05/03/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui h comme hier

Je suis parfois traversé par un sentiment curieux. De très nombreuses personnes semblent se réfugier dans le passé afin de ne pas voir l'avenir à qui l'on attribue des noms comme chômage, Europe, étrangers, immigration, repli et bien d'autres. Serait-ce là une parade à la peur ? Cette peur qui amplifie tous les dangers. Celui de voir un criminel à tous les coins de rue ; celui de perdre son travail au profit d'un étranger ; celui de voir la Suisse adhérer à l'Europe ; celui de ne pas trouver d'appartement ; celui...

Mais voir l'avenir dans un rétroviseur ne pourra jamais constituer une bonne solution aux problèmes. Il et parfois utile de se référer au passé pour imaginer l'avenir. Et si l'on se réfère au passé, c'est que justement il est passé et qu'il est vain de vouloir y retourner. Se projeter dans l'avenir demande à la fois du courage et de l'humilité : du courage parce que tout n'est pas écrit par avance et de l'humilité au cas où l'on atteindrait pas les objectifs fixés.

Il importe de se dire que hier c'est demain par rapport à avant-hier et qu'aujourd'hui, c'est demain par rapport à hier ! Et demain c'est de l'aujourd'hui en préparation. Ceux qui aiment à parler du passé avec une nostalgie affirmée utilisent volontiers le conditionnel passé : le temps du regret ou du reproche. Un temps inutile en somme puisque aujourd'hui, c'est déjà demain en quelque sorte...

22/11/2013

Frontalier et prostitution

Il suffit dans les colonnes de la TG ou ailleurs d'écrire le mot "frontalier" pour qu'aussitôt les commentaires haineux et xénophobes enflamment les blogs. C'est regrettable, mais c'est ainsi. Il sert d'exutoire à tous ceux dont la seule "analyse" consiste à affirmer que le frontalier est un malfaisant.

Cela dit, j'aimerais bien voir publier, par tranche d'âge et par profession, le nombre de chômeurs inscrits à Genève. C'est sans doute très instructif pour constater s'il y a adéquation entre les postes à repourvoir et les compétences momentanément au chômage. Cela dit, je peux parfaitement admettre qu'il n'y a aucune raison de donner systématiquement la préférence à un frontalier. on parle beaucoup de dumping salarial. La faute à qui ? Il y a probablement beaucoup trop d'employeurs qui profitent du déséquilibre entre les deux pays pour "raboter" sur les salaires. Que font l'Etat et les syndicats pour lutter efficacement contre cette situation et qui permettrait déjà d'y voir un peu plus clair !

Avec un brin de provocation, je suis prêt à affirmer qu'une fois l'économie "reboostée" et la crise passée, le problème "frontalier" disparaîtra comme il était apparu.

Mais pourquoi "frontalier et prostitution" dans le titre ? Parce que je  me demande pourquoi le phénomène frontalier paraît si aigu alors que l'on se fout éperdument du sort de toutes les jeunes femmes venant de l'étranger et à qui l'on fait miroiter un travail en Suisse et à Genève, travail qui consistera à arpenter les rues des Pâquis pour assouvir des fantasmes inavoués.

Dira-t-on bientôt à Genève :"pute ou frontalier", il faut choisir ?

21/07/2012

Ce que le public ne sait pas...

Voici un texte, récemment reçu, qui semble bien troussé pour être porté à la connaissance du plus grand nombre.

Lire la suite

05/07/2010

Plagne au temps des dinosaures

P6270191.JPGLa TG publie ce jour un article relatif au site de Plagne, ce petit village dans le département de l'Ain, qui a le privilège d'avoir sur son territoire, l'un des plus grands sites - sinon le plus grand - de traces de dinosaures.

J'y suis allé il y a une dizaine de jours. Une grande place de parc est en cours d'aménagement ainsi qu'un chemin d'accès au site.  En quelques minutes à peine, vous remontez 150 millions d'années. Mais franchement, sans les explications éclairées d'un paléontologue, votre visite risque fort de vous décevoir. Il faut une bonne dose d'imagination pour savoir que vous avez affaire à des traces de dinosaures.

Je comprends néanmoins que les spécialistes aillent chercher là-bas des bribes d'histoire de la Terre. Le citoyen lambda, lui,  n'y trouvera pas forcément son compte, en tout cas pour l'instant. Mais si à terme le site est aménagé de façon didactique et que d'autres traces plus spectaculaires sont mises au jour, alors le déplacement vaudra-t-il la peine !

Une patte de dinosaure...

Il ne s'agit pas de dire qu'il ne faut pas y aller, non. Juste se préparer mentalement à découvrir quelques traces qui ne coupent pas le souffle. Mais atttendons, les paléontologues n'ont pas dit leur dernier mot !

Et si vraiment la déception est trop grande, vous pourrez toujours vous arrêter à St-Germain-de-Joux sur le retour. Vous y découvrirez les marmites de géants ou quand le Semine se prend - un peu - au sérieux.

Et si vous n'êtes toujours pas satisfaits, rien ne vous empêche de faire halte à Bellegarde et d'aller voir les pertes de la Valserine de plus près. A défaut, la nouvelle gare TGV de la petite ville pourrait vous intéresser...

P6270193.JPG

Les marmites de Géants de Saint-Germain-de-Joux

05/04/2010

Annecy, le flop...

L'éditorail (Ce n'est pas un jeu de mots, c'est juste une faute de frappe...) de la TG du samedi 3.4.2010 s'intitule : "Le CEVA fait un flop". J'aimerais d'abord relever que pour qu'il y ait flop, il faut que le public soit au courant. Or pour admettre que le CEVA fasse un bide (un four, un flop) à Annecy, il faudrait que l'ensemble de la population et des élus locaux le rejettent ou s'en désintéressent. Or tel ne semble pas être le cas. Les gens d'Annecy ne semblent simplement ne pas être au courant. Pour l'instant les Annéciens ne profiteront pas du CEVA et la liaison ferroviaire Annecy-Genève restera une aimable plaisanterie.

J'ajoute que si la population locale n'a pas connaissance du projet, la presse en est probablement responsable : c'est à elle qu'appartient le rôle d'informer. Et que font les médias de Genève et des environs pour expliquer les enjeux (et la nécessité ?) d'une nouvelle entité économico-politique ? Il y a des mentalités à faire évoluer aussi bien d'un côté que de l'autre. C'est bien de vouloir créer une région franco-valdo-genevoise ! Encore faut-il que ses habitants y trouvent quelques avantages : habitat, travail, transports et fiscalité notamment. S'il ne s'agit que de permettre à l'économie d'étendre ses tentacules en saignant celles et ceux qu'elle croit être à son service, ce n'est pas demain que nous verrons la grande région voir le jour.

Enfin les liens de l'histoire et du nationalisme (osons le mot !) pourraient bien avoir raison d'un développement certes souhaitable de la région, mais qui n'offre guère de garantie d'harmonie et de bien-être partagés. A voir des gens comme le MCG freiner des quatre fers chaque fois que l'on prononce le mot "frontalier" et à entendre certains Savoyards (Savoisiens ?) s'accrocher à une illusion d'indépendance grâce à un gouvernement provisoire, on se dit que ceux qui vivent d'espoir finiront peut-être par mourir de désespoir...

 

 

10/03/2010

AFP : relis-toi !

"Les Suisses ont approuvé le 29 novembre dernier à 57,5% une réforme de la Constitution helvétique interdisant l'interdiction de minarets, soulevant un tollé dans le monde, et notamment dans les pays musulmans."

Parfois je me dis que les journalistes sont stressés et n'ont pas beaucoup de temps pour réagir aux événements. Mais dans le cas du communiqué de l'AFP que je viens de lire sur la première page de la TG électronique concernant les minarets et la Suisse à l'ONU, franchement je me délecte.

Merci l'AFP, enfin une agence qui reconnaît que les Suisses n'ont jamais voulu interdire les minarets, bien au contraire...

07/11/2009

Fête de la Science

Du 16 au 22 novembre aura lieu la Fête de la science à l'Esplanade du Lac à Divonne-les-Bains ainsi qu'au Globe de la Science et de l'Innovation du CERN.

Cette manifestation est organisée conjointement par Euroscience-Léman et le CERN. Les partenaires sont l'Esplanade du Lac, l'Université de Genève, Le Club astronomique M51 et l'Université pour tous de Divonne et le Lycée International de Ferney-Voltaire.

Le Domaine de Divonne et la Communauté de Communes du Pays de Gex soutiennent cette manifestation.

Vous trouverez tous les renseignements nécessaires sur les sites

www.euroscience-leman.org

www.cern.ch

Il y aura notamment la possibilité de voir fonctionner un pendule de Foucault, instrument qui permet de montrer la rotation de la Terre. Le dimanche 22 novembre il y aura un petit rallye ouvert à tous.

Et puisqu'il est question d'astronomie, je me permets de rappeler l'existence du Chemin des Planètes de Divonne-les-Bains qui vient d'être revêtu de ses nouveaux panneaux. N'hésitez pas à y emmener vos enfants. C'est très instructif.

Pour quelques renseignements sur l'astronomie : www.m51.asso.cc-pays-de-gex.fr

19/10/2009

Cauchemar...

La nuit dernière, j'ai fait un horrible cauchemar. Certes un cauchemar horrible est sans doute un poil pléonastique, je vous l'accorde. Mais la situation étant ce qu'elle était, je n'ai pu faire autrement que d'accoler cauchemar avec horrible !

J'en viens à l'essentiel. Dans un communiqué laconique, la Commission européenne informe de sa décision d'interdire, dès le 1er janvier prochain, aux citoyens européens non résidents en Suisse, le droit d'y exercer une activité lucrative.

Les xénophobes sont ravis : ils aiment les étrangers quand ils restent chez eux. Certains habitants de communes limitrophes de la France sont ravis : le trafic pendulaire va disparaître. Certain parti politique sera ravi : cela va résorber le chômage, complètement ; enfin on le pense. Et comme on vient d'interdire la construction des minarets, tout va bien, la Suisse maîtrise la situation. Enfin presque.

J'avance dans mon cauchemar ; Vers le 10 janvier, plusieurs décès dans les EMS sont annoncés : manque de soins, personnel très nettement insuffisant. Le 21 janvier, 137 entreprises ont déjà été mises en faillite : pas assez de personnel. Les chômeurs, spécialement à Genève - tous compétents bien sûr - ne « cadrent » pas avec ce que cherchent les entreprises. Même l’administration est touchée : des guichets ont été fermés et les files d’administrés s’allongent. La colère gronde.

On rapporte - c’est la seule lueur dans mon cauchemar - que de nombreuses entreprises étrangères ont décidé de quitter Genève. Des appartements se libèrent en masse.

Les Roms sont partis ; pas de chance, ils ont été remplacés par des Genevois et on ne peut pas « les nettoyer au Kärcher ».

Le Conseil d’Etat vient d’annoncer que vu la situation, la construction du CEVA était inutile. On abandonne…Conséquence : deux gros entrepreneurs vont déposer leur bilan.

Je suis en train de lire dans le journal que…lorsque le coq de mon voisin me tire d’un sommeil dévastateur.

J’allume la radio qui m’informe immédiatement que les sondages sont très serrés et que les minarets sont en danger. De même pour le CEVA. M. Stauffer a été élu au Conseil d’Etat - les mendiants sont inquiets, les frontaliers aussi. C’en est trop. Je retourne me coucher. Après tout, mon cauchemar n’était pas si terrible.

 

06/10/2009

Quand les Gessiens boivent l'eau des Suisses...

Samedi dernier a eu lieu à Founex l'inauguration d'une nouvelle installation de traitement de l'eau potable. Cette réalisation aurait probablement passé inaperçue si elle n'avait été le fait conjoint de la Suisse et de la France. A la suite de divers problèmes techniques, la Commune de Divonne s'était retrouvée avec de vilaines petites bêtes dans ses conduites d'eau potable. Certains habitants avaient dûs être hospitalisés.

A la suite de cet accident, la commune a été sommée de trouver d'autres solutions pour approvisionner la ville en eau potable, certaine souces n'étant plus exploitables.

Ce qui fut dit fut fait. Après une longue concertation et des négociations, la communauté de communes du pays de Gex et le SITSE (Services Industriels de Terre-Sainte et Environs) ont réalisé une installation qui permettra, notamment, de fournir de l'eau potable, pompée dans le lac Léman (à moins qu'il ne soit encore de Genève à cet endroit-là !), aux habitants de Divonne. Les sources divonnaises "sérieuses" continueront quant à elles d'être exploitées.

Quand on voit ce qui se passe à Genève avec les frontaliers - à l'origine de tous les maux de la République selon certains partis - il est heureux de constater qu'une concertation bien comprise permet de trouver des solutions profitables à toute une région.

On pourrait dire, en somme, que cette réalisation est un juste retour des choses. Quand Nyon s'appelait encore Noviodunum, il existait un aqueduc - donc certains tronçons sont connus - qui amenait de l'eau depuis Divonne jusqu'à Nyon,...ou quand les Romains buvaient l'eau des Gaulois !

 

19/08/2009

CEVA ? Non CEVA pas !...

Une fois, c'est le tracé qui n'est pas bon ; une autre fois, ce sont les coûts qui sont exorbitants ; Je suis (aussi) bernois, d'accord, et je peine à comprendre les motivations profondes des opposants au CEVA. Ce dont je suis sûr, en revanche, c'est qu'en cas de "non" dans les urnes, le projet sera enterré et je doute qu'on l'exhume jamais ! Et il n'y en aura pas d'autre !

Et Genève restera ce qu'elle est depuis un bout de temps : une cité incapable de visions d'avenir à long terme ; incapable d'être d'accord sur un projet d'envergure ; incapable de voir la région autrement qu'en termes d'étrangers profiteurs ; incapable d'être capable en quelque sorte !

Quand on veut être connu et reconnu à l'étranger, ce n'est pas en sabordant systématiquement des projets intéressants qu'on va se construire une réputation de ville internationale. Même la disparition d'un petit parking dans les alentours de l'OMC pose problème.

Quand les organisations internationales auront quitté Genève - qui, comme chaucun le sait, est une ville coupe-gorge - quand les frontaliers, ces odieux profiteurs ne viendront plus polluer les rues avec leurs 4x4 ni "mobber" les pauvres Suisses incapables de se défendre autrement qu'en fermant la frontière, quand tout sera redevenu "comme avant" (avant quoi, on ne sait pas vraiment), alors le CEVA sera très certainement inutile

Ainsi qu'on disait méchamment à propos du canton de Fribourg qu'il fallait le clôturer plutôt que de construire un nouvel hôpital psychiatrique, on pourra demander de clôturer le canton de Genève. Après tout, le village d'Astérix était lui aussi clôturé. Mais sait-on jamais, même dans ce cas il pourrait y avoir un référendum. Et pour la potion magique à Genève, faudra encore attendre un peu.

Alors les corbeaux qui survolaient jadis le canton de Fribourg viendront sur Genève en volant sur le dos pour ne pas y voir la misère intellectuelle.

O tempora, o mores !