21/03/2015

Petit abécédaire. Aujourd'hui x comme xénophobe

Le "x comme xénophobe" me vient presque immédiatement à l'esprit quand je vois les affiches du MCG qui éructent avec une rare violence - sans d'ailleurs que les autres partis ne s'en émeuvent vraiment ; les élections sont si proches ! - "Onex . commune zéro frontalier." Même M. Mauro Poggia, dont je me demande encore ce qu'il est allé faire dans la galère MCG - a, paraît-il, déclaré et admis que le slogan était provocateur. Le dire et le confesser est un premier pas qui ne suffit pourtant pas à s'affranchir de la xénophobie latente qu'exhale le MCG. 

Il est vrai que la classe politique "habituelle", par une posture et un attentisme coupables, facilite grandement la tâche de ce mouvement citoyen qui n'en demandait pas tant !. Il faut dire qu'en période électorale, il importe de ne pas fâcher l'électeur ; il convient de tout tenter pour se faire (ré)élire ; un programme ? Pour quoi faire ! L'important est de s'asseoir dans un siège.

Et aussi longtemps que le MCG aura une politique (?) qui consiste à stigmatiser des groupes de personnes, il conviendra de le dénoncer avec vigueur. Non pas en argumentant de manière rationnelle, car le public réagit souvent davantage à l'émotionnel qu'au rationnel, mais en raillant ce parti qui, tôt ou tard, disparaîtra de notre paysage politique. Il faut simplement, si j'ose dire, rester vigilant...

Commentaires

Permettez moi de vous dire que vous avez tort.
Regardez les membres du MCG, mais aussi leurs épouses.
Combien parmi eux sont d'origine étrangère (Carlos Medeiros) et quelles sont les origines de leurs épouses ?
Si vous faites cette petite enquête, vous allez constater qu'ils n'ont rien de xénophobe, bien au contraire.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 22/03/2015

Ce thème est inépuisable et on n'en fera probablement jamais le tour.

La remarque de Victor-Liviu Dumitrescu est très intéressante, car elle permet peut-être de affiner un peu l'analyse de la pensée qui sous-tend le slogan anti-frontaliers.

Il est bien possible que l'on se trompe de mot, en qualifiant le MCG de "xénophobe", car ce mouvement est probablement avant tout focalisée sur le critères de " résidence à l'intérieur " / "résidence à l'extérieur" des frontières genevoises et nationales.
Ainsi, selon cette logique, un immigré arrivé à Genève à une époque, où on trouvait encore à se loger et ayant su garder ce logement avec un loyer raisonnable, est plus légitime au moment de poser sa candidature à un poste de travail qu'un Genevois d'origine, qui aurait perdu son logement en partant quelque temps p.ex. en Suisse alémanique, ou qu'un autre Genevois malchanceux dans sa recherche d'un logement abordable.
Car ne l'oublions pas : un Frontalier peut être un Genevois.

Le slogan "Zéro Frontaliers" a des traits communs avec l'affirmation "la barque est pleine". Nous, qui avons réussi à nous placer dans la barque à temps, nous avons plus de mérite que les retardataires.

La barque de l'emploi genevois est- elle réellement pleine ?
J'ai entendu des chiffres intéressants à la radio romande vendredi matin et j'espère les livrer ( de mémoire) sans me tromper.
Il 'agit d'ordres de grandeur :
15.000 chômeurs dans le canton et 60.000 employés frontaliers. Si on arrivait à remplacer 15.000 postes occupés par des frontaliers par des résidents genevois actuellement au chômage, il faudrait encore faire appel à 45 000 personnes venant de l'extérieur.

Sans tomber dans un discours xénophobe moi-même, je tiens malgré tout à dire que j'ai été très choquée par les gesticulations de M. Medeiros,au moment du dernier esclandre de M. Stauffer.
J'ai trouvé que son attitude donnait l'impression d'une mauvaise intégration aux moeurs, us et coutumes locales. J'aurais pu faire l'effort de supporter ce spectacle affligeant, si ce gesticulateur ne tenait pas un discours anti- frontaliers par ailleurs.
En effet, si n on tient tant à faire partie des happy few "de l'intérieur", on devrait avoir la décence de se comporter à Genève comme un Genevois à peu près respectueux des institutions et pas comme une brute menaçante et hurlante. Je crains davantage la présence de personnes dans son genre dans le parlement cantonal ( d'autant plus s'il y a connivence avec certains policiers), que des frontaliers faisant bien leur travail.

Écrit par : Calendula | 22/03/2015

A Vernier l'UDC est devenu un parti d'extrême gauche, féministe et écologiste.
J'attends de voir qui oserait encore dénoncer ce parti comme étant d'extrême droite, raciste et xénophobe.

Donnez vous la peine d'explorer les listes de candidats, leurs familles, leurs CV et vous constaterez la supercherie.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 23/03/2015

A Victor-Liviu

Je vous laisse la responsabilité de votre affirmation.
De toute façon, un extrême, qu'il soit de gauche ou de droite est dangereux, donc condamnable !

P.S.: le "Onex : commune zéro frontalier" ne me paraît pas relever d'une xénophilie...extrême.

Écrit par : Michel Sommer | 23/03/2015

Meideros est la pire chose qui existe au Municipal. J'attends des Genevois un biffage systématique, et pourtant dieu sait si sur certains sujets je peux soutenir le MCG.

Écrit par : JDJ | 23/03/2015

J'oubliais, l'affirmation de VLD sur l'UDC à Vernier a du juste.

Écrit par : JDJ | 23/03/2015

Monsieur Sommer, permettez moi de vous le dire clairement, j'en ai fait de la politique dans les rangs de l'UDC, dans ma commune de Vernier, je sais donc parfaitement de quoi je parle.

Comme habitant de Vernier, je viens de recevoir les tracts électoraux, c'est pourquoi je l'affirme HAUT et FORT, l'UDC n'est plus un parti d'extrême droite.

Le MCG encore moins.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 23/03/2015

(...)l'UDC n'est plus un parti d'extrême droite.(...)

J'ai bien compris, Victor-Liviu, puisque vous indiquez dans votre précédent message que l'UDC est devenue un parti d'extrême gauche. D'où ma remarque sur les extrêmes.

Écrit par : Michel Sommer | 23/03/2015

Les commentaires sont fermés.