20/10/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui t comme tribune

Si j'en dis du bien, je sens qu'on va m'astiquer parce que je serais un séide d'un média nul, au service pour ne pas dire aux ordres de la politique, elle même corrompue, ce qui pour beaucoup constitue un pléonasme.

Si j'en dis du mal, je sens qu'on va m'astiquer parce que je serais le contempteur de la liberté d'expression en phase avec Beaumarchais : "Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur."

Ainsi donc et quelle que soit votre opinion à propos de la Tribune (de Genève, dois-je le préciser ?), vous risquez à tout instant d'être dans le mauvais camp. Peu importe d'ailleurs. Ce qui est important, c'est que la Tribune (de Genève, toujours) offre la possibilité d'ouvrir et d'alimenter un blog afin d'exprimer des idées personnelles ou de s'opposer à celles des autres dans des styles souvent colorés, des orthographes parfois improbables, par des attaques frontales parfois offensantes et rarement innocentes ou encore par des phrases propres à vous donner le torticolis.

Alors si tout cela ce n'est pas la liberté d'expression, il faudra que l'on m'explique ce qu'elle est réellement.

Et si cette liberté est accordée aux blogueurs, je ne conçoit guère qu'elle ne puisse l'être aux journalistes. De là à en déduire qu'ils s'en servent mal, il y a un pas que je ne franchirai pas. Les mauvais journalistes existent probablement comme existent de mauvais médecins ou encore de mauvais relieurs. Mais les condamner tous au nom de quelques-uns relève d'une grave erreur de jugement. Ou plutôt de la mauvaise foi. C'est souvent ce qui manque le moins chez les détracteurs de la presse, qu'elle soit parlée ou écrite.

Ah, j'oubliais : il existe aussi de mauvais blogs. Doit-on condamner tous les autres pour autant ?

 

18:47 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

D'accord avec vous: cette liberté est grande ici. Nous ne nous en rendons peut-être pas compte parce que nous sommes dedans, et les humains regardent souvent le millimètre qui manque plutôt que le kilomètre dont ils disposent. En France les grands portails pratiquent assez souvent une autocensure, sous une forme ou une autre.

Écrit par : hommelibre | 22/10/2014

Les commentaires sont fermés.