• Donneur de légion

    Imprimer

    Contrairement à Décaillet, je ne suis pas fondamentalement opposé à M. Macron même si le premier nommé dénie systématiquement au second toute intelligence politique et historique. En deux mots, un ignare fait président. Mais Décaillet n'a évidemment pas le monopole du savoir quand bien même il affirme avoir lu des quantités industrielles de livres. Je le crois volontiers et n'ai aucune raison d'en douter. Le philosophe Alain tempère néanmoins l'optimisme que l'on peut avoir à propos de la lecture lorsqu'il affirme :" Il est difficile de juger de l'intelligence de quelqu'un qui a beaucoup lu, car la mémoire imite à merveille l'intelligence."

    Je ne suis pas fondamentalement opposé à M. Macron, disais-je, mais tout de même, il y a un truc qui m'a vraiment chiffonné ces jours derniers. Comment a-t-il pu attribuer la Légion d'Honneur à l'équipe de France de football qui a gagné, par deux fois il est vrai, la Coupe du monde football. J'ignorais qu'en tapant dans un ballon, même avec talent, et en encaissant quelques substantielles primes, cela valait rosette. Il y a des marins, bénévoles, qui doivent attendre d'être morts pour en être décorés. Et curieusement, aucun commentaire malveillant (A ma connaissance) n'est venu ternir ce que je considère comme un faux pas du Président. Les millions d'euros provenant d'activités sportives sentent nettement moins mauvais que ceux amassés dans les coffres de la banque Rotschild ou d'ailleurs. Ce qui prouve, peut-être, qu'au lieu d'être élu président de la République et de voir la vie en jaune, M. Macron aurait sans doute mieux réussi comme président de la FIFA.

    Cela dit, à la veille de la grève des femmes et si l'équipe française féminine de football gagne la Coupe du Monde le mois prochain, Emmanuel Macron n'aura d'autre choix que de procéder à une nouvelle distribution de rosettes...

    Comment, il faut la gagner deux fois pour y avoir droit ?

     

    Lien permanent Catégories : France, Politique, Sports 1 commentaire