13/10/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui S comme schmolitz

Qui, parmi les jeunes, sait encore ce que signifie "faire schmolitz" ? Ce terme au parfum germanique n'est semble-t-il pas connu de nos concitoyens alémaniques qui lui préfère apparemment "Duzis machen" (d'après le Duden).

Il y a bien longtemps que je n'ai pas fait schmolitz, à mon grand regret d'une certaine manière.  Ce rituel qui consistait à croiser les bras, un verre à la main, avec son vis-à-vis et décider de passer d'un vouvoiement poli à un tutoiement festif après avoir bu une gorgée, en général de vin, me ravissait.

Il ne faut certes pas sombrer dans la nostalgie. La jeunesse actuelle passe au tutoiement avec une facilité déconcertante et sans le moindre complexe...et sans le moindre rituel. Cela facilite les contacts et cela permet de faire tomber certaines barrières sociales : vous avez, le patron qui tutoyait son employé alors que celui-là répondait par un "Monsieur"...

Il ne convient pas de regretter la disparition du Schmolitz dans les échanges verbaux de la jeune génération. Je souhaiterais en revanche que les expressions et les rituels un peu désuets n'aillent pas se perdre dans l'impasse des souvenirs brumeux.

Il y a des personnes qui se rattachent à leurs ancêtres par la nationalité. Personnellement j'aime bien que la langue y participe aussi. Il faut que j'en parle à mes petits enfants... 

Les commentaires sont fermés.