28/02/2017

Mais qui alors ?

Bon. Il paraît qui n'est pas souhaitable ni utile de se fier aux sondages puisqu'ils sont toujours dans une fourchette de plus ou moins 20 % et qu'ils nous enfument bien davantage qu'ils nous aident à y voir clair. Donc, rien d'autre à faire que d'éliminer les sondages de notre quotidien.

Cherchons donc d'autres moyens pour tenter de se faire une idée sur qui pourrait sortir des urnes gauloises si tant est qu'il ou elle puisse y entrer tellement les casseroles attachées à leur basques font de bruit. En outre entrer dans une urne avec une casserole relève du numéro de crique que seuls les contorsionnistes sont susceptibles de réaliser. Ou alors l'une est funéraire...

Ah, j'oubliais la presse. Peu importe laquelle. De toute façon ses séides et ses contempteurs auront quasiment toujours l'illusion d'être du bon côté en se prévalant de la mauvaise foi de ceux d'en face. La Presse , c'est Charlie, c'est le Canard, c'était l'Hebdo (dont certains esprits ouverts se sont tant félicités de le voir disparaître). Bref c'est la presse qui fait ou défait les réputations au moment où il le faut ! 

Et en France, c’est justement et très opportunément le moment !  Voyez le Canard Enchaîné. Il lui a fallu au moins dix ans pour - enfin -  rendre compte et publier tout ce qu'il savait sur les petits arrangements de la famille Fillon. Résultat le collaborateur de N. Sarkozy est stoppé net dans ses ambitions élyséennes. Les sondages ne sont pas bons. D'accord mais les sondages, ils sont toujours à côté de la plaque...

Alors on se tourne vers vers un certain Emmanuel Macron, un vilain petit banquier d'après ce que l'on entend ici et là. Ce type qui pourrait se mesurer à Marine Le Pen est suspect et puis son programme, hein, du vent. Il y a quand même environ 25 % d'électeurs qui aiment naviguer avec le vent de face. F. Bayrou - depuis qu'il s'est rallié à M. Macron - est presque devenu un petit mouton noir. comme aurait dt Fernand Reynaud "l’honnêteté" en politique "ça a jamais payé"...

Et hors de France ? La Marine empêtrée dans une affaire d'emplois franco-français financés par des deniers européens. Mais la garde ne se rend ni ne meurt. Elle attaque et refuse d'aller prendre le thé avec les enquêteurs français. Quelle éducation.

J'oubliais aussi J.-L. Mélenchon. Tellement fort qu'il réussit à paraître aux Français à deux endroits à la fois  l'original à Lyon et le clone à Paris (attention à l'orthographe de clone). On pense ce qu'on veut, mais il cause bien cet homme, il a de la suite dans les idées et aussi des idées. Peut-être pas autant que MLP qui en alignent 144 juste pour les cinq ans à venir. A tel point qu'on se demande pourquoi elle ne ferait pas campagne avec le tribun. Oui, au fond, pourquoi ?

Enfin, il y a le tombeur de M. Valls, B. Hamon qui veut donner de sous à tout le monde mais qui cherche encore dans quelle caisse il va les prendre. Evidemment c'est cool d'être payé à ne rien faire, sauf quand on est chômeur. Ca laisse des trous dans votre CV.

Bon, résumons. Nous avons tous les candidats qui sont trop à droite, tous les candidats qui sont trop ou beaucoup trop à gauche ; il y a encore "toute celle" qui sont complètement à l'extrême droite et le petit nouveau, avatar du président-qui-ne-se-représente-pas qui est beaucoup trop au centre (Mais F. Bayrou va l'aider).

Dans ces conditions, comment se pourrait-il que notre grand voisin se trouve un homme (ou une femme) providentiel(le) capable de n'être pas frappé de toutes les tares de ceux et celle cités si-dessus ? Il y a un mot que la France méconnaît : le consensus. Ce terme n'apparaît quasiment jamais dans la presse. Peut-être parce que c'est un mot latin et qu'on ne sait pas bien ce qu'il signifie. Bref, en France, c'est droite contre gauche, gauche contre droite et balle jamais au centre.

Y'a pas à dire. Le mot consensus sonne bien. Surtout chez nous en Suisse où il a été érigé en vertu. Sauf peut-être quand il s'agit de minarets, de réfugiés et qui sait, dans pas longtemps, de retraites et de frontaliers...

 

24/02/2017

Un autre système solaire

Quand la NASA parle découvertes, le monde, en général, écoute. Qui plus est quand elle annonce la découverte d'un autre "système solaire". En soi, l'annonce ne fait que renforcer l'idée - depuis la découverte de la première exoplanète par MM. Mayor et Quéloz en 1995 - que l'univers est probablement truffés de "terres" orbitant autour de leur soleil. Ce qui est inédit avec l'annonce de la NASA, c'est un système complet composés de 7 planètes dont plusieurs sont supposées être dans la "zone habitable"de l'étoile et disposant d'eau liquide !

Il n'en faut pas plus pour alimenter la question que les hommes se posent depuis fort longtemps : se peut-il qu'il y ait de la vie "là-bas". Mais poser la question, ce n'est de loin pas encore y répondre ! Souvent habitués à étudier notre environnement proche ou lointain à l'aune d'un anthropomorphisme récurrent, nous peinons à imaginer des formes de vie qui ne nous ressembleraient pas. Et ces autres formes de vie, seraient-elles "amicales" ou "ennemies" ? Autrement dit pourrait-il y avoir danger pour l'espèce humaine en cas de contact.

Toutes ces questions, légitimes, trouveront peut-être dans un avenir proche ou lointain des réponses, totales ou partielles. Cela étant, reste quand même un problème majeur à résoudre : l'éloignement. Le nouveau système repéré n'est "qu'à" 40 années-lumière, la rue d'à côté à l'échelle de l'univers. Mais ces 40 années-lumière représentent 400 mille milliards de km ! Pour une fusée propulsée à 50.000km/h, il lui faudrait...environ 800.000 ans pour y arriver.

Ainsi donc, en plus ou à cause de l'éloignement, doit-on tenir compte de la simultanéité des civilisations. Ont-elles, si elles existent, commencé au même moment, pour avoir une chance de percevoir un signal. Et même si nous percevons un signal venant de très loin, il est possible, probable, certain (?) que l'émetteur ait disparu depuis fort longtemps !

Les contacts avec les petits hommes verts ne sont vraisemblablement pas pour demain, peut-être même pas après-demain, mais tous les rêveurs et les scientifiques continuent leur quête de vie extra-terrestre.

« Comment savez-vous si la Terre n’est pas l’enfer d’une autre planète ? Aldous HUXLEY  (1894 - 1963)

« Deux possibilités existent : soit nous sommes seuls dans l'univers, soit nous ne le sommes pas. Les deux hypothèses sont tout aussi effrayantes. »  Arthur Charles Clarke (1917-2008)

 

 

13:56 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |