23/08/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui p comme paradoxe

Oui, paradoxe ! Pourquoi ? Parce que je peine à comprendre pourquoi les Suisses sont, apparemment, contre la mise en place d'une caisse dite unique, dans le domaine de la santé. C'est en tous les cas ce qui ressort du premier sondage que nous délivré l'institut Gfk sur demande de la SSR. Plus de la moitié des Suisses seraient contre le changement du système d'assurance-maladie, bien qu'il soit régulièrement l'objet de critiques virulentes laissant à penser que les caisses-maladie sont les petits moutons noirs qu'il convient de mettre au pas. En omettant de préciser que si les cotisations augmentent régulièrement, le "mérite" en revient pour la plus grosse partie aux coûts de la santé qui n'en finissent pas d'augmenter. J'admets bien volontiers que la transparence ne soit pas la qualité principale des caisses-maladie de ce pays qui se (com)plaisent dans un flou qui n'est cependant pas très artistique. Que les salaires de certains dirigeants de caisses soient un peu surévalués est probablement vrai. Cela représente néanmoins une goutte d'eau dans les total des coûts.

A y regarder de plus près on se rend compte que les Romands sont eux plutôt favorables à cette "caisse unique", probablement parce qu'ils ont été beaucoup plus concernés par les augmentations de cotisations que les Alémaniques. Aussi bien va-t-on assister à nouveau à une fracture entre Romands et Alémaniques, les seconds nommés imposant - une fois encore ! - leur vue à la Suisse francophone, voire latine ? On peut raisonnablement avoir quelques craintes à ce sujet.

C'est aussi le moment qu'à choisi le Conseil Fédéral pour aller dans le sens d'un contrôle plus rigoureux des caisses-maladie, ce qui pourrait avoir pour effet de renforcer le camp du "non" à la caisse unique. Si le contrôle devient effectivement plus efficace, on est en droit de penser que ce sont davantage les autorités qui n'ont guère surveillé ce qu'il devait alors que les caisses n'ont fait qu'appliquer la loi...Finalement ne se serait-on pas trompé de cible en prenant les caisses comme boucs-émissaires.

Pour terminer, caisse unique ou pas caisse unique, il est fort à parier que les cotisations vont continuer à augmenter davantage que le coût de la vie parce que les coûts de la santé vont continuer de grimper dans des proportions qui n'ont rien à voir avec l'indice des prix.

Quel que soit le résultat du vote, il faudra bien se décider sinon se résoudre, dans ce pays, à introduire une véritable assurance sociale du même type que l'AVS par exemple, qui à ma connaissance, ne provoque aucun tollé : chacun contribue selon ses revenus. On ne peut certes pas transposer le système tel quel, mais c'est probablement la seule piste qui devrait permettre, à terme, de mettre fin aux inégalités criantes dans le domaine de l'assurance-maladie. C'est  bien le moins que l'on puisse faire dans un pays qui se targue d'avoir le meilleur système de santé du monde. En ce qui concerne la capacité contributive de chacun des assurés, on est vraiment loin du compte...

Les commentaires sont fermés.