24/01/2015

Pourquoi pas tous comme lui ?

L'autre soir, j'a regardé, d'abord distraitement puis peu après d'un œil rivé sur la petite lucarne le documentaire d'Yves Yersin consacré à la petite école de Derrière-Pertuis, dans le canton de Neuchâtel.

Quand j'a vu les gosses (et certains adultes)  - à la fin - pleurer parce que leur école allait disparaître bien que l'instit - Gilbert Hirschi - ait eu un immense talent pour transmettre non pas seulement des connaissances mais également une soif d'apprendre inextinguible. je me suis dit que tous les enfants mériteraient un tel instituteur. Du grand art au service de la jeunesse pour qu'elle devienne vraiment adulte.

Bref, un instit comme on n'en trouve (presque) plus, non pas parce qu'ils sont mauvais mais parce qu'on leur demande davantage d'appliquer un programme...ou une réforme, puis une autre réforme parce que des experts l'ont voulu ainsi !

Quand on voit le gâchis provoqué à Genève avec la formation des futurs profs, on se prend soudainement à rêver pour que toutes les écoles s'appellent Derrière-Pertuis et que tous les instituteurs s'appellent Hirschi.

Adieu Monsieur le Professeur. Heureuse retraite quand même...

 

Les commentaires sont fermés.