Sondage ou "RIC" révocatoire ?

Imprimer

MIS Trend a publié il y a quelques jours pour le compte de trois médias, la RTS, Le Temps et Radio Lac, les résultats d'un sondage qui visait à savoir si M. Pierre Maudet devait démissionner. 62 % des "sondés" ont répondu oui.

Quelle que soit l'opinion que l'on puisse avoir de M. Maudet, il est légitime de se demander quel peut être l'intérêt d'un tel sondage dont on pourrait croire qu'il vise l'achèvement politique d'un homme déjà à terre.

Cet épisode m'amène à me demander si le sondage ci-dessus ne ressemble pas à ce que les gilets jaunes français souhaitent introduire chez eux : le RIC et notamment le RIC révocatoire qui permettrait d'éjecter un élu dès qu'un nombre déterminé de citoyens en feraient la demande expresse. Le RIC révocatoire s'apparente davantage à un jugement de la rue, sorte de tribunal populaire dont la légitimité est plus que discutable.

Le fait d'assimiler le ou les mensonges de M. Maudet - qui constituent certainement une faute politique - à un délit, qui lui, n'a pas (encore ?) été établi par la justice montre que l'on a dépassé le simple règlement de compte politique à la suite d'erreurs et de mensonges d'un élu. C'est une chasse à courre. La curée approche...

 

Lien permanent 5 commentaires

Commentaires

  • Paradoxalement ce sont ces outrances qui justifient et nourrissent sa lutte pour rester en selle. Il va même finir par paraître sympathique à un nombre grandissant de citoyens qui commencent à réaliser les dessous de ce qui ressemble furieusement à un règlement de comptes.

  • Personne ne pouvait prétendre connaître le résultat du sondage avant. Le sentiment du rejet était plus lié à une série de réactions des citoyens.
    Il s'agissait moins d'abattre un homme politique que de vérifier la théorie de Maudet qui consistait à dire que la presse était contre lui mais les citoyens le soutenaient.

    La situation est clair maintenant.

    Quant au retour de sympathies, clairement non, aucun espoir pour lui. Fillon n'est pas populaire à ce que je sache.

    Seul, le temps long peut éventuellement l'aider, mais il ne dégage pas la sympathie d'un Juppé. Il est antipathique, orgueilleux et sa seule arme était l'image fabriquée d'un homme doué, mais cette image ne lui correspond plus.

  • Ce qui me gêne avant tout, c'est le principe d'un sondage d'opinion censé se substituer à un scrutin démocratiquement organisé (élection ou votation), selon des règles précises et réservé aux seuls ayants droit.

    Qu'est-ce qu'un sondage d'opinion, sinon une opération de marketing ?

    Récemment au sein de l'UE, forts d'un sondage d'opinion, ou plutôt de plusieurs sondages organisés dans certains pays, certains ont cru devoir remettre en question le changement d'heure (été / hiver).

    La démocratie ne doit pas céder à des actions de marketing. Elle peut et doit évoluer avec le développement technologique pour élire et voter, mais sur la base de règles prédéfinies. Un sondage d'opinion est quant à lui ouvert à tout un chacun.

    L'expression démocratique ne doit pas être dévoyée !

  • "Qu'est-ce qu'un sondage d'opinion, sinon une opération de marketing ?"
    Rappelez-moi: c'est bien ce menteur qui s'est fait financer un sondage par des amis pour ne pas dire des clients ou bien je me trompe?

    Quant à une modification de la constitution pour virer un magistrat, elle est en route. Mark Muller avait eu plus le sens des responsabilités. La différence avec un arriviste.

  • @d’Hôtaux Les sondages politiques sont plus anciens que le marketing moderne.

    @ Daniel Vous vous rappelez qui œuvrait pour qu’il démissionne? Un indice: il lui a succédé.

Les commentaires sont fermés.