05/02/2014

Les blogs : terrain d'affrontement ou de défoulement ?

La politique rendrait-elle les blogueurs impolis, voire hargneux quand ce n'est pas imbuvables ? On est en droit de se poser la question depuis que le vote sur l'initiative sur "l'immigration massive" échauffe les esprits et les plumes.

Pour s'en convaincre, il suffit d'aller lire les échanges entre MM. Jenni et Souaille, aidés par des tiers "intellos" ou non. Franchement pas joli, joli. Le différend tient à ce que le même Souaille a refusé de publier une réponse du sieur Jenni pour des raisons qui sont propres au premier nommé, notamment parce qu'il s'agit de son blog et qu'il lui appartient - et à lui seul - de déterminer ce qui est publiable ou non, apparemment sans référence aux textes soumis. En quelque sorte par un droit discrétionnaire que lui confère la propriété de son blog. C'est un point de vue qui visiblement passe mal ! Cette passe d'armes est parfaitement regrettable dans le mesure où l'on s'écarte complètement du sujet initial pour finir par une espèce de pugilat verbal qui n'apporte rien. Il est vrai en outre que l'anonymat désinhibe certains "commentateurs" qui se lâchent et utilisent un vocabulaire qu'ils maîtrisent mal. Personnellement je me demande pourquoi, la TdG papier exige le nom des auteurs de lettres de lecteurs alors qu'ils n'en est rien pour les blogs. La question est récurrente sans que quiconque y ait encore apporté une réponse, la réponse ! Je pencherais assez volontiers pour la solution "Duval" qui demande aux auteurs à pseudo de s'identifier clairement à lui tout en leur assurant l'anonymat du commentaire. C'est une piste intéressante.

Pour illustrer - si je puis dire - la dérive verbale de certains, je mentionnerai le commentaire lu récemment à propos de M. Poutine dans lequel Mme Schick d'Amnesty International est traitée de "pétasse" et de "pute". Je veux bien que la liberté d'opinion  soit un droit fondamental, celui de penser avant d'écrire est un devoir. Il est dès lors curieux que sur la totalité des blogs, on demande que les gens soient courtois, concis et pertinents, toutes qualités trop souvent absentes des commentaires.

Ultime possibilité : se retirer des blogs. Mais est-ce vraiment la solution à adopter et laisser ainsi le champ libre à tous les excités du clavier ?

 

Commentaires

MMMmmm! Quelle belle prose bien polie, courtoise et tout et tout. Et dans le billet d'en dessous, on lit ça :
" Mais avec toutes ces initiatives scélérates qui veulent par tous les moyens limiter l'accès à notre pays à ceux venus d'ailleurs, en construisant de hauts murs et en installant de tous petits robinets afin de ne pas polluer le sang heévétique"
MMmmm ! Quelle bonne foi ! Quelle courtoisie envers ses adversaires politiques !
Le pire de tout, mais cela n'atteint que vous, c'est que vous n'êtes même pas conscient de votre immense hypocrisie...

Écrit par : Géo | 05/02/2014

Bonjour

"Le contenu des blogs n'engage pas la rédaction de la Tribune de Genève"

Ceci est écrit en page d'acceuil des blogs. La plateforme des blogs est gérée par l'entité "Blogspirit", basée à Paris, 3, rue Danton, 92240, France.
Tél: +33147460058

Les commentaires ne sont pas filtrés, hormis une poignée de mots-clés interdits par un ordinateur central. J'ignore lesquels. Il m'est impossible de vérifier l'exactitude de ce paragraphe :-)

En espèrant apporter partie de réponse,

Cordialement

Écrit par : absolom | 05/02/2014

Le retrait de la blogosphère a été mon choix, par lassitude de me faire prendre à partie par une rédaction de la TdG très, très frileuse et des commentateurs, pas toujours anonymes je dois le dire, dont l'irrespect de la position et des idées de l'autre n'avaient d'égal que la vacuité de la pensée...

Ces derniers temps, le vote à venir sur la Nième initiative isolationniste de l'UDC a ajouté au défoulement général. Les uns accusant les autres de ne rien comprendre à rien et la censure (ce terme me paraît un peu fort dans le cadre des blogs) de tout commentaire contraire aux idées de l'auteur... Le premier à le faire est son illustrissime splendeur journalistique, Monsieur Pascal Décaillet. Celui-ci se plaint de l'uniformité des propos liés à l'initiative susmentionnée, sans réaliser un seul instant qu'il fait exactement de même, en assommant ses lecteurs de son avis diamétralement opposé...

Tout cela pour dire que ça ne vole pas très haut et que, somme toute, le retrait des blogs est à l'avenant de celui pratiqué en amour, il évite une prolifération vaine et inutile...

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 05/02/2014

Disons que l'on est dans un période un peu... électrique :-)

Je ne trouve pas que le commentaire de M. Jenni sur le blog de M. Souaille ait justifié une censure. Vous l'avez lu ? Il se trouve ici :

http://gossips.blog.tdg.ch/archive/2014/02/03/les-inquietudes-de-philippe-souaille-252602.html

Ce commentaire n'avait rien de discourtois, il se contentait de répondre par point, avec un autre avis.

Pour le reste, je suis d'accord et j'en ai dit de même sur le blog de M. Jenni. La modération est utile et nécessaire parfois pour les dérives difficilement supportables mais la censure d'opinion, elle, n'est pas acceptable sur un blog, si les commentaires sont ouverts. Si l'on ne peut accepter la contradiction ou le débat, autant les fermer complètement.

Ca ira mieux dimanche ;) La tension va retomber. Il est vrai que cette votation a donné du grain à moudre aux deux parties, pour développer des quantités d'arguments dont les initiants ainsi que les opposants ne ne sont pas servis, à tort. Avec du recul, je dirais que ce sont les votants qui ont organisé la bataille et réfléchi plus en profondeur. Ce n'est pas un mal, pour une fois, ils n'ont pas gobé tout cru ce qu'on voulait leur faire avaler, ont fait des recherches pour comprendre, mesurer, et y joindre leur vécu. C'est un peu le monde à l'envers, mais c'est plutôt positif, cela signifie aussi que le peuple reprend son destin en mains, quel que soit le résultat final.

Pour ce qui est de l'anonymat, j'ai répondu aussi et expliqué pourquoi la méthode de M. Duval ne servait strictement à rien, même si je m'y suis volontiers prêtée.

Écrit par : Jmemêledetout | 05/02/2014

Monsieur Sommer on peut répondre oui sans aucun doute à la question du premier paragraphe.Et beaucoup de citoyens non internautes vous diront,ces votations nous pompe carrément les neurones sans compter leurs répercussions entre diverses nationalités qui elles aussi sont sous pression .Au sein de nombreux immeubles les gens ne se parlent plus préférant ne pas entrer en conflit et le mot lavage de cerveau est de plus en plus exprimé
toute belle soirée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 05/02/2014

Dites, Géo, vous arrive-t-il d'imaginer que les xénophobes ne sont pas mes adversaires politiques, car les xénophobes ne font pas de politique. Ils réagissent simplement à tout ce qui les obligerait à voir la Suisse comme une terre d'accueil. Comme je ne vous connais pas et que vous vous cachez derrière un pseudo, difficile de dire si vous appartenez à la catégorie ci-dessus. Si oui, rien de grave, ça se soigne.

Écrit par : Michel Sommer | 05/02/2014

Jung serait-il un xénophobe, d'après vous ? Pensez-vous que vous auriez pu le soigner ?

C.G Jung, 1945, Aspects du drame contemporain
(Article paru dans la « Neue Schweizer Rundschau »)

« Les événements qui se sont déroulés en Allemagne et la dévastation morale de toute une génération d’un peuple qui compte 80 millions d’habitants constituent pour tout Européen un rude coup. On pouvait jadis reléguer de telles horreurs dans la lointaine Asie… Qu’un membre de la famille culturelle européenne ait pu en arriver aux camps de concentration, jette sur tous les autres une lumière troublante. Car enfin, qui sommes –nous pour nous imaginer qu’une chose pareille soit absolument impossible chez nous ? Multiplions pour un instant la population suisse par vingt, et nous voilà 80 millions d’âmes. Du même coup, l’intelligence de notre opinion publique et notre morale civique s’en trouveraient divisées d’autant, en raison de l’influence catastrophique qu’a, au point de vue spirituel et moral, toute accumulation grégaire, toute agglutination en masses.

Cela est la base même des crimes collectifs, et il ne faut rien moins qu'un miracle qu'il ne s'en produise point. Croyons-nous sérieusement que nous en aurions été préservés, nous qui avons parmi nous bon nombre de traîtres et de psychopathes politiques ?
Avec horreur nous avons pris conscience de tout ce dont l'homme est capable et de ce dont nous aurions été capables aussi. Depuis lors, un affreux doute en l'humanité nous tenaille, en cette humanité dont nous sommes faits et dont nous sommes une parcelle. Certes pareille dégénérescence suppose la réalisation de certaines conditions préalables, dont la principale est l'accumulation de masses citadines, industrialisées, c'est-à-dire occupées à des travaux spécialisés et monotones, masses humaines déracinées qui ont perdu les instincts les plus sains, jusqu'à l'instinct de conservation.

Écrit par : Géo | 07/02/2014

A Géo

"Jung serait-il un xénophobe, d'après vous ? Pensez-vous que vous auriez pu le soigner ?"

Que vous soyez favorable à l'initiative sur l'immigration massive dont le résultat sera connu demain ne me gêne pas particulièrement. Que vous cherchiez des arguments pour faire passer un texte que je trouve personnellement contreproductif, pourquoi pas. C'est le but !

Mais en citant C.G. Jung, éminent psychiatre suisse (1875 - 1961), un des pères fondateurs de la psychologie des profondeurs, je crains que vous ne "tapiez" à côté. Jung parle de nazisme et de ses horreurs ; non pas d'immigration de masse...

Pourquoi vous cramponnez-vous à l'aspect quantitatif ? Jamais Jung ne fait allusion à l'afflux d'étrangers. Qu'on le veuille ou non, la population d'un pays augmente et que cette augmentation est nécessaire pour de nombreuses raisons. Si la population ne se renouvelle pas, elle vieillit avec toutes les conséquences qui en découlent.

Croyez-vous réellement que la Suisse restera à ses 8 millions d'habitants parce qu'on aura rétabli des quotas d'étrangers admis dans le pays. Redoutable illusion qui pourrait bien, à terme, se retourner contre les opposants à l'immigration de masse.

Quant à savoir si Jung était xénophobe, je n'en sais rien ! Si oui, le soigner ? Je ne suis pas thérapeute ! Mais je reste convaincu que la xénophobie et le racisme, ça se soigne.

Écrit par : Michel Sommer | 08/02/2014

Vous jouez perpétuellement de la notion de xénophobie pour déprécier vos adversaires. Concentrez-vous sur ça :
"Depuis lors, un affreux doute en l'humanité nous tenaille, en cette humanité dont nous sommes faits et dont nous sommes une parcelle. Certes pareille dégénérescence suppose la réalisation de certaines conditions préalables, dont la principale est l'accumulation de masses citadines, industrialisées, c'est-à-dire occupées à des travaux spécialisés et monotones, masses humaines déracinées qui ont perdu les instincts les plus sains, jusqu'à l'instinct de conservation."

Cela dit, selon ce que j'ai compris du géographe socialiste Dessemontet, il y a en Suisse 50% de Suisses, 25% de naturalisés et vous avez vu ce qu'il faut en penser dans le blog du pilote d'origine indienne dont je ne connais pas le nom : ils ne se sentent pas du tout suisses et en sont fiers... et 25% d'étrangers.
Donc 50 % d'étrangers. vous vous souvenez du temps lointain où les Français se moquaient de notre propreté ? Vous ne croyez pas qu'il y aune corrélation ?

Écrit par : Géo | 08/02/2014

Jung n'était pas à l'abri des préjugés ethnocentristes, voire carrément racistes et plus généralement de dire des bêtises.
Son présupposé en est l'exemple parfait. Il disait avoir pensé, comme beaucoup de monde en son temps, que l'Europe était l'abri de la barbarie. La belle affaire et en vertu de quoi ? Juste aprés les massacres de la colonisation et ceux de la Grande guerre ?
Les soldats britanniques (et pas leurs troupes indigènes, qui s'étaient précisément révoltées) massacrèrent près de 10 millions de personnes en Inde, 17 ans avant la naissance de Jung, pour punir la rebéllion qui avait tué 2000 britanniques... Ce n'est plus la loi du talion, c'est un rapport de 1 à 5000 et c'est cet à priori de supériorité ethnique fortement enraciné qui caractérise le XXème siècle européen. Jung et Géo inclus, qui refuse même de l'admettre.
Malheureusement, je ne suis pas certain que cela puisse se soigner, un préjugé pareil à son âge.

Écrit par : Histo | 08/02/2014

A Géo

Quand je parle de xénophobie et de racisme, je pense aux gens qui disent que les naturalisés ne sont pas des Suisses, mais des Suisses de papiers comme j'ai pu le lire sur les blogs. Ce n'est rien moins qu'une insulte qui ne fait pas honneur à ceux qui la profèrent et qui ternit l'image de notre pays que vous le vouliez ou non.

Vous m'expliquerez à l'occasion pourquoi les naturalisés ne se sentent pas Suisses. A force de leur dire qu'ils sont en quelque sorte suspectés d'être à la solde de leur pays d'origine me donne envie de vomir.

Mais cette mentalité de suspicion se payera un jour ou l'autre. Le prix à payer sera celui que nous aurons, par bêtise ou par calcul, voulu faire payer aux autres. Intêrêts non compris.

Écrit par : Michel Sommer | 08/02/2014

Histo @ "cet à priori de supériorité ethnique fortement enraciné qui caractérise le XXème siècle européen. Jung et Géo inclus, qui refuse même de l'admettre."

Qui refuse de l'admettre ? Quand ça, où ça ? Jusqu'à démonstration du contraire, je suis fortement persuadé de la supériorité de la civilisation européenne, sans le moindre doute. Les autres essayent de la copier péniblement...

Quant à Jung, une fois de plus, vous le jugez à l'aune des valeurs actuelles. Souvenez-vous de ce que disait Mitterrand à propos du génocide rwandais : "un génocide chez ces gens, cela n'a aucune importance..." ou qqch d'approchant. C'est beaucoup plus récent et c'est un socialiste...

Michel Sommer@ Relisez le blog de Aschwani Singh. Après 49 ans en Suisse et naturalisé, il ne se sent pas vraiment suisse. Et j'en connais beaucoup d'autres, qui se sont naturalisés. Toujours pour des questions d'intérêt, absolument rien d'autre. Ce qui pourrait arriver à la Suisse les laisse complétement indifférent.

Écrit par : Géo | 08/02/2014

Michel Sommer, hélas! Jung était antisémite (qu'on le veuille ou non, voir sa biographie, ses lettres,etc.) Mais issu d'une famille protestante, père pasteur, son antisémitisme, juifs non "convertis"! était en tel milieu courant, allant de soi (avec, évidemment, touchantes exceptions, tel le vénérable pasteur Bonhoeffer). Catholiques: office du Vendredi de la Passion: "Prions aussi pour ces juifs perfides...(!) Aujourd'hui, le point de vue des ouailles, des "brebis" de Dieudonné?!

Écrit par : Dekoriacis | 08/02/2014

Histo @ "Les soldats britanniques (et pas leurs troupes indigènes, qui s'étaient précisément révoltées) massacrèrent près de 10 millions de personnes en Inde, 17 ans avant la naissance de Jung, pour punir la rebéllion qui avait tué 2000 britanniques..."
Pourriez-vous nous donner des références de ce massacre ? Je n'en ai trouvé aucune trace...

Écrit par : Géo | 08/02/2014

Dekoriacis@ citez-nous un texte de Jung démontrant son anti-sémitisme...

Écrit par : Géo | 08/02/2014

"Vous m'expliquerez à l'occasion pourquoi les naturalisés ne se sentent pas Suisses. A force de leur dire qu'ils sont en quelque sorte suspectés d'être à la solde de leur pays d'origine me donne envie de vomir."

Alors vomissez, parce que vous ne pouvez pas changer la réalité. Mais ne disons pas "à la solde de", car ce n'est souvent que de l'opportunisme. Vous croyez qu'un Hani Ramadan se sente suisse et je ne parle même pas des valeurs (cf. lapidation, polygamie, etc.)? C'est très utile d'être suisse. Imaginons une guerre civile en Suisse, vous croyez qu'ils ne vont pas immédiatement retourner dans leur premier pays (s'il est en paix)? Perso je n'ai rien contre les naturalisés, seulement que la double nationalité institue une inégalité des droits. Voyez les double nationaux français-suisses, qui ont le droit de s'installer indifféremment des deux côtés de la frontière quel que soient les accords entre les deux pays.

Déclaration universelle des droits de l'homme:
"Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits."

Voeu pieu comme beaucoup des articles qui suivent.

En attendant, achetez "-Moins!"

http://www.achetezmoins.ch/

Écrit par : Johann | 08/02/2014

Les commentaires sont fermés.