puisque là, ça frise la pathologie et qu'il n'est pas nécessaire d'être gauchiste pour accepter cette évidence.

Donc si agression devrait-elle avoir lieu, ça serait de la part de puissances où de groupes armés extérieurs à nos voisins. Et pour ce faire, nos chers voisins devraient les laisser passer en toute impunité. Pour les groupes terroristes on peut encore s'imaginer qu'ils puissent passer ni vu ni connu, mais pour les colonnes de chars et l'aviation c'est quand-même un peu fort de café.

Ma conclusion c'est qu'au niveau du décor notre système de défense est déjà à côté de la plaque.

Quant aux autres menaces "non-conventionnelles" qui semblent les plus évidentes par les temps qui courent, elles sont reléguées au rang de menaces subsidiaires (s'agissant des montants et des moyens engagés). C'est le plus inquiétant.

Enfin, venons-en aux raisons "politiques". Comme tout le monde le sait, la Suisse est le coffre-fort du monde. On ne peut donc pas imaginer un coffre-fort sans serrure ni clé, même si les serrures peuvent être forcées sans clé… Donc quelques escadrilles d'avions de chasse had-oc en guise de gardiens "Securitas" peuvent éventuellement faire diversion. Là ça serait normalement aux banques de payer les vigiles… Mais ne soyons pas pingre à ce point-là, les banques emploient nombre de nos citoyens à forte rémunération, donc…

Autres choses "taboues": il y a eu et il y a encore une forte proportion de ruraux dans les rangs des cadres de l'armée. Parce que le second employeur de ces gens est simplement la Confédération par le biais de l'armée. Sans l'armée, la plupart de nos agriculteurs auraient déjà depuis bien longtemps mis la clé sous la porte… Logique donc, que l'UDC rurale est fortement engagée à soutenir ce système. On ne change pas une affaire qui "roule".

Armée de milice ou pas, la préoccupation des haut-dirigeants est légitime. À part les mêmes qui pour leurs bonnes raisons s'engageront toujours, les autres avec tous les inconvénients que ça leur apporte mettront forcément les pieds au mur lorsque se posera la question: s'engager ou pas?

Quel que soit le résultat du scrutin du 22 septembre, il paraît déjà certain qu'une remise à plat de notre système de défense est engagée.

Écrit par : petard | 17/09/2013

Eh oui, comment lier l'impensable avec les idéologies ?

Écrit par : Corto | 17/09/2013

Maintenant, Jacques-Simon, on peut l'appeler par son petit nom, doit être plutôt de la branche stalinienne du parti libéral, si l'on prend en compte sa passion pour le méprit des autres ou du peuple !

Écrit par : Corto | 17/09/2013

Je ne connais pas ce blog dont vous parlez, mais je vis régulièrement la même chose sur d'autres blogs TdG, tout en restant très respectueuse de la charte et même ceux de certains de nos élus qui ne supportent aucune controverse et ne laissent passer que la pommade. C'est très révélateur de leurs véritables intentions quant à leur ouverture à défendre la population. Or un blog est justement destiné au débat, à l'expression de la part des commentateurs, à l'apport d'autres idées et non à une culture de l'ego de son auteur.

Pour ce qui est de l'armée, depuis que je suis née, je comprends assez mal ou même très mal, cette autorisation légale à tuer, mais sur un plan international, pas seulement local. Mais bien d'autres choses tuent, de façon tout aussi légale, qui n'ont rien à envier aux armes. Un paradoxe général sur le plan humain qui demanderait un soupçon de réflexion et de sens des responsabilités.

On en est bien loin.

Écrit par : Jmemêledetout | 17/09/2013

Les commentaires sont fermés.