23/11/2015

Doublement dosé ?

La publicité à la télévision a ceci d'intéressant qu'elle permet d'analyser le vocabulaire utilisé et le message transmis. Le message, on s'en doute, consiste à nous faire consommer, autant que nos finances et notre intelligence nous le permettent, souvent au-delà...Le vocabulaire, lui, use de tous les subterfuges pour vous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Un exemple ? N'ayons pas peur des marques. Voltaren Dolo. La pub nous précise droit dans le petit écran qu'il est doublement dosé ? Ca c'est une information intelligente d'autant qu'on ne sait évidemment pas ce qu'est un Voltaren Dolo simplement dosé.

La force du publicitaire est de faire croire aux consommateurs qu'en étant "doublement dosé" le produit est doublement efficace !

Connaissant l'industrie pharmaceutique, il est à craindre que le prix de vente du produit en question soit, lui aussi, doublement dosé...

09/11/2015

9 novembre 1932 : plus jamais ça...

J'ai eu la naïveté de croire qu'en ce jour anniversaire, la presse se ferait l'écho, même modestement, des événements qui ont secoué Genève en 1932. On dirait que l'armée qui tire sur les civils et tue 13 civils n'est qu'un épisode dont l'intérêt est limité. Même, semble-t-il, le GSSA ne réagit pas à la fusillade ! C'est dire si la tragique boucherie du 9.11.1932 n'intéresse plus grand monde. Enseigne-t-on dans les écoles genevoises ce qui s'est passé ce jour-là ?

En érigeant un mini-mémorial sur la plaine de Plainpalais, on a probablement cru que cela suffisait à s'affranchir de la nécessité de se souvenir justement. 

Plus jamais ça ? Franchement, j'aimerais bien y croire. Je reste néanmoins avec mes doutes et mes interrogations.

04/11/2015

cholestérol et cardiopathies : une arnaque ?

Depuis de très nombreuses années le monde médical se félicite de l'arrivée des statines sur le marché de la santé dont le but premier est de faire baisser le taux de cholestérol dans le sang, cholestérol qui est (ou serait ?) à l'origine des maladies cardiovasculaires. 

La communauté médicale, dans son ensemble, se félicite de cette prouesse pharmaceutique qui a permis - et permet encore - de sauver d'innombrables vies grâce à l'action des statines qui ont - ou auraient - un effet protecteur évident sur les pathologies coronariennes par leur effet notoire et notable sur les taux de cholestérol dans le sang. Tout va bien. Les entreprises pharmaceutiques ont fait leur beurre avec l'excès de graisse consommée, et partant du cholestérol, des citoyens. Sauf que...

Sauf que des voix de plus en plus nombreuses - qualifiées de dissidentes - s'élèvent contre ce qu'elles appellent un scandale de santé publique, pire encore que celui du Médiator dont la justice française vient pourtant d’admettre sa dangerosité. Du côté américain, on est guère plus amènes. L'arnaque aux statines est pire que celle de B. Madoff qui, lui, n'a endommagé "que" le portefeuille de ses clients alors que les statines s'attaquent à la santé des citoyens.

Il est évidemment difficile, pour le citoyen lambda, de se déterminer sur les effets bénéfiques ou nocifs des statines, contraint qu'il est de s'en remettre à l'avis de son médecin.  Que l'on soit pour ou contre, personne ne semble contester des effets secondaires loin d'être anodins. Les voix dissidentes sont souvent des cardiologues qui constatent que la baisse des taux de cholestérol n'a aucun effet notable sur le coeur et les artères. La liste des arguments anti-statines s'allonge très régulièrement alors que les arguments positifs ne seraient que financiers...

Il est à relever que la consommation  de statines a crû dans des proportions énormes depuis leur lancement vers la fin des années 1980 sans que l'on constate - d'après la littérature existante - une diminution proportionnelle des accidents cardio-vasculaires. Logiquement, il devrait y avoir une corrélation.

A l'évidence, il ne fait pas bon se trouver du "mauvais côté" des statines, car la doxa supporte mal les voix discordantes. Un médecin cardiologue - Michel de Lorgeril - a lancé récemment en France une pétition qui a recueilli à ce jour environ 300.000 signatures, ce qui paraît peu en regard des consommateurs français de statines au nombre d'environ 7 millions.

Ce toubib ne serait-il donc qu'un empêcheur de gagner de l'argent en rond. Il est chercheur au CNRS, donc probablement aussi compétent que les "pro" qui affirment - peut-être - l’innocuité de la molécule un peu rapidement.

En fait, la pétition ne demande pas - à ce jour - l'arrêt des statines. Non. Juste la possibilité de mener des études cliniques sérieuses et indépendantes du lobby pharmaceutique. Exercice qui ne doit évidemment pas plaire aux pharma dans la mesure où des résultats négatifs et scientifiquement documentés tueraient probablement la poule aux oeufs d'or.

En parler avec son médecin traitant est probablement le meilleur moyen de savoir dans quel camp il se trouve et s'il est capable d'entendre son patient autrement qu'avec condescendance et mépris pour ceux qui l'aurait aiguillé sur le mauvais chemin...