27/07/2014

Etourderie ou incompétence ?

Depuis que les correcteurs ont quasiment disparu des rédactions, les journaux nous offrent à journée faite des exemples de ce que l'urgence alliée à l'étourderie ou l'incompétence (?) de certains journalistes fait écrire !

La meilleure du week-end se trouve dans la Tribune de Genève. A la page 24, rubrique "A rebrousse-poil" je tombe sur une interview d'Alain Morisod - idolâtre de Melchior (sic) - qui répond ceci à la question : "Comment êtes-vous tombé dans la marmite ?" "J'avais 3 ou 4 ans. Durant le période de Noël je jouais avec les centons lorsque j'ai cassé la tronche de Melchior.(...)"

Un peu intrigué par cette orthographe un tantinet inhabituelle, je vérifie quand même dans le Petit Robert dans lequel je trouve néanmoins le terme de centon:"Pièce littéraire ou musicale, faite de morceaux empruntés." Wikipédia en donne la définition suivante :"Un centon est une œuvre littéraire constituée d'éléments repris à une ou plusieurs autres, et réarrangés de manière à former un texte différent. Le terme est d'origine latine (cento) et désigne à l'origine une pièce d'étoffe faite de morceaux rapiécés. Le Petit Larousse, lui, ignore carrément le mot.

Mais que collectionne-t-il donc Alain Morisod  ? Apparemment ce sont bien des figurines du Roi Mage Melchior qui n'ont rien à voir avec les centons du journaliste. Alain Morisod est bien collectionneur - un peu par hasard - des santons, figurines si chères à la Provence. Comment se fait-il qu'on puisse confondre deux termes, certes homophones, dont les définitions sont à des années-lumière l'une de l'autre.

Etourderie ou incompétence ? Sans rancune !