15/09/2016

Jalousie ou justice sociale ?

Il paraît qu'il faut punir les frontaliers - toutes nationalités confondues - parce qu'ils font leur beurre en déduisant des frais de transport que l'Etat de Genève les autorise à déduire ! Personnellement je m'en bas le beurre, je ne suis plus concerné bien que suisse frontalier depuis plus de 30 ans ! Mais je viens quand même de voter "non" à ce qui s'apparente davantage à du racket étatique quà de la justice sociale. Et en même temps en réclamant la fin de ces pratiques scandaleuses qui visent à favoriser - rendez-vous compte - les frontaliers, ces horribles profiteurs, on brosse le dos du MCG dans le sens du poil.

Ainsi donc, ce qui au départ devait être une affaire purement fiscale se transforme tout naturellement en foire d'empoigne anti frontalière ! Une de plus. Je parierais même que certains Genevois qui ne sont pas concernés par la question vont s'empresser de voter "oui" juste pour emm..der les frontaliers. Alors justice sociale ou jalousie idiote ?

On comprend dès lors mieux pourquoi il est si difficile de construire l'Europe...

 

Dans le même ordre d'idées, je m'interroge sur les motivations du Conseil fédéral demandant le rejet de l'initiative "AVS Plus" arguant principalement le manque de moyens financiers...en passant comme chat sur braise le fait qu'une augmentation minime des primes de 0,4 % suffirait à équilibrer les comptes. Le gouvernement n'est pas si regardant quand il s'agit d'augmenter la TVA en oubliant de préciser que la TVA justement est une taxe et qu'elle grève sans distinction le revenu de tous quels que soient leurs moyens !

La Suisse se porte plutôt bien, quand bien même on nous rebat les oreilles avec le "franc fort", les exportations ne vont pas mal non plus et le chômage, en comparaison européenne, fait pâlir d'envie nos voisins. Tout citoyen qui suit un peu l'évolution économique et politique de la Suisse devrait savoir que la TVA sera pour longtemps encore la vache à lait à traire chaque fois que des fonds seront nécessaires. Technique du saucissonnage oblige !

Alors que voit-on avec l'augmentation des rentes vouées aux gémonies par une grande partie de la classe politique ? Elle a trouvé des alliés de circonstance dans la jeunesse à qui l'on veut faire croire qu'elle va être le dindon de la farce et que ses rentes, arrivée à l'âge de la retraite pourraient être juste "peanuts".

Quant à l'économie, le simple fait de parler d’augmentation des primes AVS, quel qu'en soit le pourcentage d'ailleurs, lui hérisse le poil. Alors ? Justice sociale ou jalousie idiote. Ni l'une ni l'autre en l'occurrence. C'est juste le principe de la solidarité qui en prend un sacré coup !

Et vous avez remarqué ? Quand chaque année les nouvelles primes maladie sont annoncées, l'économie s'en bat l'oeil, ça ne lui coûte rien...

Commentaires

On va finir par croire qu'ils sont nombreux à regretter la Stasi ou la Gestapo car à force de lire interdictions en tous genres et sens ne serait-il pas plus judicieux de ré-ouvrir les maisons de corrections ou de redressement comme à notre époque ?
Certains perdraient moins de temps en menaces complètement stériles
Très belle soirée

Écrit par : lovejoie | 15/09/2016

Qu'est-ce que la jalousie ?
Wiktionnaire :

"Dépit que l’on a de ne pas obtenir ou posséder ce qu’un autre obtient ou possède, comme la richesse, les succès, la gloire, les talents, etc. "

Si jalousie il y a dans ce cas, il s'agit bien sûr de la richesse.
Il faut être très zen et pas dans le besoin, pour ne pas se laisser entraîner dans des calculs qui amènent le dépit.
Nous, qui vivons à Genève et qui luttons pour arriver à tourner avec nos salaires dans notre "îlot de cherté" devons effectivement nous garder de nous laisser envahir par le dépit et essayer de faire le bilan de nos avantages.
Afin d'éviter qu'une partie de la population ait des raisons de se sentir comme les dindons de la farce, les autorités politiques et les milieux économiques doivent donner des assurances de fair-play.
Ce genre de votation est une typique sous-pape dans une situation très mal vécue. S'il n'y avait pas de tension sociale, ce texte n'aurait pas cette teneur-là.

Je regrette que le seuil soit si bas ( 500 fr), car je pense que la loi pénalisera aussi des familles à bas revenu à Genève.

J'habite dans une commune frontalière, qui voit défiler des centaines ( probablement des milliers) de voitures, matin et soir. J'aurais tant aimé que l'on investisse quelques millions pour des parkings de co-voiturage, côté français, pour qu'on respire un peu mieux. Le refus de ce projet est une véritable balle dans le pied.
Le problème écologique est réel.
Comment pousser les automobilistes à renoncer à se rendre quotidiennement, seuls dans leur (grosse) voiture, au centre-ville ?
L'argent peut être un levier, la saturation des routes jusqu'à l'arrêt total de la circulation un autre. Le jour, où l'économie se met à perdre assez d'argent, parce que les gens arrivent systématiquement avec une heure de retard, en étant partis à 6h de chez eux, on sera aux limites du système...
Je suis obligée de faire le trajet de l'autoroute Bardonnex-Divonne pour des raisons familiales. Inutile d'essayer de partir avant 9h du matin, idiot de repartir après 16h pour rentrer.
Je plains ces travailleurs qui s'embarquent dans un système absurde, où tout tourne autour de cette voiture individuelle rutilante, comme si notre identité tenait à cette carapace.

La diminution de la déduction d'impôts n'est pas l'unique solution, mais ça peut être un signal de plus pour dire, que la voiture individuelle n'est pas favorisée.
Je suis dans la logique qui aurait voulue que l'on considère des seuils permettant de déduire l'Abonnement général des CFF ( qui inclut des TPG)ou toute autre preuve d'un effort réduisant le trafic automobile individuel.
Dans sa formule actuelle, la loi ne favorise que les personnes pouvant aller travailler avec l'abonnement annuel des TPG. Cela ne concerne donc pas les seuls frontaliers et je déconseille (pour la paix sociale) de ne voir que ce côté des choses.
Le Genevois qui tourne tout juste avec son salaire et ses charges ne trouvera jamais que le frontalier est à plaindre.

Écrit par : Calendula | 16/09/2016

Les commentaires sont fermés.